share_book
Envoyer cet article par e-mail

Claire Nebout, Nus

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Claire Nebout, Nus

Claire Nebout, Nus

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Claire Nebout, Nus"

« Le projet de ce documentaire et de ce livre À la lueur des désirs avec Claire Nebout, repose sur une amitié, une confiance qui dure depuis plus de vingt ans. Une rencontre qui débute dans l’irréalité d’un viseur de Rolleiflex. Elle venait de tourner son premier film avec André Téchiné «Le lieu du crime». Elle amenait dans ce film une audace, une violence. La révolte d’un corps, d’une sexualité libérée de toutes convenances. Libre de toute forme de représentation, mon travail en photos avec Claire se focalisa sur le corps, le nu, la sincérité des formes, leur humanité. Consacrée, reconnue, elle entrait dans le cinéma des années 80 en toute innocence. Une innocence que nous avions en commun du métier d’acteur et du travail qu’il demandait. Elle devint donc dans l’esprit de chacun et dans plus de 20 films, l’un des symboles sexuels du cinéma français. Un cinéma, un métier qui dépose sur l’acteur une autre conscience de la vie mais aussi parfois des doutes, des impasses. Il y a deux ans, après une longue période de silence et d’éloignement, nous nous sommes retrouvés sur des questionnements, des doutes partagés. Il lui arrivait dans sa vie, dans sa carrière, un passage à vide. Son corps changeait, le regard du cinéma sur elle aussi. Le symbole qu’elle incarnait dans les années 90 et son cortège de clichés se diluaient. Elle renouait avec le théâtre, ses exigences, ses prises de consciences, et ces introspections. Tout renaissait en elle. Un désir farouche, intact, d’aller voir ailleurs. De s’éloigner radicalement des images, des étiquettes que le cinéma lui avait collé. […] Elle me proposait de réaliser vingt ans après une dernière séance photos de nus. Un désir commun de montrer son corps autrement et donner à voir autre chose d’elle en esquivant tous les faux-semblants de la séduction. L’envers des images convenues de l’actrice. Loin de ces corps liftés sans âme où l’individu a disparu. Habillée par untel, coiffée par d’autres mais toujours photographiée avec les mêmes poncifs d’une beauté réglementée, pesée, calibrée des magazines qui n’ont que le nom d’être féminins. On se mit à l’écart, on s’enferma pendant plusieurs jours dans le quotidien d’une maison. Avec l’unique volonté de n’avoir aucun but réel, aucune performance ni résultat, laisser simplement aller et venir les silences, être à l’écoute de soi et de l’autre. […]Par ces images nous revenions à la féminité, aux traces du temps, à l’humanité et à l’érotisme qu’elles expriment. […] Revenir aux sources d’une vocation en se réappropriant son corps et sa féminité. » Jean-Pierre Larcher

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 88  pages
  • Dimensions :  1.0cmx17.8cmx21.6cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Chne Paru le
  • Collection : Photographie
  • ISBN :  2812302100
  • EAN13 :  9782812302107
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Le projet de ce documentaire et de ce livre À la lueur des désirs avec Claire Nebout, repose sur une amitié, une confiance qui dure depuis plus de vingt ans. Une rencontre qui débute dans l’irréalité d’un viseur de Rolleiflex. Elle venait de tourner son premier film avec André Téchiné «Le lieu du crime». Elle amenait dans ce film une audace, une violence. La révolte d’un corps, d’une sexualité libérée de toutes convenances. Libre de toute forme de représentation, mon travail en photos avec Claire se focalisa sur le corps, le nu, la sincérité des formes, leur humanité. Consacrée, reconnue, elle entrait dans le cinéma des années 80 en toute innocence. Une innocence que nous avions en commun du métier d’acteur et du travail qu’il demandait. Elle devint donc dans l’esprit de chacun et dans plus de 20 films, l’un des symboles sexuels du cinéma français. Un cinéma, un métier qui dépose sur l’acteur une autre conscience de la vie mais aussi parfois des doutes, des impasses. Il y a deux ans, après une longue période de silence et d’éloignement, nous nous sommes retrouvés sur des questionnements, des doutes partagés. Il lui arrivait dans sa vie, dans sa carrière, un passage à vide. Son corps changeait, le regard du cinéma sur elle aussi. Le symbole qu’elle incarnait dans les années 90 et son cortège de clichés se diluaient. Elle renouait avec le théâtre, ses exigences, ses prises de consciences, et ces introspections. Tout renaissait en elle. Un désir farouche, intact, d’aller voir ailleurs. De s’éloigner radicalement des images, des étiquettes que le cinéma lui avait collé. […] Elle me proposait de réaliser vingt ans après une dernière séance photos de nus. Un désir commun de montrer son corps autrement et donner à voir autre chose d’elle en esquivant tous les faux-semblants de la séduction. L’envers des images convenues de l’actrice. Loin de ces corps liftés sans âme où l’individu a disparu. Habillée par untel, coiffée par d’autres mais toujours photographiée avec les mêmes poncifs d’une beauté réglementée, pesée, calibrée des magazines qui n’ont que le nom d’être féminins. On se mit à l’écart, on s’enferma pendant plusieurs jours dans le quotidien d’une maison. Avec l’unique volonté de n’avoir aucun but réel, aucune performance ni résultat, laisser simplement aller et venir les silences, être à l’écoute de soi et de l’autre. […]Par ces images nous revenions à la féminité, aux traces du temps, à l’humanité et à l’érotisme qu’elles expriment. […] Revenir aux sources d’une vocation en se réappropriant son corps et sa féminité. » Jean-Pierre Larcher