share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'éducation des filles au XIXe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'éducation des filles au XIXe siècle

L'éducation des filles au XIXe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'éducation des filles au XIXe siècle"

Devenu, dès sa sortie, l'ouvrage de référence et depuis vingt ans indisponible, L'Education des filles sort enfin en poche chez tempus. Françoise Mayeur montre comment s'est imposée au XIXe siècle l'idée que l'on doit aux jeunes filles une instruction dépassant les rudiments. Mais pas à toutes les jeunes filles, même pas à toutes celles de la bourgeoisie. Et à des fins bien diverses. L'Eglise y voit un moyen de reconquête des élites, puisque les hommes lui échappent. Les partisans de la laïcisation, au contraire, croient par là saper l'influence cléricale. Tous affectent de vouloir une plus grande harmonie du ménage. Ces visées, qui espéraient laisser intact l'ordre familial, furent dépassées. Les moeurs entraînèrent les institutions éducatives. Une fois instruite, la femme bourgeoise pose à son tour le problème du travail féminin, bouscule les images de la famille et de la maternité. Comme souvent, la question d'éducation finit par déboucher sur un débat de société. Autant de considérations, toujours actuelles, qui amplifient l'écho de ce beau livre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 373  pages
  • Dimensions :  1.8cmx10.8cmx17.4cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Librairie Académique Perrin Paru le
  • Collection : Tempus
  • ISBN :  2262027757
  • EAN13 :  9782262027759
  • Classe Dewey :  376.944
  • Langue : Français

D'autres livres de Françoise Mayeur

Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France

Le XIXe siècle croit en son ensemble aux vertus de l'institution scolaire. Contrairement aux multiples initiatives privées, l'Etat veut contrôler et améliorer écoles, pédagogies, formation des maîtres, assurer, progressivement, une administration uniforme. Il s'oppose là surtout à [....]...

Voir tous les livres de Françoise Mayeur

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Devenu, dès sa sortie, l'ouvrage de référence et depuis vingt ans indisponible, L'Education des filles sort enfin en poche chez tempus. Françoise Mayeur montre comment s'est imposée au XIXe siècle l'idée que l'on doit aux jeunes filles une instruction dépassant les rudiments. Mais pas à toutes les jeunes filles, même pas à toutes celles de la bourgeoisie. Et à des fins bien diverses. L'Eglise y voit un moyen de reconquête des élites, puisque les hommes lui échappent. Les partisans de la laïcisation, au contraire, croient par là saper l'influence cléricale. Tous affectent de vouloir une plus grande harmonie du ménage. Ces visées, qui espéraient laisser intact l'ordre familial, furent dépassées. Les moeurs entraînèrent les institutions éducatives. Une fois instruite, la femme bourgeoise pose à son tour le problème du travail féminin, bouscule les images de la famille et de la maternité. Comme souvent, la question d'éducation finit par déboucher sur un débat de société. Autant de considérations, toujours actuelles, qui amplifient l'écho de ce beau livre.