share_book
Envoyer cet article par e-mail

Calder : Mouvement et réalité

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Calder : Mouvement et réalité

Calder : Mouvement et réalité

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Calder : Mouvement et réalité"

    Le sculpteur américain Alexander Calder (1898-1976) partage avec certains des plus grands créateurs du XXe siècle le redoutable privilège de la popularité universelle. Or le créateur des mobiles, l'une des expressions les plus neuves et les plus audacieuses de la sculpture au XXe siècle, n'a jamais reçu l'examen critique et historique à la mesure de cette notoriété. Enrichi par une collaboration continue avec la Calder Foundation, détentrice des archives de l'artiste, l'essai monographique d'Arnauld Pierre tente de redonner toute son importance aux inventions de Calder en montrant qu'un véritable projet soutient sa démarche et qu'il existe, en somme, une esthétique caldérienne. Celle-ci tourne autour de la confluence de deux notions capitales, celle de mouvement et celle de réalité, dont Calder ne cessera d'examiner les relations. Dans la première période parisienne de l'artiste, sa sculpture en fil de fer. en se concentrant sur l'expression du mouvement, conduit au paradoxe d'une plus grande réalité contenue dans une forme de moins en moins figurative. Après le " choc " de la rencontre avec Mondrian, en 1930, le mouvement s'impose comme composante réelle d'un art abstrait, non figuratif. Calder invente alors des constructions articulées où s'équilibrent des corps pesants, poids et contrepoids, composant des systèmes équilibrés d'une rare subtilité, instaurant d'une manière toute nouvelle les conditions d'apparition du mouvement réel. Cette composition d'équilibres, c'est le mobile, où la cause du mouvement se confond si bien avec les bases constructives de l'oeuvre qu'il lui paraît en quelque sorte immanent. Le mouvement est ainsi ce qui permet de maintenir dans le mobile. une forte référence au vivant, plus évidente encore lorsque l'artiste délaisse le vocabulaire géométrique du début des années 1930 pour entrer dans le " cycle organique " et s'inspirer des rythmes profonds du monde naturel. Avec ses mobiles, Calder invente un autre rapport à la réalité, fondée, justifiée et qualifiée tout à la fois par le mouvement. C'est à la tentative de définir cet autre réalisme qu'est consacré l'ouvrage d'Arnauld Pierre.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 335  pages
    • Dimensions :  3.4cmx24.8cmx28.4cm
    • Poids : 2281.6g
    • Editeur :   Hazan Paru le
    • Collection : Beaux Arts
    • ISBN :  2754102264
    • EAN13 :  9782754102261
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Le sculpteur américain Alexander Calder (1898-1976) partage avec certains des plus grands créateurs du XXe siècle le redoutable privilège de la popularité universelle. Or le créateur des mobiles, l'une des expressions les plus neuves et les plus audacieuses de la sculpture au XXe siècle, n'a jamais reçu l'examen critique et historique à la mesure de cette notoriété. Enrichi par une collaboration continue avec la Calder Foundation, détentrice des archives de l'artiste, l'essai monographique d'Arnauld Pierre tente de redonner toute son importance aux inventions de Calder en montrant qu'un véritable projet soutient sa démarche et qu'il existe, en somme, une esthétique caldérienne. Celle-ci tourne autour de la confluence de deux notions capitales, celle de mouvement et celle de réalité, dont Calder ne cessera d'examiner les relations. Dans la première période parisienne de l'artiste, sa sculpture en fil de fer. en se concentrant sur l'expression du mouvement, conduit au paradoxe d'une plus grande réalité contenue dans une forme de moins en moins figurative. Après le " choc " de la rencontre avec Mondrian, en 1930, le mouvement s'impose comme composante réelle d'un art abstrait, non figuratif. Calder invente alors des constructions articulées où s'équilibrent des corps pesants, poids et contrepoids, composant des systèmes équilibrés d'une rare subtilité, instaurant d'une manière toute nouvelle les conditions d'apparition du mouvement réel. Cette composition d'équilibres, c'est le mobile, où la cause du mouvement se confond si bien avec les bases constructives de l'oeuvre qu'il lui paraît en quelque sorte immanent. Le mouvement est ainsi ce qui permet de maintenir dans le mobile. une forte référence au vivant, plus évidente encore lorsque l'artiste délaisse le vocabulaire géométrique du début des années 1930 pour entrer dans le " cycle organique " et s'inspirer des rythmes profonds du monde naturel. Avec ses mobiles, Calder invente un autre rapport à la réalité, fondée, justifiée et qualifiée tout à la fois par le mouvement. C'est à la tentative de définir cet autre réalisme qu'est consacré l'ouvrage d'Arnauld Pierre.