share_book
Envoyer cet article par e-mail

Faut il sauver les grandes écoles? : De la culture de la sélection à la culture de l'innovation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Faut il sauver les grandes écoles? : De la culture de la sélection à la culture de l'innovation

Faut il sauver les grandes écoles? : De la culture de la sélection à la culture de l'innovation

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Faut il sauver les grandes écoles? : De la culture de la sélection à la culture de l'innovation"

Véritables machines à sélection, les grandes écoles constituent d'efficaces cabinets de recrutement pour le CAC 40, sans être pour autant les moteurs de l'économie d'innovation qu'elles pourraient et devraient être, compte tenu de leurs liens privilégiés avec les entreprises. Leur bonne santé apparente est trompeuse et leur degré de fermeture sociologique insupportable. Loin de pouvoir rivaliser avec les grandes universités scientifiques et technologiques étrangères - foyers de l'économie de la connaissance et fers de lance de la compétitivité de leurs pays -, les écoles d'ingénieurs sont beaucoup trop petites, fermées et franco-françaises. La France prend un retard considérable alors que les solutions sont connues : regrouper les écoles en ensembles de taille internationale : intensifier les liens avec les universités ; accroître la diversité sociale et culturelle ; internationaliser vigoureusement. Elles ne demandent que du courage politique. Le temps presse.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 155  pages
  • Dimensions :  1.4cmx11.0cmx17.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Les Presses De Sciences Po Paru le
  • Collection : Nouveaux débats
  • ISBN :  2724610245
  • EAN13 :  9782724610246
  • Classe Dewey :  370
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Veltz

La grande transition

La France est engagée dans une transition économique, sociale et culturelle sans équivalent depuis un demi-siècle. L'économie des services, le passage à l'ère " hyperindustrielle ", la concurrence des pays émergents, les nouvelles mobilités, l'individualisation des modes de vie, la [.......

Le nouveau monde industriel

Le directeur de l'École nationale des Ponts et Chaussées décrit l'apparition d'un nouvel univers industriel en s'attachant aux "formes élémentaires de la vie économique" (nouvelles manières de travailler, de produire, d'innover, d'échanger). Son fil conducteur : l'émergence de schémas d'e...

Mondialisation, villes et territoires : L'économie d'archipel

Cette étude synthétique et très équilibrée des interactions entre espace et économie et de leurs conséquences permet de mieux comprendre la nature, les mécanismes et les risques du phénomène récent de la mondialisation. L'économie actuelle est de moins en moins conditionnée par les cont...

Voir tous les livres de Pierre Veltz

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Véritables machines à sélection, les grandes écoles constituent d'efficaces cabinets de recrutement pour le CAC 40, sans être pour autant les moteurs de l'économie d'innovation qu'elles pourraient et devraient être, compte tenu de leurs liens privilégiés avec les entreprises. Leur bonne santé apparente est trompeuse et leur degré de fermeture sociologique insupportable. Loin de pouvoir rivaliser avec les grandes universités scientifiques et technologiques étrangères - foyers de l'économie de la connaissance et fers de lance de la compétitivité de leurs pays -, les écoles d'ingénieurs sont beaucoup trop petites, fermées et franco-françaises. La France prend un retard considérable alors que les solutions sont connues : regrouper les écoles en ensembles de taille internationale : intensifier les liens avec les universités ; accroître la diversité sociale et culturelle ; internationaliser vigoureusement. Elles ne demandent que du courage politique. Le temps presse.