share_book
Envoyer cet article par e-mail

Peut-on ne pas croire ? : Sur la vérité, la croyance & la foi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Peut-on ne pas croire ? : Sur la vérité, la croyance & la foi

Peut-on ne pas croire ? : Sur la vérité, la croyance & la foi

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Peut-on ne pas croire ? : Sur la vérité, la croyance & la foi"

Tout en se disant incroyants, certains intellectuels se posent aujourd'hui en défenseurs de la religion au nom de choses comme le besoin de sacré et de transcendance, ou le fait que le lien social ne peut être, en dernière analyse, que de nature religieuse. Mais ce que l'on observe actuellement correspond sans doute moins à un "retour du religieux" qu'à ce que Musil appelait la "nostalgie de la croyance", qu'une époque par ailleurs foncièrement incroyante a une tendance fâcheuse à confondre avec la croyance elle-même. Et ce à quoi nous sommes confrontés est en réalité bien plus une utilisation nouvelle de la religion - dans ce qu'elle peut comporter de plus traditionnel et même de plus archaïque - par le pouvoir et la politique, qu'un renouveau religieux proprement dit. En ouvrant une brèche dans nos certitudes les plus fondamentales en matière de théorie de la connaissance et d'épistémologie, le postmodernisme a pris, consciemment ou non, le risque d'encourager les religions à s'y engouffrer, avec l'espoir de réussir à récupérer une partie de l'ascendant qu'elles ont exercé pendant longtemps sur le monde intellectuel lui-même et perdu ensuite largement au profit de la science moderne. Que vaut le " besoin de croire " ? Est il rationnel d'avoir des croyances dont nous ne pouvons rendre raison ? Toutes les croyances religieuses sont-elles respectables du seul fait d'être crues ? Les débats sur la foi et la raison valent mieux que les simplifications et les amalgames contemporains. Pour retrouver toute la profondeur et les lignes de partage, Jacques Bouveresse engage ici une discussion serrée avec Nietzsche, Renan, James, Russell, Freud et quelques autres.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 286  pages
  • Dimensions :  1.8cmx12.0cmx20.8cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Agone Paru le
  • Collection : Banc d'essais
  • ISBN :  2748900685
  • EAN13 :  9782748900682
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Bouveresse

Prodiges et vertiges de l'analogie

Côté de l'abus de pouvoir " scientifique ", il en existe un (le " littérarisme ") qui consiste à croire que ce dit la science ne devient intéressant et profond qu'une fois retranscrit dans un language littéraire et utilisé de façon " métaphorique ", un terme qui semble autoriser et [.......

La connaissance de l'écrivain

Les postmodernes ont érigé la littérature en une sorte de genre suprême, dont la philosophie et la science ne seraient que des espèces. Chacune des trois disciplines aurait aussi peu de rapport avec la vérité que les autres ; chacune se préoccuperait uniquement d'inventer de bonnes [....]...

Voir tous les livres de Jacques Bouveresse

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Tout en se disant incroyants, certains intellectuels se posent aujourd'hui en défenseurs de la religion au nom de choses comme le besoin de sacré et de transcendance, ou le fait que le lien social ne peut être, en dernière analyse, que de nature religieuse. Mais ce que l'on observe actuellement correspond sans doute moins à un "retour du religieux" qu'à ce que Musil appelait la "nostalgie de la croyance", qu'une époque par ailleurs foncièrement incroyante a une tendance fâcheuse à confondre avec la croyance elle-même. Et ce à quoi nous sommes confrontés est en réalité bien plus une utilisation nouvelle de la religion - dans ce qu'elle peut comporter de plus traditionnel et même de plus archaïque - par le pouvoir et la politique, qu'un renouveau religieux proprement dit. En ouvrant une brèche dans nos certitudes les plus fondamentales en matière de théorie de la connaissance et d'épistémologie, le postmodernisme a pris, consciemment ou non, le risque d'encourager les religions à s'y engouffrer, avec l'espoir de réussir à récupérer une partie de l'ascendant qu'elles ont exercé pendant longtemps sur le monde intellectuel lui-même et perdu ensuite largement au profit de la science moderne. Que vaut le " besoin de croire " ? Est il rationnel d'avoir des croyances dont nous ne pouvons rendre raison ? Toutes les croyances religieuses sont-elles respectables du seul fait d'être crues ? Les débats sur la foi et la raison valent mieux que les simplifications et les amalgames contemporains. Pour retrouver toute la profondeur et les lignes de partage, Jacques Bouveresse engage ici une discussion serrée avec Nietzsche, Renan, James, Russell, Freud et quelques autres.