share_book
Envoyer cet article par e-mail

La 4e prose et autres textes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La 4e prose et autres textes

La 4e prose et autres textes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La 4e prose et autres textes"

Ce livre constitue la réplique virulente de Mandelstam à une accusation de plagiat dont il a été victime. A travers Arkadi Gronfeld, son accusateur, c'est tout le monde corrompu de l'establishment littéraire stalinien qui est visé. La base polémique de ces textes, où Mandelstam exprime ses convictions les plus profondes sur la nature du travail littéraire, est comme toujours chez lui dépassée, corrigée par l'imprévisibilité d'un style virevoltant où un sens poétique brut ricoche à la surface d'une prose étonnée. Cette oeuvre de circonstance, où le poète solde ses comptes avec les cercles intellectuels et ceux de l'édition soviétique, prend une telle force polémique que la fureur emporte l'anecdote d'origine et ne semble tenir que par soi-même. Sa raison d'être est comme au-delà des causes immédiates qui l'ont fait surgir [...]. Reste le pur refus du poète devant le monde où il vit. " Christian Mouze (La Quinzaine littéraire)

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 147  pages
  • Dimensions :  1.2cmx10.6cmx17.8cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Christian Bourgois Editeur Paru le
  • Collection : Titres
  • ISBN :  226701839X
  • EAN13 :  9782267018394

D'autres livres de Ossip Mandelstam

Le timbre égyptien

" II est terrible de penser que notre vie est un roman, sans intrigue et sans héros, fait de vide et de verre, du chaud balbutiement des seules digressions et du délire de l'influenza pétersbourgeoise. L'Aurore aux doigts de rose a cassé ses crayons de couleur. Ils gisent aujourd'hui comme de je...

Le bruit du temps

Ce livre, paru en 1925, est bien plus qu'une autobiographie. Mandelstam y observe avec une acuité sans indulgence ce passé qu'il veut éloigner. Car sa mémoire n'est pas amie, mais ennemie du temps. Les quatorze esquisses qui composent cet ensemble " impressionniste" de souvenirs arrachés à la ...

Les Cahiers de Voronej

Ossip Mandelstam, né le 2 janvier 1891, fit des études à Paris, Heidelberg et Saint©Pétersbourg. En 1911/1912 il participa, avec Goumilov et Akhmatova. à la création de l'acméisme qui voulait opposer au verbe désincarné des symbolistes une architecture fondée sur le " mot©objet ". Son pr...

Voir tous les livres de Ossip Mandelstam

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce livre constitue la réplique virulente de Mandelstam à une accusation de plagiat dont il a été victime. A travers Arkadi Gronfeld, son accusateur, c'est tout le monde corrompu de l'establishment littéraire stalinien qui est visé. La base polémique de ces textes, où Mandelstam exprime ses convictions les plus profondes sur la nature du travail littéraire, est comme toujours chez lui dépassée, corrigée par l'imprévisibilité d'un style virevoltant où un sens poétique brut ricoche à la surface d'une prose étonnée. Cette oeuvre de circonstance, où le poète solde ses comptes avec les cercles intellectuels et ceux de l'édition soviétique, prend une telle force polémique que la fureur emporte l'anecdote d'origine et ne semble tenir que par soi-même. Sa raison d'être est comme au-delà des causes immédiates qui l'ont fait surgir [...]. Reste le pur refus du poète devant le monde où il vit. " Christian Mouze (La Quinzaine littéraire)