share_book
Envoyer cet article par e-mail

Capitalisme et christianisme : 2000 ans d'une tumulteuse histoire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Capitalisme et christianisme : 2000 ans d'une tumulteuse histoire

Capitalisme et christianisme : 2000 ans d'une tumulteuse histoire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Capitalisme et christianisme : 2000 ans d'une tumulteuse histoire"

Né dans les années 1980, l'hypercapitalisme s'écroule sous nos yeux. Enrichissant les riches et ne laissant aux pauvres que les miettes du festin, il fonctionnait sur un espoir d'hyperconsommation des classes moyennes. La vie à crédit devait financer la bulle. Le crack de 2008, brusque retour à la réalité, a brisé ce rêve. II n'est pourtant pas inévitable que la civilisation du capitalisme se termine dans le chaos. Cette civilisation a une histoire. Née du rêve d'égalité des citoyens d'Athènes, elle fusionne avec le christianisme et apparaît concrètement dans les monastères au Moyen Age. Ces World Companies seront les premières sociétés de production capitalistes. Au XIIle siècle, les ordres mendiants nés avec les villes en pleine expansion seront les premiers théoriciens de l'économie moderne, réfléchissant à la manière de mettre la richesse au service du bien commun. La révolution industrielle portée par l' " esprit du capitalisme " de la Réforme, la liberté d'entreprendre et les Lumières poursuivront cet élan. L'idéal de liberté, d'égalité et de fraternité chrétienne est donc fondateur de la civilisation du capitalisme. Sans le judéo-christianisme ces valeurs n'existeraient pas. A la lumière de cette histoire, la cupidité et le cynisme n'ont rien à voir avec le capitalisme. Ils n'en sont que la perversion. Si nous voulons sauver la démocratie et réinventer un capitalisme à visage humain, nous devons donc répondre à une seule question : " A quoi croyons-nous? " La fraternité ou l'argent?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 212  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx21.4cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Bourin Editeur Paru le
  • Collection : ESSAI
  • ISBN :  2849411477
  • EAN13 :  9782849411476
  • Langue : Français

D'autres livres de Didier Long

Jésus, le rabbin qui aimait les femmes

Sur les pas de Jésus, Didier Long nous entraîne dans une enquête aux sources spirituelles du christianisme : la révélation juive et l'importance de la femme dans le message de Jésus. Deux non-dits, deux origines refoulées qui fondent pourtant nos valeurs : la monogamie et l'égalité de l'hom...

Un ange dans le rétroviseur

C'est le quinzième anniversaire de mariage d'Amancio, à Jaén en Andalousie. À cette occasion, Amancio acquiert le 4 x 4 de ses rêves qui couronne une carrière de représentant en peinture pas franchement palpitante. Ironie du sort, c'est là que sa vie va basculer. Tout est fini... mais tout c...

Pourquoi nous sommes chrétiens

Pour celui qui, tel Didier Long, a passé dix ans au sein d'un monastère, c'est une évidence : l'absence d'empathie et de tendresse, le cynisme banalisé, les paroles politiques creuses, nos destins qui nous échappent dans un monde de plus en plus régi par des lois économiques d'airain, la surv...

Défense à Dieu d'entrer

Qu'a-ton à dire au monde d'aujourd'hui quand on est resté dix ans dans un monastère ? Dans ce livre audacieux, Didier Long raconte sa vie hors normes, depuis les usines Michelin de Clermont-Ferrand jusqu'à l'abbaye de la Pierre-qui-Vire, en Bourgogne. Ouvrier, puis moine bénédictin, puis artis...

Voir tous les livres de Didier Long

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Né dans les années 1980, l'hypercapitalisme s'écroule sous nos yeux. Enrichissant les riches et ne laissant aux pauvres que les miettes du festin, il fonctionnait sur un espoir d'hyperconsommation des classes moyennes. La vie à crédit devait financer la bulle. Le crack de 2008, brusque retour à la réalité, a brisé ce rêve. II n'est pourtant pas inévitable que la civilisation du capitalisme se termine dans le chaos. Cette civilisation a une histoire. Née du rêve d'égalité des citoyens d'Athènes, elle fusionne avec le christianisme et apparaît concrètement dans les monastères au Moyen Age. Ces World Companies seront les premières sociétés de production capitalistes. Au XIIle siècle, les ordres mendiants nés avec les villes en pleine expansion seront les premiers théoriciens de l'économie moderne, réfléchissant à la manière de mettre la richesse au service du bien commun. La révolution industrielle portée par l' " esprit du capitalisme " de la Réforme, la liberté d'entreprendre et les Lumières poursuivront cet élan. L'idéal de liberté, d'égalité et de fraternité chrétienne est donc fondateur de la civilisation du capitalisme. Sans le judéo-christianisme ces valeurs n'existeraient pas. A la lumière de cette histoire, la cupidité et le cynisme n'ont rien à voir avec le capitalisme. Ils n'en sont que la perversion. Si nous voulons sauver la démocratie et réinventer un capitalisme à visage humain, nous devons donc répondre à une seule question : " A quoi croyons-nous? " La fraternité ou l'argent?