share_book
Envoyer cet article par e-mail

Wagram, 5-6 juillet 1809 : une victoire chèrement acquise

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Wagram, 5-6 juillet 1809 : une victoire chèrement acquise

Wagram, 5-6 juillet 1809 : une victoire chèrement acquise

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Wagram, 5-6 juillet 1809 : une victoire chèrement acquise"

Wagram fut incontestablement l'une des grandes victoires de Napoléon Ier mais, par bien des aspects, elle se distingue des autres. Jamais auparavant autant de soldats, de chevaux et de canons n'avaient été réunis sur un champ de bataille (seule la bataille de Leipzig la dépassera dans ce domaine). Jamais l'artillerie n'avait joué un rôle aussi déterminant dans des combats. Wagram marque la fin d'une époque : pour la dernière fois, Napoléon remporte une bataille décisive lui permettant de mettre un terme à une campagne. Ni Borodino, ni les succès de la campagne de France, ni Ligny ne lui donneront cette occasion. Ce succès marque également le début d'une époque, celle des victoires coûteuses en vies humaines, celle d'une Grande Armée de plus en plus cosmopolite et composée de nombreuses recrues sans expérience. La plupart des vétérans des guerres de la Révolution ont disparu ou sont embourbés dans le piège espagnol. Symbole de ce changement, la campagne de 1809 voit la disparition de l'un des maréchaux les plus emblématiques de l'épopée napoléonienne : Lannes. Les bâtons de maréchaux accordés à Oudinot, à Marmont et à Macdonald après Wagram ne parviendront pas à faire oublier la perte du duc de Montebello.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 84  pages
  • Dimensions :  0.8cmx20.0cmx29.4cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Napoléon 1Er Editions Paru le
  • Collection : Grandes batailles
  • ISBN :  2916385215
  • EAN13 :  9782916385211
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de Frédéric Naulet

Antietam

Fin août 1862, l'armée nordiste venait de subir l'une de ses plus cuisantes défaites à Bull Run, à quelques kilomètres au sud de Washington. Pour la seconde fois depuis le début de la guerre de Sécession, la capitale fédérale était menacée par les troupes confédérées et les [....]...

Wagram (5 et 6 juillet 1809) : Le canon tonne sur les bords du Danube

" Telle est la célèbre bataille de Wagram, la plus grande bataille des temps modernes en nombre d'hommes combattant, réunis ensemble sur le même terrain à la vue de l'observateur. Il y avait trois cent mille hommes dans les deux armées et, de l'extrémité de l'autre, deux lieues et demie de d...

Eylau (8 février 1807) : La campagne de Pologne, des boues de Pultusk aux neiges d'Eylau

En 1806, Napoléon dut faire face à une nouvelle coalition des puissances européennes, la quatrième. L'Angleterre, la Suède, la Russie et la Prusse étaient bien décidées à réduire à néant l'influence française en Allemagne et, peut être, en finir avec l'empereur des Français. Dans une ...

Friedland (14 juin 1807) : La campagne de Pologne, de Danzig aux rives du Niémen

Le carnage d'Eylau, le 8 février 1807, avait fait naître le doute chez les Français. Napoléon n'avait pas réussi à battre, de manière incontestable, son adversaire. Pire, les Russes revendiquaient le succès de cette bataille indécise. Ils avaient mis un terme à l'offensive française et sa...

Voir tous les livres de Frédéric Naulet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Wagram fut incontestablement l'une des grandes victoires de Napoléon Ier mais, par bien des aspects, elle se distingue des autres. Jamais auparavant autant de soldats, de chevaux et de canons n'avaient été réunis sur un champ de bataille (seule la bataille de Leipzig la dépassera dans ce domaine). Jamais l'artillerie n'avait joué un rôle aussi déterminant dans des combats. Wagram marque la fin d'une époque : pour la dernière fois, Napoléon remporte une bataille décisive lui permettant de mettre un terme à une campagne. Ni Borodino, ni les succès de la campagne de France, ni Ligny ne lui donneront cette occasion. Ce succès marque également le début d'une époque, celle des victoires coûteuses en vies humaines, celle d'une Grande Armée de plus en plus cosmopolite et composée de nombreuses recrues sans expérience. La plupart des vétérans des guerres de la Révolution ont disparu ou sont embourbés dans le piège espagnol. Symbole de ce changement, la campagne de 1809 voit la disparition de l'un des maréchaux les plus emblématiques de l'épopée napoléonienne : Lannes. Les bâtons de maréchaux accordés à Oudinot, à Marmont et à Macdonald après Wagram ne parviendront pas à faire oublier la perte du duc de Montebello.