share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Bérézina : Les Français échappent au désastre ( 26-29 novembre 1812)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Bérézina : Les Français échappent au désastre ( 26-29 novembre 1812)

La Bérézina : Les Français échappent au désastre ( 26-29 novembre 1812)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Bérézina : Les Français échappent au désastre ( 26-29 novembre 1812)"

Employé par les journalistes et l'homme de la rue, le nom de Bérézina est devenu un synonyme de défaite, et même pire, de déroute. Pourtant, si l'on examine avec recul et sérénité ces événements, il convient de remarquer que l'armée russe a un objectif majeur : empêcher les Français de traverser la rivière Bérézina au gué de Studianka et, si possible, faire prisonnier les restes de la Grande Armée avec surtout son chef, l'Empereur Napoléon. Il n'en fut rien, l'armée française s'échappa et ce ne furent que quelques milliers de traînards qui restèrent aux mains des Russes. Si l'expression " c'est la Bérézina " doit être utilisée, c'est bien chez les Russes qu'on doit l'appliquer !

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 82  pages
  • Dimensions :  0.6cmx20.2cmx28.8cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Soteca Paru le
  • Collection : DIFFUSES NAPOLE
  • ISBN :  2916385630
  • EAN13 :  9782916385631
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de Alain Pigeard

Dictionnaire de la Grande Armée

Si l'on a publié de nombreux ouvrages traitant de l'armée de Napoléon, il n'en existe aucun qui référence, explique et analyse systématiquement tout ce qui se rapporte à la Grande Armée, cette formidable concentration de troupes réunie par Napoléon à partir de 1804 pour tenter de [.......

La Garde impériale : 1804-1815

Le 20 avril 1814, Napoléon annonçait aux soldats de sa Garde rassemblés à Fontainebleau : " Je saurai occuper encore noblement mes instants ; j'écrirai mon histoire et la vôtre. " La garde impériale. Un corps mythique qui, deux siècles après son épopée, fascine toujours autant. Comme la p...

Leipzig : La bataille des Nations (16-19 octobre 1813)

Depuis Moscou, Napoléon retraite avec la Grande Armée. Malgré les dernières forces jetées dans la bataille et les jeunes troupes que sont les Marie-Louise, la fin est inéluctable. Les premières victoires de Lützen et de Bautzen donnent un moment le change mais les défaites infligées aux ma...

Voir tous les livres de Alain Pigeard

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Employé par les journalistes et l'homme de la rue, le nom de Bérézina est devenu un synonyme de défaite, et même pire, de déroute. Pourtant, si l'on examine avec recul et sérénité ces événements, il convient de remarquer que l'armée russe a un objectif majeur : empêcher les Français de traverser la rivière Bérézina au gué de Studianka et, si possible, faire prisonnier les restes de la Grande Armée avec surtout son chef, l'Empereur Napoléon. Il n'en fut rien, l'armée française s'échappa et ce ne furent que quelques milliers de traînards qui restèrent aux mains des Russes. Si l'expression " c'est la Bérézina " doit être utilisée, c'est bien chez les Russes qu'on doit l'appliquer !