share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ceux qu'on jette à la mer

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ceux qu'on jette à la mer

Ceux qu'on jette à la mer

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ceux qu'on jette à la mer"

Le Patna est ressuscité. Les amoureux de Joseph Conrad comprendront. Mais attention : Si Carl de Souza marche sur les traces du grand magicien de la mer, ce n'est pas pour nous livrer un pâle reflet, ou pire, une parodie contemporaine de Lord Jim. D'emblée, ce texte vibrant nous confronte à une écriture à la fois libre et concise, volontiers allusive, toute de sécheresse et de lyrisme confondus. Un style résolument personnel, une construction vigoureuse, et une (rare) hauteur de pensées, pour nous conter l'hallucinant périple de boat-people chinois ballottés sur les mers du sud. Plutôt que d'atmosphère – le mot est faible –, il faudrait parler d'intériorité farouche, d'univers viscéral, où les corps humiliés, ravagés, salis, s'incrustent dans la rouille ténébreuse d'un enfer à la dérive. La densité des personnages, leur présence physique et mentale, la violence froide de leur désespoir, tout concourt ici à dresser le tableau d'une humanité déchirée, entre Dostoïevski et Genet. De la première à la dernière page, on ne saute pas une ligne, pas une réplique de ce chant furieux, proprement envoûtant. --Scarbo

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 205  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx20.4cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   L'olivier Paru le
  • Collection : Olivier Littérature Française
  • ISBN :  2879293081
  • EAN13 :  9782879293080
  • Classe Dewey :  848.99
  • Langue : Français

D'autres livres de Carl De Souza

Chute libre

Un grand roman mauricien. Jeremy Kumarsamy, champion de badminton de niveau international, revient, après une quinzaine d'années d'absence, dans son pays d'origine, ancienne colonie britannique présentant une étroite ressemblance avec l'île Maurice. Une chute aux lourdes conséquences pour lui ...

La maison qui marchait vers le large

A La Motte, faubourg du vieux Port-Louis à l'île Maurice, vit tout un petit peuple de musulmans d'origine indienne, de Chinois, de créoles et M. Daronville, un blanc paralytique et grincheux, qui, de son antique demeure coloniale, domine le quartier. Mais un jour, les maisons de La Motte commence...

Les jours Kaya

Avec ce roman, Carl de Souza, originaire de l'île Maurice, cherche à nous faire partager sa vision de la vie quotidienne de l'île, au lendemain des émeutes de février 1999. L'histoire est étrange, c'est autour d'un fait-divers que se tisse l'aventure d'une jeune-fille. Santee, partie à le rec...

Voir tous les livres de Carl De Souza

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le Patna est ressuscité. Les amoureux de Joseph Conrad comprendront. Mais attention : Si Carl de Souza marche sur les traces du grand magicien de la mer, ce n'est pas pour nous livrer un pâle reflet, ou pire, une parodie contemporaine de Lord Jim. D'emblée, ce texte vibrant nous confronte à une écriture à la fois libre et concise, volontiers allusive, toute de sécheresse et de lyrisme confondus. Un style résolument personnel, une construction vigoureuse, et une (rare) hauteur de pensées, pour nous conter l'hallucinant périple de boat-people chinois ballottés sur les mers du sud. Plutôt que d'atmosphère – le mot est faible –, il faudrait parler d'intériorité farouche, d'univers viscéral, où les corps humiliés, ravagés, salis, s'incrustent dans la rouille ténébreuse d'un enfer à la dérive. La densité des personnages, leur présence physique et mentale, la violence froide de leur désespoir, tout concourt ici à dresser le tableau d'une humanité déchirée, entre Dostoïevski et Genet. De la première à la dernière page, on ne saute pas une ligne, pas une réplique de ce chant furieux, proprement envoûtant. --Scarbo