share_book
Envoyer cet article par e-mail

Kazan, Losey : Edition définitive

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Kazan, Losey : Edition définitive

Kazan, Losey : Edition définitive

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Kazan, Losey : Edition définitive"

    " Ces entretiens réalisés dans les années 1970 avec deux des plus grands cinéastes américains de leur génération m'ont toujours semblé pouvoir être lus "en miroir" tant les destinées parallèles de ces metteurs en scène offrent des points de convergence et de divergence. Kazan et Losey sont nés la même année, en 1909, de milieux on ne peut plus différents. Leurs origines respectives, la minorité grecque de Turquie et le monde des tapis pour l'un, une vieille famille patricienne et protestante pour l'autre expliquent en partie les choix qu'ils firent à l'époque de la Liste noire, désir d'intégration sociale pour Kazan, affirmation de valeurs de la Constitution pour Losey. Ils firent tous deux des études dans les universités les plus huppées de la côte Est, Yale et Harvard, entrèrent au parti communiste, et remportèrent leurs premiers succès artistiques avec des mises en scène théâtrales dans les années 1930. Leurs premiers films sont marqués par leurs engagements social et politique qui dataient du New Deal avant qu'ils ne s'orientent vers un cinéma qui fait davantage de place aux ambiguïtés et à la complexité de l'âme humaine. Ils se retrouveront ainsi tous deux à collaborer avec Tennessee Williams et Harold Pinter. Kazan signa son dernier grand succès critique, America America, l'année, ou presque, où Losey connaissait sa première consécration internationale avec The Servant. Et bien sûr la ligne de partage fut tracée par la chasse aux sorcières, avec les dénonciations de l'un et l'exil de l'autre en Europe. Leurs vies ne se sont plus jamais croisées, mais ils eurent, en vieillissant, une même méfiance à l'égard des certitudes trop établies." Michel Ciment.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 640  pages
    • Dimensions :  4.0cmx15.6cmx23.4cm
    • Poids : 997.9g
    • Editeur :   Stock Paru le
    • ISBN :  2234062659
    • EAN13 :  9782234062658
    • Classe Dewey :  790
    • Langue : Français

    D'autres livres de Michel Ciment

    Petite planète cinématographique : 50 réalisateurs, 40 ans de cinéma, 30 pays

    Cinquante entretiens avec autant de cinéastes de trente pays différents : ce livre voudrait être la chronique de la modernité cinématographique et l'itinéraire d'une critique pendant quatre décennies, du début des années 1960 à celui des années 2000. Désireux de louer les grands hommes c...

    Kubrick: Préface de Martin Scorsese

    Un superbe hommage à Stanley Kubrick, l’un des grands visionnaires de notre époque, écrit par Michel Ciment, spécialiste français du cinéma et confident de trente ans du réalisateur. Stanley Kubrick, plus qu’aucun autre cinéaste contemporain, a su projeter sur les écrans l’imaginaire ...

    Fritz Lang : Le meurtre et la loi

    Fritz Lang est, avec Griffith, Chaplin, Feuillade, Dreyer et von Stroheim, l'un des pionniers qui ont fondé le cinéma comme art. Il est aussi le premier des modernes, influençant directement ses contemporains Eisenstein qui admire le montage des Mabuse, Buñuel qui trouve sa vocation en voyant Le...

    Voir tous les livres de Michel Ciment

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    " Ces entretiens réalisés dans les années 1970 avec deux des plus grands cinéastes américains de leur génération m'ont toujours semblé pouvoir être lus "en miroir" tant les destinées parallèles de ces metteurs en scène offrent des points de convergence et de divergence. Kazan et Losey sont nés la même année, en 1909, de milieux on ne peut plus différents. Leurs origines respectives, la minorité grecque de Turquie et le monde des tapis pour l'un, une vieille famille patricienne et protestante pour l'autre expliquent en partie les choix qu'ils firent à l'époque de la Liste noire, désir d'intégration sociale pour Kazan, affirmation de valeurs de la Constitution pour Losey. Ils firent tous deux des études dans les universités les plus huppées de la côte Est, Yale et Harvard, entrèrent au parti communiste, et remportèrent leurs premiers succès artistiques avec des mises en scène théâtrales dans les années 1930. Leurs premiers films sont marqués par leurs engagements social et politique qui dataient du New Deal avant qu'ils ne s'orientent vers un cinéma qui fait davantage de place aux ambiguïtés et à la complexité de l'âme humaine. Ils se retrouveront ainsi tous deux à collaborer avec Tennessee Williams et Harold Pinter. Kazan signa son dernier grand succès critique, America America, l'année, ou presque, où Losey connaissait sa première consécration internationale avec The Servant. Et bien sûr la ligne de partage fut tracée par la chasse aux sorcières, avec les dénonciations de l'un et l'exil de l'autre en Europe. Leurs vies ne se sont plus jamais croisées, mais ils eurent, en vieillissant, une même méfiance à l'égard des certitudes trop établies." Michel Ciment.