share_book
Envoyer cet article par e-mail

Storytelling saison 1 : Chroniques du monde contemporain

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Storytelling saison 1 : Chroniques du monde contemporain

Storytelling saison 1 : Chroniques du monde contemporain

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Storytelling saison 1 : Chroniques du monde contemporain"

Si " la société du spectacle " s'efforçait de conjurer la révolte, la lutte de classe, l'insoumission, le pouvoir actuel craint par-dessus tout le désengagement, la déflation des émotions et des motivations. Ce qu'il ne supporte pas, c'est la fuite dans le " hors champ ", la déconnection, le désengagement, la désertion. Il ne lui suffit plus pour cela de conduire les conduites, mais de les " inspirer ", de les mobiliser émotionnellement, de les orchestrer. C'est peut-être le fil rouge qui relie les chroniques qui forment ce livre (publiées chaque semaine dans Le Monde tout au long de l'année 2008) : s'y donne à lire une société dans laquelle les techniques du pouvoir disciplinaire et de contrôle n'ont rien perdu de leur pertinence, mais opèrent désormais dans un contexte nouveau et doivent répondre à des exigences nouvelles de mobilisation qui requièrent le maintien d'un état d'alarme permanent, c'est-à-dire un usage stratégique des rythmes, des " tempi ", de la tension narrative. La crise économique et financière actuelle en apporte la démonstration. Elle se traduit d'ores et déjà par un renforcement du rôle de l'Etat comme agent de la mobilisation des énergies citoyennes, un " engagement " renforcé dans le capitalisme qui a besoin de " l'écran total de l'État " pour justifier les sacrifices " patriotiques " qu'on exige des citoyens lorsque le marché a si visiblement échoué à représenter et défendre l'intérêt général. Le capitalisme traverse une crise qui n'est pas seulement financière ou économique, mais qui est une crise de " légitimité ". Dans ce nouveau contexte, on peut s'attendre à un renforcement du contrôle des opinions, de la surveillance des populations et des territoires, à une mobilisation générale des énergies au service de " l'intérêt supérieur de la nation ". Et donc à toutes sortes de nouveaux récits de légitimation dans lesquels c'est l'Etat, et non plus le marché, qui joue le rôle principal.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 183  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx20.6cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Les Prairies Ordinaires Paru le
  • Collection : ESSAIS
  • ISBN :  2350960471
  • EAN13 :  9782350960470
  • Langue : Français

D'autres livres de Christian Salmon

Storytelling

Depuis qu'elle existe, l'humanité a su cultiver l'art de raconter des histoires, un art partout au coeur du lien social. Mais depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, il a été investi par les logiques de la communication et du capitalisme triomphant, sous l'appellation anodine ...

Kate Moss Machine

Après Storytelling, la machine à raconter des histoires et à formater les esprits, Christian Salmon poursuit ici son enquête sur le " nouvel ordre narratif" en interrogeant la figure énigmatique de Kate Moss, mannequin célèbre dans le monde entier et nouveau mythe " trash " à l'âge d'Intern...

Verbicide : Du bon usage des cerveaux humains disponibles

Christian Salmon examine ici les formes nouvelles que prend la censure dans le monde bouleversé de l'après-11 septembre 2001. II montre comment, dans une société désormais globalisée, l'économie des discours est moins régulée par l'interdit ou l'exclusion que par l'inflation, par la diffusi...

Voir tous les livres de Christian Salmon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Si " la société du spectacle " s'efforçait de conjurer la révolte, la lutte de classe, l'insoumission, le pouvoir actuel craint par-dessus tout le désengagement, la déflation des émotions et des motivations. Ce qu'il ne supporte pas, c'est la fuite dans le " hors champ ", la déconnection, le désengagement, la désertion. Il ne lui suffit plus pour cela de conduire les conduites, mais de les " inspirer ", de les mobiliser émotionnellement, de les orchestrer. C'est peut-être le fil rouge qui relie les chroniques qui forment ce livre (publiées chaque semaine dans Le Monde tout au long de l'année 2008) : s'y donne à lire une société dans laquelle les techniques du pouvoir disciplinaire et de contrôle n'ont rien perdu de leur pertinence, mais opèrent désormais dans un contexte nouveau et doivent répondre à des exigences nouvelles de mobilisation qui requièrent le maintien d'un état d'alarme permanent, c'est-à-dire un usage stratégique des rythmes, des " tempi ", de la tension narrative. La crise économique et financière actuelle en apporte la démonstration. Elle se traduit d'ores et déjà par un renforcement du rôle de l'Etat comme agent de la mobilisation des énergies citoyennes, un " engagement " renforcé dans le capitalisme qui a besoin de " l'écran total de l'État " pour justifier les sacrifices " patriotiques " qu'on exige des citoyens lorsque le marché a si visiblement échoué à représenter et défendre l'intérêt général. Le capitalisme traverse une crise qui n'est pas seulement financière ou économique, mais qui est une crise de " légitimité ". Dans ce nouveau contexte, on peut s'attendre à un renforcement du contrôle des opinions, de la surveillance des populations et des territoires, à une mobilisation générale des énergies au service de " l'intérêt supérieur de la nation ". Et donc à toutes sortes de nouveaux récits de légitimation dans lesquels c'est l'Etat, et non plus le marché, qui joue le rôle principal.