share_book
Envoyer cet article par e-mail

Gonzo : Ecrits rock, 1973-2001

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Gonzo : Ecrits rock, 1973-2001

Gonzo : Ecrits rock, 1973-2001

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Gonzo : Ecrits rock, 1973-2001"

    Ils ne sont guère légion les scribouillards gaulois de la cause rock ayant réussi à imposer leur nom. Les Américains ont Lester Bangs, Richard Meltzer, Peter Guralnick, Nick Tosches, Greil Marcus, Dave Marsh, Colin Escott, etc. Les Anglais ont Nick Kent, Jon Savage, Nik Cohn, Barney Hoskyns, etc. Et nous ? Sans qu'il soit question d'un quelconque concours en perfecto, avons-nous de quoi rivaliser face aux pointures anglo-saxonnes ? N'en déplaise à certains, Patrick Eudeline est l'un des rares noms qu'il soit possible de prononcer sans sombrer dans le ridicule. Pour preuve, cet assemblage de textes publiés entre 1973 et 2001 dans les colonnes de Best, Rock & Folk, Libération, Actuel, Nova Mag et quelques autres feuilles de chou ayant accueilli la plume du dandy parisien durant ces trente dernières années. Cette étiquette de dandy, Eudeline aura toujours tout fait et surtout tout écrit pour qu'elle ne se décolle jamais de la semelle de ses Beatles boots. Impossible pour cet ex-(toujours)punk de ne pas émailler ses écrits d'emprunts à ses maîtres de la langue française. Impossible donc pour lui de ne pas entrechoquer les noms des Cramps, Stones, Velvet, Groovies, Vince Taylor ou Suicide avec ceux de Barbey, Huysmans, Barrès, Bloy, Daudet ou Darien. Et à coup d'anathèmes joliment ficelés, notre Des Esseintes en redingote et Ray Ban miroirs réussit à nous convaincre que Public Enemy étaient les Mac Orlan du ghetto.... Au final, cet assemblage non chronologique a du chien et impose UNE histoire du rock sans équivalent. --Marc Zisman

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 695  pages
    • Dimensions :  3.6cmx14.8cmx22.8cm
    • Poids : 898.1g
    • Editeur :   Denoel Paru le
    • Collection : X-treme
    • ISBN :  2207253120
    • EAN13 :  9782207253120

    D'autres livres de Patrick Eudeline

    Dansons sous les bombes

    Roman contre la nostalgie morbide, roman des ombres qui remontent des seventies tels des morts vivants, roman hanté par le rock, brûlé par une culture de la défonce. Ce roman est l'histoire de Julien et de Coreen, tous deux hantés par la musique et qui tentent une dernière fois de faire un dis...

    Vénéneuse

    Depuis L'Aventure punk, Patrick Eudeline a notamment publié Ce siècle aura ta peau, Dansons sous les bombes et Rue des Martyrs....

    Voir tous les livres de Patrick Eudeline

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Ils ne sont guère légion les scribouillards gaulois de la cause rock ayant réussi à imposer leur nom. Les Américains ont Lester Bangs, Richard Meltzer, Peter Guralnick, Nick Tosches, Greil Marcus, Dave Marsh, Colin Escott, etc. Les Anglais ont Nick Kent, Jon Savage, Nik Cohn, Barney Hoskyns, etc. Et nous ? Sans qu'il soit question d'un quelconque concours en perfecto, avons-nous de quoi rivaliser face aux pointures anglo-saxonnes ? N'en déplaise à certains, Patrick Eudeline est l'un des rares noms qu'il soit possible de prononcer sans sombrer dans le ridicule. Pour preuve, cet assemblage de textes publiés entre 1973 et 2001 dans les colonnes de Best, Rock & Folk, Libération, Actuel, Nova Mag et quelques autres feuilles de chou ayant accueilli la plume du dandy parisien durant ces trente dernières années. Cette étiquette de dandy, Eudeline aura toujours tout fait et surtout tout écrit pour qu'elle ne se décolle jamais de la semelle de ses Beatles boots. Impossible pour cet ex-(toujours)punk de ne pas émailler ses écrits d'emprunts à ses maîtres de la langue française. Impossible donc pour lui de ne pas entrechoquer les noms des Cramps, Stones, Velvet, Groovies, Vince Taylor ou Suicide avec ceux de Barbey, Huysmans, Barrès, Bloy, Daudet ou Darien. Et à coup d'anathèmes joliment ficelés, notre Des Esseintes en redingote et Ray Ban miroirs réussit à nous convaincre que Public Enemy étaient les Mac Orlan du ghetto.... Au final, cet assemblage non chronologique a du chien et impose UNE histoire du rock sans équivalent. --Marc Zisman