share_book
Envoyer cet article par e-mail

Cent poèmes d'un bestiaire enchanté

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Cent poèmes d'un bestiaire enchanté

Cent poèmes d'un bestiaire enchanté

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Cent poèmes d'un bestiaire enchanté"

Le renard de La Fontaine, l'araignée de Hugo, le chat de Baudelaire, le condor de Leconte de Lisle, le pélican de Musset. Force est de le constater : les poètes délaissent volontiers les zéphyrs et les nymphes pour regarder trotter la souris et picorer la poule. Dans chaque portrait, on discerne les traces de cet amour d'enfant que nous portons aux animaux. La farandole est gaie, le jeu de mots y est à l'aise - C'est seulement dans ses rêves / Que le crocodile croque Odile - et la métaphore facétieuse - Une dinde ne sort jamais sans son ombrelle ! Les animaux sont aussi des allégories des passions humaines. On pense à La Fontaine bien sûr, mais il faut aussi citer la carpe mélancolique d'Apollinaire. Et ne pas oublier les génies que sont l'albatros-poète de Baudelaire, le loup stoïcien de Vigny, ou le coq d'Aragon qui, à lui seul, incarne l'épreuve et l'espoir d'un peuple sous le joug. Dans ce cortège, côte à côte voici nos animaux familiers, chiens, chats, chevaux, et d'autres qui le sont moins, panthère, vipère, tamanoir. Ensemble, ils forment un bestiaire enchanté qui a ses stars - la chenille, la grenouille, l'oie - et ses fans, car, comme il y a des peintres animaliers, il y a des poètes animaliers. Aussi des noms reviennent-ils plus que d'autres : Les Histoires naturelles de Jules Renard, les Fables de mon jardin de Georges Duhamel. À les lire, on est frappé de la parfaite harmonie qui règne dans ce mariage entre l'artiste et son sujet, et une idée vient, irrésistible : il se pourrait bien que les bêtes aiment les poètes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 212  pages
  • Dimensions :  1.8cmx19.0cmx25.4cm
  • Poids : 662.2g
  • Editeur :   Presses De La Cité Paru le
  • ISBN :  2258080169
  • EAN13 :  9782258080164
  • Classe Dewey :  841

D'autres livres de Albine Novarino-Pothier

Le chat en 100 poèmes

Autrefois, les écrivains gardaient un chat près d'eux pour empêcher que les souris ne dévorent leurs oeuvres, au sens premier du mot. Depuis, l'écran a remplacé le papier, mais le chat est resté. Pourquoi partirait-il puisque les amoureux des livres et de l'écriture l'adorent - comme on ador...

Les 100 plus belles récitations de notre enfance

Heureux qui, comme Ulysse se souvient de ses récitations. C'est avec une nostalgie amusée que l'on revient aux textes que nous avons appris par cœur à l'école, qu'ils soient de La Fontaine, Hugo, Carême ou Prévert. " Le dormeur du val ", " L'albatros ", " Liberté ", tous les poèmes de notre...

Saône et Loire nouvelles affaires criminelles

Le tome II des Grandes Affaires Criminelles de Saône-et-Loire nous offre de nouvelles affaires emblématiques. Nous y voyons apparaître Claude Montcharmont, l illustre braconnier du Morvan. L homme des bois n hésita pas à abattre de sang-froid un gendarme et un garde- champêtre car il était fo...

Voir tous les livres de Albine Novarino-Pothier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le renard de La Fontaine, l'araignée de Hugo, le chat de Baudelaire, le condor de Leconte de Lisle, le pélican de Musset. Force est de le constater : les poètes délaissent volontiers les zéphyrs et les nymphes pour regarder trotter la souris et picorer la poule. Dans chaque portrait, on discerne les traces de cet amour d'enfant que nous portons aux animaux. La farandole est gaie, le jeu de mots y est à l'aise - C'est seulement dans ses rêves / Que le crocodile croque Odile - et la métaphore facétieuse - Une dinde ne sort jamais sans son ombrelle ! Les animaux sont aussi des allégories des passions humaines. On pense à La Fontaine bien sûr, mais il faut aussi citer la carpe mélancolique d'Apollinaire. Et ne pas oublier les génies que sont l'albatros-poète de Baudelaire, le loup stoïcien de Vigny, ou le coq d'Aragon qui, à lui seul, incarne l'épreuve et l'espoir d'un peuple sous le joug. Dans ce cortège, côte à côte voici nos animaux familiers, chiens, chats, chevaux, et d'autres qui le sont moins, panthère, vipère, tamanoir. Ensemble, ils forment un bestiaire enchanté qui a ses stars - la chenille, la grenouille, l'oie - et ses fans, car, comme il y a des peintres animaliers, il y a des poètes animaliers. Aussi des noms reviennent-ils plus que d'autres : Les Histoires naturelles de Jules Renard, les Fables de mon jardin de Georges Duhamel. À les lire, on est frappé de la parfaite harmonie qui règne dans ce mariage entre l'artiste et son sujet, et une idée vient, irrésistible : il se pourrait bien que les bêtes aiment les poètes.