share_book
Envoyer cet article par e-mail

Blind Poet : Poète aveugle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Blind Poet : Poète aveugle

Blind Poet : Poète aveugle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Blind Poet : Poète aveugle"

Ainsi s'exprime, après plusieurs années, d'absence en langue française, la dernière grande voix vivante de la Beat Generation. Si le poète peut être aveugle en ce monde, il ne saurait être muet. Et c'est haut et fort que Ferlinghetti l'Américain nous chante les " masses opprimées/et les riches sur leurs gros fessiers ", de ce " Nouvel Empire romain " qu'il fustige et qui pourtant chaque jour l'enfante, dans les poèmes engagés qui constituent la première partie de ce recueil (Démocratie Totalitaire, C'est nous idiot, J'attends...). Mais sa voix sait aussi se faire douce : voyages du poète à sa source européenne et italienne, pérégrination dans le désert des sens (Migrations réelles et surréelles). Murmure accompagnant les derniers instants de l'ami Allen (" pas besoin d'ajouter Ginsberg/Dans le monde entier / le monde des poètes / il n'y a qu'un seul Allen "). Le recueil se termine en pure clarté dans des textes où l'on respire l'air de la côte Pacifique, où l'on est ébloui par les lumières de sa ville, la capitale des poètes et de la poésie : San Francisco. Serein, le poète nous surprend alors : mots devenus ressac où la douceur de l'embrun l'emporte sur la violence des vents contraires, et où la lune, " miroir de cristal/éternelle trompeuse ", reflète l'unique lumière : celle du soleil intérieur...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 155  pages
  • Dimensions :  1.4cmx14.0cmx20.8cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Maelström (Editions) Paru le
  • ISBN :  2930355239
  • EAN13 :  9782930355238

D'autres livres de Lawrence Ferlinghetti

A coney island of the mind et autres poèmes

En 1958 le poète et éditeur de la beat generation Lawrence Ferlinghetti publiait ce livre qui allait devenir un véritable phénomène de l'édition en poésie. A Coney Island of the Minci serait bientôt le livre de poésie le plus vendu au monde après la Divine Comédie de Dante : 1 million d'e...

Voir tous les livres de Lawrence Ferlinghetti

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Ainsi s'exprime, après plusieurs années, d'absence en langue française, la dernière grande voix vivante de la Beat Generation. Si le poète peut être aveugle en ce monde, il ne saurait être muet. Et c'est haut et fort que Ferlinghetti l'Américain nous chante les " masses opprimées/et les riches sur leurs gros fessiers ", de ce " Nouvel Empire romain " qu'il fustige et qui pourtant chaque jour l'enfante, dans les poèmes engagés qui constituent la première partie de ce recueil (Démocratie Totalitaire, C'est nous idiot, J'attends...). Mais sa voix sait aussi se faire douce : voyages du poète à sa source européenne et italienne, pérégrination dans le désert des sens (Migrations réelles et surréelles). Murmure accompagnant les derniers instants de l'ami Allen (" pas besoin d'ajouter Ginsberg/Dans le monde entier / le monde des poètes / il n'y a qu'un seul Allen "). Le recueil se termine en pure clarté dans des textes où l'on respire l'air de la côte Pacifique, où l'on est ébloui par les lumières de sa ville, la capitale des poètes et de la poésie : San Francisco. Serein, le poète nous surprend alors : mots devenus ressac où la douceur de l'embrun l'emporte sur la violence des vents contraires, et où la lune, " miroir de cristal/éternelle trompeuse ", reflète l'unique lumière : celle du soleil intérieur...