share_book
Envoyer cet article par e-mail

Lampes en terre cuite antiques

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Lampes en terre cuite antiques

Lampes en terre cuite antiques

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Lampes en terre cuite antiques"

Les collections du musée d'Archéologie nationale renferment environ 700 lampes en terre cuite : décompte fondé sur les recherches dans les réserves du château, les registres d'inventaire et les archives relatives aux acquisitions, ainsi que sur l'analyse du mobilier. Le matériel, dû avant 1870 aux libéralités de Napoléon III, fondateur du musée consacré aux Antiquités nationales, s'est accru selon les occasions : achats, dons ou legs privés, missions, ou encore dépôts de musées autrement spécialisés. Ces circonstances expliquent la diversité des fonds nationaux, l'existence d'une salle de comparaison justifiant par ailleurs, parfois a posteriori, la présence de certains échantillons exotiques (africains, orientaux...). Dans l'état actuel de l'enquête, un peu plus de la moitié des lampes peuvent avoir été produites en Gaule (Ier-IIIe siècle). Le reste se partage entre de petits lots méditerranéens précoces (Ve-Ier siècle avant J.-C.), plus d'une centaine d'échantillons présumés italiques (Ier-IVe siècle), et des groupes moins importants (IIIe - VIIe siècle) inégalement répartis entre le Nord de l'Afrique, l'Asie mineure, le Bas-Danube et la Grèce. Quelques objets enfin sont d'origine indéterminée ou de datation plus tardive. L'historique des collections témoigne de la complexité de ce fonds. La préparation de l'inventaire, en révélant le caractère hétérogène et parfois insolite des échantillons et les lacunes de la documentation archéologique a entraîné de larges comparaisons et recherches bibliographiques. La présentation des lampes comprend les catalogues détaillés des objets (par périodes et régions), des décors et des signatures de potiers. Plusieurs annexes et un rapport du Centre de recherche et de restauration des musées de France complètent et facilitent la consultation de ce catalogue.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 583  pages
  • Dimensions :  3.4cmx21.2cmx27.0cm
  • Poids : 1941.4g
  • Editeur :   Rmn Paru le
  • ISBN :  2711850498
  • EAN13 :  9782711850495

D'autres livres de  Hélène Chew

Quand les Gaulois étaient romains

Après le tumulte des campagnes césariennes, la Gaule s'apaise. Quelques textes antiques jettent des lueurs sur les trois siècles de paix qui suivent la conquête. Mais c'est surtout par l'archéologie que se révèle une civilisation originale et inventive : celle de la Gaule romaine. De l'outil ...

Voir tous les livres de  Hélène Chew

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les collections du musée d'Archéologie nationale renferment environ 700 lampes en terre cuite : décompte fondé sur les recherches dans les réserves du château, les registres d'inventaire et les archives relatives aux acquisitions, ainsi que sur l'analyse du mobilier. Le matériel, dû avant 1870 aux libéralités de Napoléon III, fondateur du musée consacré aux Antiquités nationales, s'est accru selon les occasions : achats, dons ou legs privés, missions, ou encore dépôts de musées autrement spécialisés. Ces circonstances expliquent la diversité des fonds nationaux, l'existence d'une salle de comparaison justifiant par ailleurs, parfois a posteriori, la présence de certains échantillons exotiques (africains, orientaux...). Dans l'état actuel de l'enquête, un peu plus de la moitié des lampes peuvent avoir été produites en Gaule (Ier-IIIe siècle). Le reste se partage entre de petits lots méditerranéens précoces (Ve-Ier siècle avant J.-C.), plus d'une centaine d'échantillons présumés italiques (Ier-IVe siècle), et des groupes moins importants (IIIe - VIIe siècle) inégalement répartis entre le Nord de l'Afrique, l'Asie mineure, le Bas-Danube et la Grèce. Quelques objets enfin sont d'origine indéterminée ou de datation plus tardive. L'historique des collections témoigne de la complexité de ce fonds. La préparation de l'inventaire, en révélant le caractère hétérogène et parfois insolite des échantillons et les lacunes de la documentation archéologique a entraîné de larges comparaisons et recherches bibliographiques. La présentation des lampes comprend les catalogues détaillés des objets (par périodes et régions), des décors et des signatures de potiers. Plusieurs annexes et un rapport du Centre de recherche et de restauration des musées de France complètent et facilitent la consultation de ce catalogue.