share_book
Envoyer cet article par e-mail

La vie périurbaine face à la menace des gated communities

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La vie périurbaine face à la menace des gated communities

La vie périurbaine face à la menace des gated communities

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La vie périurbaine face à la menace des gated communities"

    Cet ouvrage aborde un sujet abondamment discuté mais peu étudié : les rapports des périurbains à autrui et à leur environnement immédiat. Ceux-ci sont en effet couramment accusés de vouloir se mettre à l'écart de la ville et de tout ce qui fait sa valeur civilisatrice : le frottement à autrui, l'expérience de l'inattendu... Le développement, aux États-Unis, des ensembles pavillonnaires clos et sécurisés, les gated communities, n'a fait que renforcer les critiques. Cet ouvrage fait la part des choses et, s'il dresse un tableau sans concession de la vie périurbaine, il montre que beaucoup de critiques sont infondées ou, plutôt, mal fondées. Face à la menace des gated communities, l'attention se concentre sur la transformation des espaces résidentiels en clubs gérés privativement et protégés par des clôtures placées sous vidéosurveillance. Pourtant, en France, des barrières moins visibles, mais aussi efficaces, sont tracées à partir de la carte scolaire ou des règlements d'urbanisme. Dans les périphéries des grandes villes françaises, beaucoup de clubs résidentiels exclusifs sont produits et gérés par la puissance publique ! On reproche également aux périurbains de se replier sur l'entre-soi et de se fermer politiquement au monde qui les entoure. Les égoïsmes communaux, le refus du logement social sont souvent montrés du doigt. Pourtant, comment parler de repli sur l'espace résidentiel quand tous les indicateurs disponibles montrent que les périurbains passent l'essentiel de leur vie quotidienne loin de leur domicile et que l'espace résidentiel a perdu la plus grande part de sa valeur existentielle ? Le sentiment d'insécurité est enfin considéré comme la principale cause de l'apparition de portails ou de barrières à l'entrée des rues pavillonnaires périurbaines. L'enquête montre que ce phénomène est plutôt dû aux troubles engendrés par le trafic automobile et aux difficultés rencontrées par les adultes dans leurs relations avec les jeunes de leur quartier. Dans le périurbain aussi, la question centrale est plus celle de l'incivilité que celle de l'insécurité.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 228  pages
    • Dimensions :  1.8cmx16.0cmx23.4cm
    • Poids : 381.0g
    • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
    • Collection : Villes et Entreprises
    • ISBN :  2747583260
    • EAN13 :  9782747583268
    • Classe Dewey :  711.5
    • Langue : Français

    D'autres livres de Éric Charmes

    La ville émiettée

    Les villes, en s'étendant, intègrent dans leur orbite de nouvelles communes. Beaucoup de ces communes restent toutefois séparées des villes dont elles dépendent par des espaces naturels ou agricoles. Ces communes sont dites « périurbaines ». En 20 ans, leur nombre a quasiment doublé, [.....

    Villes rêvées, villes durables ?

    Les Français rêvent, dit-on, d'un habitat spacieux et proche de la nature, tout en souhaitant accéder facilement aux centres urbains, pour leurs ambiances, leurs services, leurs commerces, leurs lieux culturels, etc. Ils s'efforcent de le réaliser en arbitrant entre de multiples facteurs : le...

    Voir tous les livres de Éric Charmes

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Cet ouvrage aborde un sujet abondamment discuté mais peu étudié : les rapports des périurbains à autrui et à leur environnement immédiat. Ceux-ci sont en effet couramment accusés de vouloir se mettre à l'écart de la ville et de tout ce qui fait sa valeur civilisatrice : le frottement à autrui, l'expérience de l'inattendu... Le développement, aux États-Unis, des ensembles pavillonnaires clos et sécurisés, les gated communities, n'a fait que renforcer les critiques. Cet ouvrage fait la part des choses et, s'il dresse un tableau sans concession de la vie périurbaine, il montre que beaucoup de critiques sont infondées ou, plutôt, mal fondées. Face à la menace des gated communities, l'attention se concentre sur la transformation des espaces résidentiels en clubs gérés privativement et protégés par des clôtures placées sous vidéosurveillance. Pourtant, en France, des barrières moins visibles, mais aussi efficaces, sont tracées à partir de la carte scolaire ou des règlements d'urbanisme. Dans les périphéries des grandes villes françaises, beaucoup de clubs résidentiels exclusifs sont produits et gérés par la puissance publique ! On reproche également aux périurbains de se replier sur l'entre-soi et de se fermer politiquement au monde qui les entoure. Les égoïsmes communaux, le refus du logement social sont souvent montrés du doigt. Pourtant, comment parler de repli sur l'espace résidentiel quand tous les indicateurs disponibles montrent que les périurbains passent l'essentiel de leur vie quotidienne loin de leur domicile et que l'espace résidentiel a perdu la plus grande part de sa valeur existentielle ? Le sentiment d'insécurité est enfin considéré comme la principale cause de l'apparition de portails ou de barrières à l'entrée des rues pavillonnaires périurbaines. L'enquête montre que ce phénomène est plutôt dû aux troubles engendrés par le trafic automobile et aux difficultés rencontrées par les adultes dans leurs relations avec les jeunes de leur quartier. Dans le périurbain aussi, la question centrale est plus celle de l'incivilité que celle de l'insécurité.