share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jeanne d'Arc : Sainte ou sorcière

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jeanne d'Arc : Sainte ou sorcière

Jeanne d'Arc : Sainte ou sorcière

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jeanne d'Arc : Sainte ou sorcière"

Et si Jeanne d'Arc, "la bonne Lorraine / Qu'Anglais brûlèrent à Rouen" était l'un des personnages les plus importants de notre histoire ? Le 16 mai 1920, Jeanne est canonisée et le gouvernement décrète que "la République française célébrera annuellement, le 8 mai, la fête de Jeanne d'Arc, fête du patriotisme". Cette unanimité n'est qu'apparente. Si on n'ose plus écrire comme l'a fait Voltaire dans sa Pucelle (1672) que Jeanne est "une idiote hardie qui se croyait une inspirée", elle dérange. Elle ne se laisse pas annexer à un camp. Sainte ? Mais brûlée vive par l'Inquisition. Fille du peuple ? Mais elle écoute Dieu et s'agenouille devant le Dauphin. Patriote ? Mais icône de la droite nationaliste (Charles Maurras). On la célèbre donc timidement : la nation a mauvaise presse parmi les élites, historiens et politiciens. Que faire d'elle, qu'on ne peut réduire à un jugement sommaire ? C'est Michelet qui a le mieux exprimé la singularité de la plus grande des héroïnes nationales. "Elle est la simple fille des campagnes, du pauvre peuple de France car il y eut un peuple, il y eut une France... En elle apparurent à la fois la Vierge et déjà la Patrie", écrit-il. On peut récuser le romantisme de Michelet. Il reste qu'au moment peut-être le plus dramatique de l'histoire de France, quand s'entrelacent guerre civile et guerre étrangère, une inconnue a surgi et a conduit le Roi à Reims. Vivante énigme, mystérieuse créature" écrit Michelet de la Pucelle. C'est "Jeanne la bonne Lorraine / Qu'Anglais brûlèrent à Rouen". Elle avait 19 ans. Quand on oublie de la célébrer, c'est que la France doute d'elle-même.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 380  pages
  • Dimensions :  4.0cmx14.0cmx21.0cm
  • Poids : 521.6g
  • Editeur :   Le Figaro Editions Paru le
  • Collection : Ils ont fait la France
  • ISBN :  281050413X
  • EAN13 :  9782810504138

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Et si Jeanne d'Arc, "la bonne Lorraine / Qu'Anglais brûlèrent à Rouen" était l'un des personnages les plus importants de notre histoire ? Le 16 mai 1920, Jeanne est canonisée et le gouvernement décrète que "la République française célébrera annuellement, le 8 mai, la fête de Jeanne d'Arc, fête du patriotisme". Cette unanimité n'est qu'apparente. Si on n'ose plus écrire comme l'a fait Voltaire dans sa Pucelle (1672) que Jeanne est "une idiote hardie qui se croyait une inspirée", elle dérange. Elle ne se laisse pas annexer à un camp. Sainte ? Mais brûlée vive par l'Inquisition. Fille du peuple ? Mais elle écoute Dieu et s'agenouille devant le Dauphin. Patriote ? Mais icône de la droite nationaliste (Charles Maurras). On la célèbre donc timidement : la nation a mauvaise presse parmi les élites, historiens et politiciens. Que faire d'elle, qu'on ne peut réduire à un jugement sommaire ? C'est Michelet qui a le mieux exprimé la singularité de la plus grande des héroïnes nationales. "Elle est la simple fille des campagnes, du pauvre peuple de France car il y eut un peuple, il y eut une France... En elle apparurent à la fois la Vierge et déjà la Patrie", écrit-il. On peut récuser le romantisme de Michelet. Il reste qu'au moment peut-être le plus dramatique de l'histoire de France, quand s'entrelacent guerre civile et guerre étrangère, une inconnue a surgi et a conduit le Roi à Reims. Vivante énigme, mystérieuse créature" écrit Michelet de la Pucelle. C'est "Jeanne la bonne Lorraine / Qu'Anglais brûlèrent à Rouen". Elle avait 19 ans. Quand on oublie de la célébrer, c'est que la France doute d'elle-même.