share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'âme charnelle : Journal 1953-1978

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'âme charnelle : Journal 1953-1978

L'âme charnelle : Journal 1953-1978

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'âme charnelle : Journal 1953-1978"

Le journal commence en 1953 au moment où Guy Dupré entre chez Plon, l'éditeur de Barrès et de Bernanos, et publie son premier roman Les Fiancées sont froides, qui lui vaudra un accueil très favorable auprès des critiques : Mauriac, Albert Béguin entre autres salueront l'arrivée de ce jeune écrivain. Dupré participe au monde des lettres, fréquente Jean Cocteau, Julien Green, Julien Gracq, Raymond Abellio et madame Simone (l'actrice Pauline Benda qui fut le dernier amour d'Alain-Fournier avant que ce dernier parte au front), croise Marguerite Yourcenar, Sunsarié de Larcône, Philippe Sollers, Jean-Edern Hallier, etc. Le récit de ces jours se déploie dans une langue alerte agrémentée de lectures et de propos rapportés avec beaucoup d'esprit. Guy Dupré fait part également de ses aventures féminines. Le journal s'interrompt en 1964 et ne reprend qu'en 1974 pour se clore en 1978. Ce n'est qu'en 1 980 que Guy Dupré publiera à nouveau un roman, Le Grand Coucher. Ce journal comble les années de silence où Guy Dupré a cherché sa voie et a tenu sur des cahiers le fil des jours.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 286  pages
  • Dimensions :  2.2cmx12.6cmx19.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Bartillat Paru le
  • ISBN :  2841004821
  • EAN13 :  9782841004829
  • Classe Dewey :  843

D'autres livres de Guy Dupré

Les fiancées sont froides ; Le Grand Coucher ; Les Mamantes

L'intrigue des Fiancées sont froides se déroule dans les années 1820-1830 sur les rivages de la Baltique, où un hussard déserte pour avoir enfreint les règles de son corps en se fiançant. Il devient écrivain public. Soutenu par les veuves et mères de 1814, il lève une phalange de femmes po...

Les fiancées sont froides

Sur les rivages de la Baltique, dans les années 1820-1830, un hussard déserte pour avoir enfreint les règles de son corps en se fiançant. Il devient écrivain public à Lubeck. Soutenu par l'amour des fiancées de 1814 et des veuves pour qui il remplace l'époux promis ou disparu dans les derni...

Comme un adieu dans une langue oubliée

Mémorialiste de lui-même, Guy Dupré signe ici un livre inclassable et éblouissant. Sont-ce les archives du siècle ? Des mémoires ? Un récit ? Une auto-fiction ? où il lève le rideau sur le spectacle de sa vie. Né à Fécamp de papa normand et de maman nippone, éprouvant encore les crispat...

Dis-moi qui tu hantes

" Un des tout premiers écrivains français vivants ", a écrit Edmonde Charles-Roux de l'auteur des Fiancées sont froides. " L'un des plus grands écrivains français et finalement un des plus modernes qu'il soit donné de lire aujourd'hui " selon Marc Lambron. Cette couvre non romancée de Guy Du...

Voir tous les livres de Guy Dupré

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le journal commence en 1953 au moment où Guy Dupré entre chez Plon, l'éditeur de Barrès et de Bernanos, et publie son premier roman Les Fiancées sont froides, qui lui vaudra un accueil très favorable auprès des critiques : Mauriac, Albert Béguin entre autres salueront l'arrivée de ce jeune écrivain. Dupré participe au monde des lettres, fréquente Jean Cocteau, Julien Green, Julien Gracq, Raymond Abellio et madame Simone (l'actrice Pauline Benda qui fut le dernier amour d'Alain-Fournier avant que ce dernier parte au front), croise Marguerite Yourcenar, Sunsarié de Larcône, Philippe Sollers, Jean-Edern Hallier, etc. Le récit de ces jours se déploie dans une langue alerte agrémentée de lectures et de propos rapportés avec beaucoup d'esprit. Guy Dupré fait part également de ses aventures féminines. Le journal s'interrompt en 1964 et ne reprend qu'en 1974 pour se clore en 1978. Ce n'est qu'en 1 980 que Guy Dupré publiera à nouveau un roman, Le Grand Coucher. Ce journal comble les années de silence où Guy Dupré a cherché sa voie et a tenu sur des cahiers le fil des jours.