share_book
Envoyer cet article par e-mail

De mémoire : Tome 2, Le deuil de l'innocence : un jour de septembre 1973 à Barcelone

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
De mémoire : Tome 2, Le deuil de l'innocence : un jour de septembre 1973 à Barcelone

De mémoire : Tome 2, Le deuil de l'innocence : un jour de septembre 1973 à Barcelone

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "De mémoire : Tome 2, Le deuil de l'innocence : un jour de septembre 1973 à Barcelone"

Le 17 septembre, en fin d'après-midi, dans le Nord, près de la frontière, la Guardia Civil a capturé des camarades. Nous n'en savons que ce qu'en ont dit la presse et quelques contacts. La fusillade n'aurait pas fait de morts. Deux auraient été pris... Depuis, nous prévoyons le pire. Près de l'aérateur, nos trois musettes sont alignées en rang d'oignons. Quelques munitions, des chargeurs de rechange, une ou deux liasses de billets de mille pesetas, des papiers, un paquet de cartes d'identité comme un jeu de tarot, un couteau, une boussole et les cartes d'état-major Alpina. Si nécessaire, nous partirons à pied par le maquis jusqu'au camp de base le plus proche. En cavalant, nous l'atteindrons dans la journée. Sur les chemins entre Barcelone et la Cerdagne, nous avons installé des caches avec des sacs de couchage plus la nourriture indispensable à quatre ou cinq jours de marche... Après les années d'insouciance à Toulouse, voici celles de la formation sous la dictature de Franco. Ici, la dernière journée en Espagne pour échapper à la souricière montée par la Guardia Civil.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 166  pages
  • Dimensions :  1.8cmx12.0cmx20.4cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Agone Paru le
  • Collection : Mémoires sociales
  • ISBN :  2748900960
  • EAN13 :  9782748900965
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Marc Rouillan

De mémoire : Tome 1, Les jours du début : un automne 1970 à Toulouse

Certains jours de bagarre, apparaissaient sur le campus de petites vieilles, un vol noir pareil à des étourneaux, toutes en deuil, avec de minuscules chapeaux de pailles et, sur leurs genoux, un sac à main de cuir verni. Cette fois-là, nous les découvrîmes près des anciennes arches du patio. ...

Lettre à Jules, suivi de "Voyages extraordinaires des enfants de l'extérieur", suivi de "Chroniques carcérales"

Depuis le temps que je dois t'écrire ! Les jours passent, les années de même... L'existence rebelle est aventureuse mais tout autant dilettante, tu sais ce que c'est... Pourtant, tôt ou tard, le vœu d'un gamin qui n'a pas encore tracé son cap finit par regagner le rivage. Et maintenant que je ...

Je hais les matins

On ne s'habitue jamais à la prison. Et plus le temps passe, plus les matins sont douloureux.(…). Qu'est-ce qui peut encore me donner la force ou l'inconscience d'atteindre le soir ? Plus de 4 750 matins pour Jean-Marc Rouillan, détenu à la Centrale de Lannemezan. Mais toutes les prisons se r...

De mémoire : Tome 3, La courte saison des Gari, Toulouse 1974

On expérimentait de nouvelles formes de lutte. Mais on ne partait pas de rien : nos racines venaient du vieux "guérillerisme" ibérique. On diffusait l'expérience acquise à Barcelone dans la lutte du MIL. En France, pour la première fois depuis la guerre d'Algérie, des militants révolutionnai...

Voir tous les livres de Jean-Marc Rouillan

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le 17 septembre, en fin d'après-midi, dans le Nord, près de la frontière, la Guardia Civil a capturé des camarades. Nous n'en savons que ce qu'en ont dit la presse et quelques contacts. La fusillade n'aurait pas fait de morts. Deux auraient été pris... Depuis, nous prévoyons le pire. Près de l'aérateur, nos trois musettes sont alignées en rang d'oignons. Quelques munitions, des chargeurs de rechange, une ou deux liasses de billets de mille pesetas, des papiers, un paquet de cartes d'identité comme un jeu de tarot, un couteau, une boussole et les cartes d'état-major Alpina. Si nécessaire, nous partirons à pied par le maquis jusqu'au camp de base le plus proche. En cavalant, nous l'atteindrons dans la journée. Sur les chemins entre Barcelone et la Cerdagne, nous avons installé des caches avec des sacs de couchage plus la nourriture indispensable à quatre ou cinq jours de marche... Après les années d'insouciance à Toulouse, voici celles de la formation sous la dictature de Franco. Ici, la dernière journée en Espagne pour échapper à la souricière montée par la Guardia Civil.