share_book
Envoyer cet article par e-mail

Crinières au vent indien : 7500 km à cheval, du Colorado au Guatemala à travers le Far West et le Mexique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Crinières au vent indien : 7500 km à cheval, du Colorado au Guatemala à travers le Far West et le Mexique

Crinières au vent indien : 7500 km à cheval, du Colorado au Guatemala à travers le Far West et le Mexique

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Crinières au vent indien : 7500 km à cheval, du Colorado au Guatemala à..."

    " Le vieil Indien ne répond pas. Il reste debout au milieu de sa ferme. Il laisse le silence s'installer. J'ai le sentiment que si l'homme se tait, ça n'est pas qu'il réfléchit, c'est qu'il écoute. Il est là, immobile, pétri de glèbe, buriné de vent, le regard usé de soleil. Il s'imprègne de tout cela, de son univers traditionnel, de sa réalité de Navajo, de ma réalité d'homme blanc, de mes chevaux, de Ma Belle qui s'est assise en attendant. De temps à autre il ponctue le silence d'un " hum ! " impénétrable. Je sens qu'il serait parfaitement incongru de parler ou de fumer. L'heure est à la méditation. Combien attendons-nous comme cela, cinq minutes, dix minutes ? Le temps s'est arrêté. Mais je sais que la décision du vieil Indien sera globale, définitive. Lentement, le vieux Navajo se retourne, monte à l'échelle, attrape une botte de foin, la fait rouler par terre et, sans un regard pour moi, s'en va vers ses occupations. Il n'a pas prononcé une parole. Tel fut son geste d'accueil. " Un vagabond, un homme bon et un bonhomme partis à travers le Far West américain et le Mexique, de Denver à la frontière du Guatemala. Hobo, le mulet, c'est le vagabond, l'original, celui qui ne se fixe nulle part. Omobono, le cheval, est synonyme d'homme bon. Et le bonhomme ? Le bonhomme c'est Stéphane Bigo qui après avoir voyagé avec un cheval et une mule d'Istanbul à Kaboul, repart ici à la découverte des traces indiennes. Un an plus tard et 7 500 km dans les sabots, l'auteur des Crinières au vent aura réalisé encore une riche aventure ; vivre en être libre auprès de la nature et des animaux. Ce parcours indien fera office d'initiation. Celle qui nous enracine au plus profond de notre être. Celle qui nous apprend à faire confiance à nos sens et... à s'en méfier ! " Le voyage m'apprend que la diversité de l'homme est en fait sa richesse principale... "

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 279  pages
    • Dimensions :  2.0cmx17.0cmx24.0cm
    • Poids : 639.6g
    • Editeur :   Belin Paru le
    • Collection : Les cavaliers de l'aventure
    • ISBN :  2701130913
    • EAN13 :  9782701130910
    • Langue : Français

    D'autres livres de Stéphane Bigo

    L'équitation de légèreté par l'éthologie

    L'équitation de tradition française de légèreté, loin de s'être figée une fois pour toute au XIXe siècle, est au contraire bien vivante et accessible à tous. L'équitation éthologique est aussi une équitation de légèreté. Elle recherche un cheval coopérant " qui se soutient de [......

    Crinières au vent d'Asie : 7000 Km à cheval à travers la Turquie, l'Irak, l'Iran et l'Afghanistan

    " Il a une tête de pur sang arabe vraiment magnifique. Tout en lui respire la vivacité, l'intelligence. L'oreille est dressée, l'œil alerte, le naseau ouvert et, surtout, sa mèche canaille lui barre le front, cette mèche qui accroche le vent, l'espace, et mon rêve... " Ce rêve à la mèche r...

    Voir tous les livres de Stéphane Bigo

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    " Le vieil Indien ne répond pas. Il reste debout au milieu de sa ferme. Il laisse le silence s'installer. J'ai le sentiment que si l'homme se tait, ça n'est pas qu'il réfléchit, c'est qu'il écoute. Il est là, immobile, pétri de glèbe, buriné de vent, le regard usé de soleil. Il s'imprègne de tout cela, de son univers traditionnel, de sa réalité de Navajo, de ma réalité d'homme blanc, de mes chevaux, de Ma Belle qui s'est assise en attendant. De temps à autre il ponctue le silence d'un " hum ! " impénétrable. Je sens qu'il serait parfaitement incongru de parler ou de fumer. L'heure est à la méditation. Combien attendons-nous comme cela, cinq minutes, dix minutes ? Le temps s'est arrêté. Mais je sais que la décision du vieil Indien sera globale, définitive. Lentement, le vieux Navajo se retourne, monte à l'échelle, attrape une botte de foin, la fait rouler par terre et, sans un regard pour moi, s'en va vers ses occupations. Il n'a pas prononcé une parole. Tel fut son geste d'accueil. " Un vagabond, un homme bon et un bonhomme partis à travers le Far West américain et le Mexique, de Denver à la frontière du Guatemala. Hobo, le mulet, c'est le vagabond, l'original, celui qui ne se fixe nulle part. Omobono, le cheval, est synonyme d'homme bon. Et le bonhomme ? Le bonhomme c'est Stéphane Bigo qui après avoir voyagé avec un cheval et une mule d'Istanbul à Kaboul, repart ici à la découverte des traces indiennes. Un an plus tard et 7 500 km dans les sabots, l'auteur des Crinières au vent aura réalisé encore une riche aventure ; vivre en être libre auprès de la nature et des animaux. Ce parcours indien fera office d'initiation. Celle qui nous enracine au plus profond de notre être. Celle qui nous apprend à faire confiance à nos sens et... à s'en méfier ! " Le voyage m'apprend que la diversité de l'homme est en fait sa richesse principale... "