share_book
Envoyer cet article par e-mail

Guide spirituel des chemins de Saint-Jacques

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Guide spirituel des chemins de Saint-Jacques

Guide spirituel des chemins de Saint-Jacques

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Guide spirituel des chemins de Saint-Jacques"

Le Journal d'Anne Frank, on le sait, est l'un des témoignages les plus lus et les plus poignants du XXe siècle. Au-delà du destin de cette jeune fille hors du commun, les deux auteurs de cet essai historique reconstituent l'univers familial de cette enfant de la très grande bourgeoisie européenne qui évoluait notamment entre la Hollande, l'Allemagne et la Suisse. Le grand-père d'Anne Frank vivait ainsi dans la « Judengasse », l'étroite « ruelle aux juifs » de Francfort. Sa grand-mère, Alice, tenait quant à elle une maison ouverte au grand monde à Francfort, où elle était l'épouse d'un banquier, avant que la famille n'essaime à Londres, Bâle et Amsterdam. La richesse y était au service de l'échange. Gerti Elias et Mirjam Pressler décrivent avec empathie et précision cette famille cosmopolite et cultivée, depuis la joie de vivre des premiers temps jusqu'au drame de la famille d'Anne, Otto, son père, rescapé des camps et des marches de la mort, ne reverra jamais ni son épouse, ni ses enfants. Mais elles nous montrent aussi l'ancrage de la famille Frank dans la culture européenne : la pratique courante des langues étrangères, les voyages, l'ouverture au monde. Elles décrivent ainsi ce qui fut une première Europe, fondée sur l'esprit, la culture, le savoir-vivre, une Europe de l'intelligence que le nazisme a détruite, peut-être à tout jamais, en un peu plus d'une décennie. Mais elles montrent aussi la vie quotidienne de ces familles dispersées dans une Europe secouée par la guerre : l'organisation, la solidarité, l'angoisse permanente, jusqu'au retour des survivants.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 317  pages
  • Dimensions :  1.8cmx10.0cmx15.4cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Presses De La Renaissance Paru le
  • ISBN :  2750905494
  • EAN13 :  9782750905491
  • Classe Dewey :  260
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le Journal d'Anne Frank, on le sait, est l'un des témoignages les plus lus et les plus poignants du XXe siècle. Au-delà du destin de cette jeune fille hors du commun, les deux auteurs de cet essai historique reconstituent l'univers familial de cette enfant de la très grande bourgeoisie européenne qui évoluait notamment entre la Hollande, l'Allemagne et la Suisse. Le grand-père d'Anne Frank vivait ainsi dans la « Judengasse », l'étroite « ruelle aux juifs » de Francfort. Sa grand-mère, Alice, tenait quant à elle une maison ouverte au grand monde à Francfort, où elle était l'épouse d'un banquier, avant que la famille n'essaime à Londres, Bâle et Amsterdam. La richesse y était au service de l'échange. Gerti Elias et Mirjam Pressler décrivent avec empathie et précision cette famille cosmopolite et cultivée, depuis la joie de vivre des premiers temps jusqu'au drame de la famille d'Anne, Otto, son père, rescapé des camps et des marches de la mort, ne reverra jamais ni son épouse, ni ses enfants. Mais elles nous montrent aussi l'ancrage de la famille Frank dans la culture européenne : la pratique courante des langues étrangères, les voyages, l'ouverture au monde. Elles décrivent ainsi ce qui fut une première Europe, fondée sur l'esprit, la culture, le savoir-vivre, une Europe de l'intelligence que le nazisme a détruite, peut-être à tout jamais, en un peu plus d'une décennie. Mais elles montrent aussi la vie quotidienne de ces familles dispersées dans une Europe secouée par la guerre : l'organisation, la solidarité, l'angoisse permanente, jusqu'au retour des survivants.