share_book
Envoyer cet article par e-mail

À soi-même : Pensées

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
À soi-même : Pensées

À soi-même : Pensées

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "À soi-même : Pensées"

    Les Pensées « A soi-même » de Marc Aurèle représentent l'unique témoignage d'un empereur romain qui, au cours de ses dix-neuf années de règne (de 161 à 180 après notre ère) s'est quotidiennement adonné à la pratique de la philosophie. A la lettre, ces écrits souvent brefs et incisifs étaient des exercices spirituels en forme, tantôt de notes de lectures, tantôt de préceptes destinés à soutenir et à aiguillonner l'action quotidienne. Marc Aurèle eut à coeur, comme l'avait fait son maître Épictète, d'humaniser le stoïcisme classique, de le sortir de la logique où il s'enfermait et de le confronter à l'action morale. Toute sa philosophie tendit vers ce but : retrouver derrière l'homme problématique que tiraille le conflit des affects et des devoirs, une raison individuelle réconciliée avec la Raison Universelle. Car, à l'instar de ses maîtres anciens, Zénon ou Chrysippe, les fondateurs de la secte stoïcienne, l'empereur croyait que l'homme participe de la même volonté qui gouverne le cosmos et doit vouloir sincèrement la destinée qu'une Providence intelligente lui réserve sur le point aveugle qu'il occupe. Aimer son destin, quel qu'il fût, était là une grande leçon. Pour y parvenir, le progressant s'encourageait lui- même à fuir les jugements de valeur, à ne pas se laisser troubler par le réel, à éradiquer la cohorte des fausses impressions qui envahissent l'âme, bref à se bâtir une forteresse intérieure. Ce contrôle permanent mis au service des actes appropriés ne risquait-il pas de faire du retiré un ascète solitaire ? Non pas, car le stoïcisme était une philosophie altruiste. Marc Aurèle qui fut juge des causes humaines, était un homme indulgent et bon. Pessimiste, il regardait les apparences des choses avec une acuité déconstructionniste : la pourpre n'était plus à ses yeux que du poil de chèvre et le coït un frottement de muqueuses. Pourtant s'il regardait le réel avec cette indifférence des gens blasés par de faux apprêts, il aimait l'humanité ; il savait que les hommes se trompent, persistent et signent dans leurs erreurs ; et il comprenait malgré tout que c'était là une raison supplémentaire de les aimer.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 304  pages
    • Dimensions :  1.8cmx11.0cmx16.2cm
    • Poids : 199.6g
    • Editeur :   Rivages Paru le
    • Collection : Rivages Poche
    • ISBN :  2743611731
    • EAN13 :  9782743611736

    D'autres livres de Marc Aurèle

    Pensées pour moi-même

    On sent en soi-même un plaisir secret lorsqu'on parle de cet empereur ; on ne peut lire sa vie sans une espèce d'attendrissement ; tel est l'effet qu'elle produit qu'on a meilleure opinion de soi-même, parce qu'on a meilleure opinion des hommes. ...

    Pensées à moi-même

    " La durée de la vie de l'homme ? Un point. Sa substance ? un flux. Ses sensations ? De la nuit. Tout son corps ? Un agrégat putrescent. Son âme ? Un tourbillon. Sa destinée ? Une énigme insoluble. La gloire ? Une indétermination. En un mot, tout le corps n'est qu'un fleuve ; toute l'âme, ...

    Pensées

    Ni confessions ni journal intime, mais plutôt dialogue avec lui-même, les Pensées de l'empereur Marc Aurèle (121-180 après J.-C.) sont un document humain exceptionnel. Inspirées des principes du stoïcisme, ces méditations pleines de sagesse révèlent un homme en proie au doute qui [....]...

    Pensées

    Ni confessions ni journal intime, mais plutôt dialogue avec lui-même, les Pensées de l'empereur Marc Aurèle (121-180 après J.-C.) sont un document humain exceptionnel. Inspirées des principes du stoïcisme, ces méditations pleines de sagesse révèlent un homme en proie au doute qui [....]...

    Voir tous les livres de Marc Aurèle

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Les Pensées « A soi-même » de Marc Aurèle représentent l'unique témoignage d'un empereur romain qui, au cours de ses dix-neuf années de règne (de 161 à 180 après notre ère) s'est quotidiennement adonné à la pratique de la philosophie. A la lettre, ces écrits souvent brefs et incisifs étaient des exercices spirituels en forme, tantôt de notes de lectures, tantôt de préceptes destinés à soutenir et à aiguillonner l'action quotidienne. Marc Aurèle eut à coeur, comme l'avait fait son maître Épictète, d'humaniser le stoïcisme classique, de le sortir de la logique où il s'enfermait et de le confronter à l'action morale. Toute sa philosophie tendit vers ce but : retrouver derrière l'homme problématique que tiraille le conflit des affects et des devoirs, une raison individuelle réconciliée avec la Raison Universelle. Car, à l'instar de ses maîtres anciens, Zénon ou Chrysippe, les fondateurs de la secte stoïcienne, l'empereur croyait que l'homme participe de la même volonté qui gouverne le cosmos et doit vouloir sincèrement la destinée qu'une Providence intelligente lui réserve sur le point aveugle qu'il occupe. Aimer son destin, quel qu'il fût, était là une grande leçon. Pour y parvenir, le progressant s'encourageait lui- même à fuir les jugements de valeur, à ne pas se laisser troubler par le réel, à éradiquer la cohorte des fausses impressions qui envahissent l'âme, bref à se bâtir une forteresse intérieure. Ce contrôle permanent mis au service des actes appropriés ne risquait-il pas de faire du retiré un ascète solitaire ? Non pas, car le stoïcisme était une philosophie altruiste. Marc Aurèle qui fut juge des causes humaines, était un homme indulgent et bon. Pessimiste, il regardait les apparences des choses avec une acuité déconstructionniste : la pourpre n'était plus à ses yeux que du poil de chèvre et le coït un frottement de muqueuses. Pourtant s'il regardait le réel avec cette indifférence des gens blasés par de faux apprêts, il aimait l'humanité ; il savait que les hommes se trompent, persistent et signent dans leurs erreurs ; et il comprenait malgré tout que c'était là une raison supplémentaire de les aimer.