share_book
Envoyer cet article par e-mail

Feinte baroque : Iconographie et esthétique de la variété au XVIIe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Feinte baroque : Iconographie et esthétique de la variété au XVIIe siècle

Feinte baroque : Iconographie et esthétique de la variété au XVIIe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Feinte baroque : Iconographie et esthétique de la variété au XVIIe siècle"

Cette étude d'histoire de l'art est l'une des premières à envisager le décor de théâtre non seulement comme support d'une action dramatique mais aussi comme une image artistique dans un espace. Elle s'appuie pour cela sur un corpus peu connu : les esquisses de décors du Mémoire de Laurent Mahelot, réalisées pour le théâtre de l'Hôtel de Bourgogne, qui regroupent notamment 47 dessins réattribués à l'artiste scénographe Georges Buffequin, peintre du Roi au service de Richelieu. Ces lavis offrent un témoignage précieux de l'esthétique baroque française des années 1630-1640 et de l'influence particulière du théâtre italien. Ces images de " feintes " (pour reprendre le terme employé au XVIIe siècle), sont rapprochées et mises en parallèle avec la première grande controverse de cette période : celle de la Querelle du Cid autour de la règle des trois unités qui opposa les partisans de l'écriture " régulière " aux " irréguliers ". Cette controverse, irriguée par les réflexions des humanistes italiens du XVIe siècle, compose le débat théorique fondamental qui anime la pensée artistique française pendant les années du règne de Richelieu, puis une bonne partie du XVIIe siècle. La publication dans cet ouvrage du Discours à Cliton sur les Observations du Cid, servira de base à l'étude de l'esthétique de la variété, qui apparaît aux yeux de la critique d'aujourd'hui comme étant constitutive du baroque, et à laquelle, vers 1630, vont s'opposer avec une certaine force, les partisans de la poétique composée dans les règles aristotéliciennes de l'art, ceux que l'on qualifiera de " classiques ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 252  pages
  • Dimensions :  2.0cmx16.4cmx24.0cm
  • Poids : 821.0g
  • Editeur :   Somogy éditions D'art Paru le
  • Collection : Histoire de l'art
  • ISBN :  2757202928
  • EAN13 :  9782757202920
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Cette étude d'histoire de l'art est l'une des premières à envisager le décor de théâtre non seulement comme support d'une action dramatique mais aussi comme une image artistique dans un espace. Elle s'appuie pour cela sur un corpus peu connu : les esquisses de décors du Mémoire de Laurent Mahelot, réalisées pour le théâtre de l'Hôtel de Bourgogne, qui regroupent notamment 47 dessins réattribués à l'artiste scénographe Georges Buffequin, peintre du Roi au service de Richelieu. Ces lavis offrent un témoignage précieux de l'esthétique baroque française des années 1630-1640 et de l'influence particulière du théâtre italien. Ces images de " feintes " (pour reprendre le terme employé au XVIIe siècle), sont rapprochées et mises en parallèle avec la première grande controverse de cette période : celle de la Querelle du Cid autour de la règle des trois unités qui opposa les partisans de l'écriture " régulière " aux " irréguliers ". Cette controverse, irriguée par les réflexions des humanistes italiens du XVIe siècle, compose le débat théorique fondamental qui anime la pensée artistique française pendant les années du règne de Richelieu, puis une bonne partie du XVIIe siècle. La publication dans cet ouvrage du Discours à Cliton sur les Observations du Cid, servira de base à l'étude de l'esthétique de la variété, qui apparaît aux yeux de la critique d'aujourd'hui comme étant constitutive du baroque, et à laquelle, vers 1630, vont s'opposer avec une certaine force, les partisans de la poétique composée dans les règles aristotéliciennes de l'art, ceux que l'on qualifiera de " classiques ".