share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pétrarque

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pétrarque

Pétrarque

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Pétrarque"

    Voici le texte qui enchanta Strawinsky et valut à C.-A. Cingria des pages élogieuses dans les mémoires du Maître... Poète chantant un autre poète, Cingria donne libre cours ici à son érudition, son amour des mots, s'immergeant avec délices dans une époque qu'il aima entre toutes. Parmi les innombrables articles, chroniques, notes et correspondances où fourmillent les allusions et les mentions du Moyen Age, trois " massifs " littéraires se détachent nettement, La Reine Berthe (Poche Suiss n° 115) sur les origines mérovingiennes, La civilisation de Saint-Gall (à paraître ultérieurement) sur la culture et la musique grégorienne, et enfin la monographie sur Pétrarque, dans les Cahiers romands, consacrée à la fin du Moyen Age, c'est-à-dire à une certaine imitation de l'Antiquité considérée par Cingria comme la véritable perte de la mesure romaine et de l'ampleur antique. Avec la Renaissance, c'est donc pour l'auteur très précisément la culture elle-même qui disparaît. Il ne fallait pas être moins que Cingria pour assumer le paradoxe. Pétrarque est suivi d'une notice de Christophe Calame

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 140  pages
    • Dimensions :  1.4cmx11.6cmx17.2cm
    • Poids : 140.6g
    • Editeur :   L'age D'homme Paru le
    • Collection : Poche suisse
    • ISBN :  2825118206
    • EAN13 :  9782825118207
    • Classe Dewey :  850.1
    • Langue : Français

    D'autres livres de Charles-Albert Cingria

    Colères et antidotes : Anthologie

    « Charles-Albert Cingria ? Un sujet rêvé pour les amateurs de qualificatifs rares, d'expressions recherchées, d'images cocasses. Capricant pour les uns, coruscant pour les autres; lutin insaisissable et papillon de bibliothèque, selon Claudel; phosphorescence qui court, renchérit Cocteau; ayan...

    Voir tous les livres de Charles-Albert Cingria

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Voici le texte qui enchanta Strawinsky et valut à C.-A. Cingria des pages élogieuses dans les mémoires du Maître... Poète chantant un autre poète, Cingria donne libre cours ici à son érudition, son amour des mots, s'immergeant avec délices dans une époque qu'il aima entre toutes. Parmi les innombrables articles, chroniques, notes et correspondances où fourmillent les allusions et les mentions du Moyen Age, trois " massifs " littéraires se détachent nettement, La Reine Berthe (Poche Suiss n° 115) sur les origines mérovingiennes, La civilisation de Saint-Gall (à paraître ultérieurement) sur la culture et la musique grégorienne, et enfin la monographie sur Pétrarque, dans les Cahiers romands, consacrée à la fin du Moyen Age, c'est-à-dire à une certaine imitation de l'Antiquité considérée par Cingria comme la véritable perte de la mesure romaine et de l'ampleur antique. Avec la Renaissance, c'est donc pour l'auteur très précisément la culture elle-même qui disparaît. Il ne fallait pas être moins que Cingria pour assumer le paradoxe. Pétrarque est suivi d'une notice de Christophe Calame