share_book
Envoyer cet article par e-mail

Psyché, visage et masques

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Psyché, visage et masques

Psyché, visage et masques

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Psyché, visage et masques"

    Les anthropologues sont-ils seuls à mettre en cause l'opposition classique du masque, comme fausse identité, et du visage nu, comme reflet d'une intériorité qui s'offre au regard d'autrui ? Le dispositif de la cure psychanalytique, sa manière d'absenter les visages en face-à-face et, du coup, de brouiller les identités, ne la questionne-t-il pas aussi ? Pour les anthropologues, la fonction du masque, qui rend matériellement présente une entité normalement invisible, interroge le système des identifications et des différenciations. Dans la psychanalyse, cette capacité de médiation revient à Eros qui, à la différence de Narcisse, ne se fige pas dans sa propre contemplation mais invente les masques afin d'animer le théâtre intérieur et d'accepter la rencontre avec l'autre. Masque-déformation ? Masque-transformation ? Quel pouvoir conférer à ce qui peut faire passer du visage à l'identité ?

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 152  pages
    • Dimensions :  1.2cmx13.6cmx19.8cm
    • Poids : 181.4g
    • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
    • ISBN :  2130579442
    • EAN13 :  9782130579441
    • Classe Dewey :  150.195
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jacques André

    Les récits du temps

    La façon qu'a l'homme d'être dans le temps est une interrogation commune à l'historien et au psychanalyste. Au gré des cultures, des époques, des individus, la représentation du temps et l'inscription des êtres collectifs comme des êtres individuels dans le mouvement de la temporalisation...

    Transfert et états limites

    Battre froid ou battre chaud, la folie border-line soumet le transfert aux variations climatiques les plus extrêmes, du détachement le plus éthéré à la passion la plus primitive, entre glaciation et éruption volcanique. Dans un cas l'analyse reste une idée de l'analyse et ne parvient pas à ...

    La folie maternelle ordinaire

    " Tu es un accident, tu n'étais pas désiré, j'ai voulu avorter... ", autant de paroles qui disent la folie maternelle. Non pas la folie des mères folles, celles qui franchissent un pas de plus (" tu es un trou dans une capote, j'aurais dû tirer la chasse "), mais la folie maternelle ordinaire, ...

    Désirs d'enfants

    Désir d'un enfant, désir de l'enfant, de l'enfance, de l'infantile... ces mouvements du fantasme ne se confondent pas, même s'ils ne demandent qu'à condenser leurs effets. Ainsi se tracent les voies des sexualités primitive et œdipienne. Du triomphe de his majesty the baby à la mélancolie de...

    Voir tous les livres de Jacques André

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Les anthropologues sont-ils seuls à mettre en cause l'opposition classique du masque, comme fausse identité, et du visage nu, comme reflet d'une intériorité qui s'offre au regard d'autrui ? Le dispositif de la cure psychanalytique, sa manière d'absenter les visages en face-à-face et, du coup, de brouiller les identités, ne la questionne-t-il pas aussi ? Pour les anthropologues, la fonction du masque, qui rend matériellement présente une entité normalement invisible, interroge le système des identifications et des différenciations. Dans la psychanalyse, cette capacité de médiation revient à Eros qui, à la différence de Narcisse, ne se fige pas dans sa propre contemplation mais invente les masques afin d'animer le théâtre intérieur et d'accepter la rencontre avec l'autre. Masque-déformation ? Masque-transformation ? Quel pouvoir conférer à ce qui peut faire passer du visage à l'identité ?