share_book
Envoyer cet article par e-mail

Raphaël

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Raphaël

Raphaël

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Raphaël"

    300 illustrations en couleur et 20 en noir et blanc. Vasari qualifiait Raphaël d artista aggraziato, artiste touché par la grâce. Sans doute s agit-il encore de l une des plus justes manières d évoquer l uvre de l un des plus grands créateurs de la Renaissance italienne, aux côtés de Michel-Ange et de Léonard de Vinci. Aucune étude n était parue en France depuis le livre de Jean-Pierre Cuzin, en 1983. Cet automne, une exposition réunissant une douzaine de toiles de l artiste se tenait à Paris, au musée du Luxembourg ; c était l occasion pour Pierluigi De Vecchi l un des organisateurs de cet événement de faire le point sur la vie et l uvre de Rafaello Sanzio ou, comme il signa certains tableaux : Raphaël Urbinas, en hommage à sa ville natale d Urbino. Né et décédé un Vendredi saint (1483-1520), Raphaël appartient à une famille de négociants aisés ; hormis sa formation dans l atelier du Pérugin, on sait peu de choses de ses premières années. Il arrive à Florence en 1504, où il étudie les maîtres : Masaccio, Ghirlandaio, Léonard ; il en repart en 1508 pour Rome, où il mourra douze ans plus tard, en pleine maturité. À trente ans, il était, au dire de ses contemporains, une légende vivante. L auteur réexamine toutes les grandes périodes de sa courte carrière, qu il débarrasse de poncifs accumulés au fil des siècles. Il garde à l esprit la composante la plus « profonde » de son art : son rapport à la beauté liée à la dialectique de l amour terrestre et de l amour céleste qui, au tournant du XVe et du XVIe siècles, était au c ur du débat de la « philosophie d amour », mais à laquelle il sut donner une expression concrète à travers l image. Si Raphaël était incomparable aux yeux des humanistes et des lettrés de la cour du pape Léon X c était, selon les mots d André Chastel rapportés par De Vecchi « parce que l on percevait, dans la perfection de la forme, une dimension métaphysique de la beauté ». Tous les grands tableaux de l artiste sont ici reproduits, mais également un nombre important de dessins et de gravures, permettant de comprendre la conception de ses uvres et leur diffusion. Son travail d architecte et de décorateur (Loges, Chambres, villa Madame...) y est également abordé.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 384  pages
    • Dimensions :  4.8cmx29.4cmx34.4cm
    • Poids : 3959.9g
    • Editeur :   Citadelles & Mazenod Paru le
    • Collection : Les phares
    • ISBN :  2850881139
    • EAN13 :  9782850881138
    • Classe Dewey :  759.5
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    300 illustrations en couleur et 20 en noir et blanc. Vasari qualifiait Raphaël d artista aggraziato, artiste touché par la grâce. Sans doute s agit-il encore de l une des plus justes manières d évoquer l uvre de l un des plus grands créateurs de la Renaissance italienne, aux côtés de Michel-Ange et de Léonard de Vinci. Aucune étude n était parue en France depuis le livre de Jean-Pierre Cuzin, en 1983. Cet automne, une exposition réunissant une douzaine de toiles de l artiste se tenait à Paris, au musée du Luxembourg ; c était l occasion pour Pierluigi De Vecchi l un des organisateurs de cet événement de faire le point sur la vie et l uvre de Rafaello Sanzio ou, comme il signa certains tableaux : Raphaël Urbinas, en hommage à sa ville natale d Urbino. Né et décédé un Vendredi saint (1483-1520), Raphaël appartient à une famille de négociants aisés ; hormis sa formation dans l atelier du Pérugin, on sait peu de choses de ses premières années. Il arrive à Florence en 1504, où il étudie les maîtres : Masaccio, Ghirlandaio, Léonard ; il en repart en 1508 pour Rome, où il mourra douze ans plus tard, en pleine maturité. À trente ans, il était, au dire de ses contemporains, une légende vivante. L auteur réexamine toutes les grandes périodes de sa courte carrière, qu il débarrasse de poncifs accumulés au fil des siècles. Il garde à l esprit la composante la plus « profonde » de son art : son rapport à la beauté liée à la dialectique de l amour terrestre et de l amour céleste qui, au tournant du XVe et du XVIe siècles, était au c ur du débat de la « philosophie d amour », mais à laquelle il sut donner une expression concrète à travers l image. Si Raphaël était incomparable aux yeux des humanistes et des lettrés de la cour du pape Léon X c était, selon les mots d André Chastel rapportés par De Vecchi « parce que l on percevait, dans la perfection de la forme, une dimension métaphysique de la beauté ». Tous les grands tableaux de l artiste sont ici reproduits, mais également un nombre important de dessins et de gravures, permettant de comprendre la conception de ses uvres et leur diffusion. Son travail d architecte et de décorateur (Loges, Chambres, villa Madame...) y est également abordé.