share_book
Envoyer cet article par e-mail

Voyous et Gentlemen : Une histoire du rugby

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Voyous et Gentlemen : Une histoire du rugby

Voyous et Gentlemen : Une histoire du rugby

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Voyous et Gentlemen : Une histoire du rugby"

Né en Angleterre, sous la pluie et sur la pelouse du collège de Rugby, ce " jeu de voyous pratiqué par des gentlemen ", a traversé la Manche pour s'établir - grâce à quelques émigrés britanniques - au Havre, à Paris puis à Bordeaux, avant de conquérir ce qui sera son fief, l'Occitanie. Mais le ballon ovale a suivi une trajectoire bien étonnante, que décrit Jean Lacouture : Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Australie, Argentine, Japon, Roumanie, îles Fidji... autant de pays, autant de styles. En 1987, après un demi-siècle de Tournoi des Cinq Nations, la compétition internationale s'est enfin ouverte aux rugbymen des antipodes avec la création de la Coupe du Monde. A l'heure des sponsors et de l'Audimat, que faut-il craindre - ou espérer - pour ce sport noble, fier de ses terroirs, jaloux de son folklore et nostalgique de son amateurisme ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 176  pages
  • Dimensions :  1.0cmx12.4cmx17.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Découvertes Gallimard
  • ISBN :  2070531392
  • EAN13 :  9782070531394
  • Classe Dewey :  795
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean Lacouture

Mitterrand, une histoire de français

Après tant de livres, pamphlets, plaidoyers ou réquisitoires consacrés à François Mitterrand, on attendait un ouvrage qui remette en perspective cet exceptionnel destin. En indiquant qu'il raconte " une histoire de Français ", Jean Lacouture entend souligner à quel point la personnalité [...

Carmen : La révoltée

Jean Lacouture, biographe des plus grands noms de notre histoire politique et culturelle, met son talent au service d'un mythe, Carmen, personnage de femme sombre et solaire, écrasée et révoltée, au double destin littéraire et musical. Incarnant, sous la plume de Mérimée, la fatalité, celle ...

Voir tous les livres de Jean Lacouture

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Né en Angleterre, sous la pluie et sur la pelouse du collège de Rugby, ce " jeu de voyous pratiqué par des gentlemen ", a traversé la Manche pour s'établir - grâce à quelques émigrés britanniques - au Havre, à Paris puis à Bordeaux, avant de conquérir ce qui sera son fief, l'Occitanie. Mais le ballon ovale a suivi une trajectoire bien étonnante, que décrit Jean Lacouture : Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Australie, Argentine, Japon, Roumanie, îles Fidji... autant de pays, autant de styles. En 1987, après un demi-siècle de Tournoi des Cinq Nations, la compétition internationale s'est enfin ouverte aux rugbymen des antipodes avec la création de la Coupe du Monde. A l'heure des sponsors et de l'Audimat, que faut-il craindre - ou espérer - pour ce sport noble, fier de ses terroirs, jaloux de son folklore et nostalgique de son amateurisme ?