share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mon secret

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mon secret

Mon secret

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mon secret"

"Tu es atteint d'une dangereuse maladie de l'âme. Seras-tu assez fou pour ne pas désirer guérir ?" demande Saint Augustin à Pétrarque au début de Mon secret, un dialogue à la manière de Platon entre le poète et le père de l'Eglise. Pour l'auteur des Confessions, comme pour Cicéron ou Sénèque - autres auteurs de prédilection de Pétrarque - l'homme était d'abord un malade qui devait chercher un remède à ses souffrances, dans la sagesse ou la soumission à la grâce divine. Avec respect et affection, mais aussi une sorte d'entêtement obstiné, Pétrarque soutient durant tout le dialogue une autre conception, celle d'un poète pour qui la souffrance elle-même peut être une source de joie : "Mille plaisirs ne valent pas une douleur." (Canzoniere, 231). Comme l'amour de Laure, la douleur fait partie de l'expérience intérieure de Pétrarque qui en proclame, contre toute la tradition médiévale, la légitimité et la valeur. "Je ne peux freiner mon désir", finit-il par répondre aux objurgations du saint. Mon secret n'est pas seulement la clé du Canzoniere et un classique de l'anthropologie de la Renaissance, c'est aussi un des plus beaux textes jamais consacrés à l'amour, à la douleur et à la poésie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 190  pages
  • Dimensions :  1.4cmx10.8cmx16.2cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages Poche
  • ISBN :  2869304900
  • EAN13 :  9782869304901
  • Langue : Français

D'autres livres de Pétrarque

Canzoniere

Ses poésies, Pétrarque les appelait "fragments", voire "bagatelles". Trois cent soixante-six joyaux amoureusement taillés, polis toute une vie durant. La langue italienne lui doit assurément ses lettres de noblesse. Canzone, ballades, madrigaux, sextines, sonnets, il a développé toutes les ...

L'ascension du mont Ventoux

C'est l'une des lettres les plus célèbres de toute la tradition épistolaire occidentale. L'une des plus belles, l'une des plus essentielles aussi. On y a vu l'invention du paysage. Pétrarque, poète et ecclésiastique à la cour papale, a trente deux ans en 1336 lorsqu'il rédige cette lettre...

Séjour à Vaucluse

François Pétrarque (1304 1374), secrétaire du cardinal Colonna à la cour papale d'Avignon, poète immortel de Laure qu'il chantait en langue italienne, l'un des esprits les plut vifs et les plus novateurs de l'Europe du quatorzième siècle, a choisi pendant quinze ans Vaucluse (aujourd'hui Font...

Voir tous les livres de Pétrarque

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

"Tu es atteint d'une dangereuse maladie de l'âme. Seras-tu assez fou pour ne pas désirer guérir ?" demande Saint Augustin à Pétrarque au début de Mon secret, un dialogue à la manière de Platon entre le poète et le père de l'Eglise. Pour l'auteur des Confessions, comme pour Cicéron ou Sénèque - autres auteurs de prédilection de Pétrarque - l'homme était d'abord un malade qui devait chercher un remède à ses souffrances, dans la sagesse ou la soumission à la grâce divine. Avec respect et affection, mais aussi une sorte d'entêtement obstiné, Pétrarque soutient durant tout le dialogue une autre conception, celle d'un poète pour qui la souffrance elle-même peut être une source de joie : "Mille plaisirs ne valent pas une douleur." (Canzoniere, 231). Comme l'amour de Laure, la douleur fait partie de l'expérience intérieure de Pétrarque qui en proclame, contre toute la tradition médiévale, la légitimité et la valeur. "Je ne peux freiner mon désir", finit-il par répondre aux objurgations du saint. Mon secret n'est pas seulement la clé du Canzoniere et un classique de l'anthropologie de la Renaissance, c'est aussi un des plus beaux textes jamais consacrés à l'amour, à la douleur et à la poésie.