share_book
Envoyer cet article par e-mail

Terreur africaine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Terreur africaine

Terreur africaine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Terreur africaine"

    Pourquoi faut-il que des Hutus massacrent des Tutsis, que des Tutsis massacrent des Hutus? Luttes tribales, dit-on, séculaires, inévitables... Mais peut-on se satisfaire d'une explication aussi simpliste ?La réalité apparaît bien différente, et enfin compréhensible, quand on prend la peine de l'étudier de près. Au Burundi et au Rwanda, où coexistaient des groupes sociaux différents, des clans rivaux, c'est la colonisation, relayée par l'Eglise catholique, qui a semé les germes de la haine, transformé une lutte sociale en affrontement ethnique: les bombes à retardement exploseront bien plus tard, lorsque la majeure partie des intéressés auront fini par s'identifier à l'image qu'avait donnée d'eux le colonisateur belge, lui-même secoué de crises identitaires. Au Zaire, le président Mobutu joue de son côté en virtuose sur le clavier de l'ethnicité pour mieux apparaître, par défaut, comme le garant de l'unité du pays.Quoi qu'en pensent ses dirigeants, la Belgique ne saurait se désintéresser de ces drames sous prétexte que les pays concernés sont devenus indépendants. Et comment la France, au nom de la francophonie, peut-elle jouer les apprentis sorciers dans la région aux seules fins de faire pièce aux Américains?De la duplicité à la complicité, il n'y a pas loin. Or, c'est de crimes contre l'humanité dont il arrive qu'on se rende coupable là-bas.Journaliste au quotidien Le Soir à Bruxelles, collaboratrice du Monde diplomatique, Colette Braeckman s'est depuis longtemps spécialisée dans l'information sur l'Afrique, et plus particulièrement l'Afrique centrale. Outre de très nombreux reportages dans les zones de conflits, elle a publié chez Fayard Le Dinosaure: le Zaire de Mobutu (1992) et Rwanda: histoire d'un génocide (1994).

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 347  pages
    • Dimensions :  2.8cmx15.4cmx23.0cm
    • Poids : 521.6g
    • Editeur :   Fayard Paru le
    • ISBN :  2213597030
    • EAN13 :  9782213597034
    • Langue : Français

    D'autres livres de Colette Braeckman

    Les nouveaux prédateurs

    Le temps viendra-t-il où le Congo surmontera la malédiction de ses richesses ? La dictature de Mobutu avait été un frein à l'exploitation du cobalt, de l'or, du diamant : pour les prédateurs, il était urgent d'ouvrir les immenses réserves congolaises aux prospecteurs et aux aventuriers. [...

    Congo 1960, échec d'une décolonisation

    "Ensemble, mes frères, mes soeurs, nous allons commencer une nouvelle lutte, une lutte sublime qui va mener notre pays à la paix, à la prospérité et à la grandeur." Le Premier ministre Lumumba se voulait confiant ce 30 juin 1960, jour de l'indépendance du Congo. Les événements ne tarderont ...

    L'enjeu congolais

    En mai 1997, la fin sans gloire de Mobutu, chassé par l'armée d'enfants soldats de Laurent Désiré Kabila, apparaît comme une victoire pour l'Afrique toute entière. La chute du régime le plus corrompu d'Afrique centrale, devenu le symbole de l'ordre néo-colonial, n'a-t-elle pas été obtenue ...

    Le Dinosaure, le Zaïre de Mobutu

    Depuis trente et un ans, dont vingt-six sous la dictature, le destin du Zaïre est mêlé, sinon confondu, avec celui de son président, Mobutu Seke Seko. Cet homme, contemporain de Marcos, de Duvalier, du Shah d'Iran, est l'un des derniers dinosaures ", le sous-produit de la guerre froide dans le t...

    Voir tous les livres de Colette Braeckman

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Pourquoi faut-il que des Hutus massacrent des Tutsis, que des Tutsis massacrent des Hutus? Luttes tribales, dit-on, séculaires, inévitables... Mais peut-on se satisfaire d'une explication aussi simpliste ?La réalité apparaît bien différente, et enfin compréhensible, quand on prend la peine de l'étudier de près. Au Burundi et au Rwanda, où coexistaient des groupes sociaux différents, des clans rivaux, c'est la colonisation, relayée par l'Eglise catholique, qui a semé les germes de la haine, transformé une lutte sociale en affrontement ethnique: les bombes à retardement exploseront bien plus tard, lorsque la majeure partie des intéressés auront fini par s'identifier à l'image qu'avait donnée d'eux le colonisateur belge, lui-même secoué de crises identitaires. Au Zaire, le président Mobutu joue de son côté en virtuose sur le clavier de l'ethnicité pour mieux apparaître, par défaut, comme le garant de l'unité du pays.Quoi qu'en pensent ses dirigeants, la Belgique ne saurait se désintéresser de ces drames sous prétexte que les pays concernés sont devenus indépendants. Et comment la France, au nom de la francophonie, peut-elle jouer les apprentis sorciers dans la région aux seules fins de faire pièce aux Américains?De la duplicité à la complicité, il n'y a pas loin. Or, c'est de crimes contre l'humanité dont il arrive qu'on se rende coupable là-bas.Journaliste au quotidien Le Soir à Bruxelles, collaboratrice du Monde diplomatique, Colette Braeckman s'est depuis longtemps spécialisée dans l'information sur l'Afrique, et plus particulièrement l'Afrique centrale. Outre de très nombreux reportages dans les zones de conflits, elle a publié chez Fayard Le Dinosaure: le Zaire de Mobutu (1992) et Rwanda: histoire d'un génocide (1994).