share_book
Envoyer cet article par e-mail

Tahiti Ma'ohi - Culture, identité, religion et nationalisme en Polynésie française

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Tahiti Ma'ohi - Culture, identité, religion et nationalisme en Polynésie française

Tahiti Ma'ohi - Culture, identité, religion et nationalisme en Polynésie française

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Tahiti Ma'ohi - Culture, identité, religion et nationalisme en Polynésie française"

Depuis la fin des années 1970 se manifeste à Tahiti une défense des racines s'exprimant au moyen de l'appellation «ma'ohi» qui qualifie ce qui est autochtone, originaire des îles polynésiennes. Ces nouvelles préoccupations culturelles et identitaires ont par exemple entraîné la réapparition massive du tatouage dont la pratique avait disparu au XIXe siècle. Cet ouvrage tente de livrer l'essentiel du discours identitaire ma'ohi, qui accorde une grande place à la terre et à la langue dans la définition de l'identité, de l'appartenance. Il restitue les principaux écrits des précurseurs de ce mouvement, notamment Henri Hiro et Duro Raapoto. II aborde ainsi les domaines du théâtre, de la danse, de la marche sur le feu, de la poésie en langue autochtone. Le terme «ma'ohi» et la signification que ses partisans lui donnent sont appréhendés de façon critique à l'aide des données de la linguistique et de l'anthropologie. L'apologie de l'identité ma'ohi est aussi analysée dans l'ordre d'une pensée culturaliste, ce dont témoigne la question de la conception tahitienne du temps, que certains posent comme strictement inverse de celle des Occidentaux. Loin de «l'idéologie ma'ohi» tournée vers la différence, vers les racines, est aussi retracée l'apparition en Polynésie française d'un discours identitaire contemporain valorisant la pluriethnicité et la pluriculture, prônant une identité dite «polynésienne» potentiellement ouverte à tous. II est enfin procédé à un état des lieux des combats identitaires actuels, plus d'une génération après le début du renouveau ma'ohi. Sont étudiés les arts et les lettres, le lien entre religion et culture traditionnelle, ainsi que les questions de droit (reconnaissance des langues polynésiennes, revendications foncières et coutumières liées à l'autochtonie).

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 536  pages
  • Dimensions :  4.0cmx15.0cmx21.6cm
  • Poids : 861.8g
  • Editeur :   Au Vent Des Iles Paru le
  • Collection : CULTURE OCEANIE
  • ISBN :  2915654506
  • EAN13 :  9782915654509
  • Classe Dewey :  996
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Depuis la fin des années 1970 se manifeste à Tahiti une défense des racines s'exprimant au moyen de l'appellation «ma'ohi» qui qualifie ce qui est autochtone, originaire des îles polynésiennes. Ces nouvelles préoccupations culturelles et identitaires ont par exemple entraîné la réapparition massive du tatouage dont la pratique avait disparu au XIXe siècle. Cet ouvrage tente de livrer l'essentiel du discours identitaire ma'ohi, qui accorde une grande place à la terre et à la langue dans la définition de l'identité, de l'appartenance. Il restitue les principaux écrits des précurseurs de ce mouvement, notamment Henri Hiro et Duro Raapoto. II aborde ainsi les domaines du théâtre, de la danse, de la marche sur le feu, de la poésie en langue autochtone. Le terme «ma'ohi» et la signification que ses partisans lui donnent sont appréhendés de façon critique à l'aide des données de la linguistique et de l'anthropologie. L'apologie de l'identité ma'ohi est aussi analysée dans l'ordre d'une pensée culturaliste, ce dont témoigne la question de la conception tahitienne du temps, que certains posent comme strictement inverse de celle des Occidentaux. Loin de «l'idéologie ma'ohi» tournée vers la différence, vers les racines, est aussi retracée l'apparition en Polynésie française d'un discours identitaire contemporain valorisant la pluriethnicité et la pluriculture, prônant une identité dite «polynésienne» potentiellement ouverte à tous. II est enfin procédé à un état des lieux des combats identitaires actuels, plus d'une génération après le début du renouveau ma'ohi. Sont étudiés les arts et les lettres, le lien entre religion et culture traditionnelle, ainsi que les questions de droit (reconnaissance des langues polynésiennes, revendications foncières et coutumières liées à l'autochtonie).