share_book
Envoyer cet article par e-mail

Philippe Auguste

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Philippe Auguste

Philippe Auguste

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Philippe Auguste"

Le vainqueur de Bouvines, Philippe Auguste (1165-1223), est l'un de nos rois dont la mémoire collective est le plus imprégnée. Les siècles ont chanté ses louanges, célébrant l'agrandissement considérable du domaine royal, la délivrance de chartes aux communes, le renforcement des institutions royales. Se défiant des clichés que l'Histoire a charriés jusqu'à nous, Gérard Sivéry s'est livré à une enquête rigoureuse pour analyser ce socle de notre histoire nationale. Le règne de Philippe Auguste a incontestablement labouré en profondeur notre pays. Il a semé les germes de l'unité et d'un véritable État qui s'appuyait sur un domaine royal quadruplé. Il est parvenu à se faire respecter par les grands feudataires du royaume, en particulier par le comte de Flandre et par Jean sans Terre, roi d'Angleterre. Gérard Sivéry souligne bien tout ce que Philippe Auguste a apporté à la construction de la France, mais il montre que cet homme de guerre et d'organisation qui alternait autorité et sournoiserie fut parfois l'instrument d'un clan ou de conseillers qui, tel Guérin, profitaient de ses périodes dépressives. En outre, ses foucades, ses affaires matrimoniales, qui pesèrent tant sur le royaume, et les abus des administrateurs royaux suscitèrent de vives critiques de la part de ses sujets. Ainsi Gérard Sivéry renouvelle-t-il la connaissance de ce roi qui entretint avec le pouvoir des relations quasi amoureuses.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 430  pages
  • Dimensions :  4.0cmx14.0cmx22.6cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Perrin Paru le
  • ISBN :  2262020450
  • EAN13 :  9782262020453
  • Classe Dewey :  B
  • Langue : Français

D'autres livres de Gérard Sivéry

Louis IX, 1214-1270 : Le Roi saint

Volume 13 de la collection La France au fil des rois. Louis IX ou Saint Louis? Les deux visages de ce monarque hors du commun ont fortement marqué son siècle, ses contemporains et l'Histoire de France jusqu'à nos jours. De son sacre à sa canonisation, il a été tout à la fois un homme de son t...

Philippe III, le hardi

Long de quinze années, le règne de Philippe III le Hardi a été négligé par les historiens. Probablement son père, Louis IX (Saint Louis), et son fils, Philippe le Bel, lui font-ils tous deux de l'ombre par-delà les siècles... En outre, la personnalité effacée, évanescente d'un roi sachan...

Voir tous les livres de Gérard Sivéry

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le vainqueur de Bouvines, Philippe Auguste (1165-1223), est l'un de nos rois dont la mémoire collective est le plus imprégnée. Les siècles ont chanté ses louanges, célébrant l'agrandissement considérable du domaine royal, la délivrance de chartes aux communes, le renforcement des institutions royales. Se défiant des clichés que l'Histoire a charriés jusqu'à nous, Gérard Sivéry s'est livré à une enquête rigoureuse pour analyser ce socle de notre histoire nationale. Le règne de Philippe Auguste a incontestablement labouré en profondeur notre pays. Il a semé les germes de l'unité et d'un véritable État qui s'appuyait sur un domaine royal quadruplé. Il est parvenu à se faire respecter par les grands feudataires du royaume, en particulier par le comte de Flandre et par Jean sans Terre, roi d'Angleterre. Gérard Sivéry souligne bien tout ce que Philippe Auguste a apporté à la construction de la France, mais il montre que cet homme de guerre et d'organisation qui alternait autorité et sournoiserie fut parfois l'instrument d'un clan ou de conseillers qui, tel Guérin, profitaient de ses périodes dépressives. En outre, ses foucades, ses affaires matrimoniales, qui pesèrent tant sur le royaume, et les abus des administrateurs royaux suscitèrent de vives critiques de la part de ses sujets. Ainsi Gérard Sivéry renouvelle-t-il la connaissance de ce roi qui entretint avec le pouvoir des relations quasi amoureuses.