share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Egypte à la chambre noire (Ancien Prix éditeur : 32,50 euros)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Egypte à la chambre noire (Ancien Prix éditeur : 32,50 euros)

L'Egypte à la chambre noire (Ancien Prix éditeur : 32,50 euros)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'Egypte à la chambre noire (Ancien Prix éditeur : 32,50 euros)"

    Lorsqu'en ce mois de mai 1856 la dahabieh de Francis Frith remonte le Nil, le Sphinx émerge à peine du désert, les temples sont ensablés, les colonnes renversées, les nécropoles livrées au pillage. L'objectif de ce photographe anglais : communiquer au public ses impressions photographiques, accompagnées de commentaires. L'entreprise est à la fois artistique, didactique et commerciale. Le résultat : un ensemble de vues d'Egypte exceptionnelles. L'itinéraire de Frith pourrait être celui de n'importe quel voyageur d'aujourd'hui : Gizeh, Karnak, Louxor, Edfou, Philae, Abou Simbel... mais certains noms nous sont moins familiers : Debod, Kardassi, Gerf Husein, ces temples de Nubie ont en effet disparu, noyés par l'aménagement du Nil, ou reconstruits à l'abri des eaux. C'est une Egypte mythique, fascination tous les grands voyageurs du XIXe siècle, que nous offre Frith, dans ses compositions auxquelles répondent les témoignages de Champollion, Vivant Denon, Flaubert, Du Camp ou Amelia Edwards.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 167  pages
    • Dimensions :  2.0cmx23.0cmx28.4cm
    • Poids : 920.8g
    • Editeur :   Gallimard Paru le
    • ISBN :  2070117367
    • EAN13 :  9782070117369
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jean Vercoutter

    A la recherche de l'Egypte oubliée

    Au IVe siècle apr. J.-C., l'empereur chrétien Théodose Ier décrète la fermeture de tous les temples païens de l'Empire. Conséquence inattendue : l'écriture hiéroglyphique, encore vivante jusqu'alors, cesse brusquement d'être comprise. L'Egypte des pharaons tombe dans l'oubli. L'expédition...

    Voir tous les livres de Jean Vercoutter

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Lorsqu'en ce mois de mai 1856 la dahabieh de Francis Frith remonte le Nil, le Sphinx émerge à peine du désert, les temples sont ensablés, les colonnes renversées, les nécropoles livrées au pillage. L'objectif de ce photographe anglais : communiquer au public ses impressions photographiques, accompagnées de commentaires. L'entreprise est à la fois artistique, didactique et commerciale. Le résultat : un ensemble de vues d'Egypte exceptionnelles. L'itinéraire de Frith pourrait être celui de n'importe quel voyageur d'aujourd'hui : Gizeh, Karnak, Louxor, Edfou, Philae, Abou Simbel... mais certains noms nous sont moins familiers : Debod, Kardassi, Gerf Husein, ces temples de Nubie ont en effet disparu, noyés par l'aménagement du Nil, ou reconstruits à l'abri des eaux. C'est une Egypte mythique, fascination tous les grands voyageurs du XIXe siècle, que nous offre Frith, dans ses compositions auxquelles répondent les témoignages de Champollion, Vivant Denon, Flaubert, Du Camp ou Amelia Edwards.