share_book
Envoyer cet article par e-mail

Oeuvres tome 2: Le passage au socialisme, 1889-1893

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Oeuvres tome 2: Le passage au socialisme, 1889-1893

Oeuvres tome 2: Le passage au socialisme, 1889-1893

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Oeuvres tome 2: Le passage au socialisme, 1889-1893"

    Ce deuxième tome commence à l’automne 1889 – alors que Jaurès vient d’être battu aux élections législatives comme candidat républicain dans la circonscription de Castres – et s’achève en janvier 1893 – date de son retour à la Chambre, élu député républicain socialiste de la circonscription de Carmaux. Cet entre-deux électoral est décisif dans la construction de la pensée politique de Jaurès et dans l’achèvement de son travail de recherche ; il soutient ses thèses (De la réalité du monde sensible, et Des premiers linéaments du socialisme allemand chez Luther, Kant, Fichte et Hegel, publiées dans le tome 3) en 1892. Dès juillet 1890, il est élu au conseil municipal de Toulouse et devient maire-adjoint à l’Instruction publique. Au cœur de la vie politique et sociale d’une ville populaire, Jaurès peut alors parfaire sa connaissance de la diversité sociale. Il continue par ailleurs à commenter toutes les grandes questions de politique intérieure et extérieure, économique, sociale et religieuse, dans les colonnes de La Dépêche de Toulouse, le quotidien de la démocratie du Midi. Ses analyses du christianisme social au moment du « Ralliement » des catholiques à la République et de l’encyclique sociale, Rerum novarum, du pape Léon XIII sont aussi originales que vigoureuses. Pour la première fois est ici publié dans son intégralité le manuscrit qu’il rédige à l’été 1891, La Question sociale, l’injustice du capitalisme et la révolution religieuse, dont une partie seulement avait été retrouvée et publiée en 1959 par Michel Launay. Il constitue un apport fondamental à la connaissance de la pensée de Jaurès au moment où celui-ci passe d’un socialisme de cœur et de sentiment à un socialisme érigé en force politique distincte, en un mot, quand Jaurès devient pleinement Jaurès. L’édition, la présentation et l’annotation de ce volume sont dues à Madeleine Rebérioux (1920-2005) et à Gilles Candar. L’EDITION DES ŒUVRES DE JEAN JAURES EST PLACEE SOUS LA RESPONSABILITE DE LA SOCIETE D’ETUDES JAURESIENNES ( http://www.jaures.info ).

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 748  pages
    • Dimensions :  4.0cmx15.2cmx23.4cm
    • Poids : 1061.4g
    • Editeur :   Fayard Paru le
    • Collection : Divers Histoire
    • ISBN :  221361623X
    • EAN13 :  9782213616230
    • Classe Dewey :  944

    D'autres livres de Jean Jaurès

    Le Socialisme et la vie

    Jean Jaurès inscrivait au tableau noir des grands Congrès socialistes autour de 1900 la phrase suivante : « L’histoire ne se fait pas toute seule. » C’est que pour lui, homme politique, philosophe, l’histoire matérielle des hommes est bien première et le socialisme est chargé à la [...

    Pour la Laïque suivi de La Question religieuse et le socialisme et Autres Textes

    Exhaussé au rang d'icône de la laïcité pour son rôle dans l'élaboration de la loi historique de séparation des Eglises et de l'Etat du 9 décembre 1905, Jean Jaurès est pourtant une " manière de méconnu célèbre. " Le discours " Pour la laïque " présenté ici est aussi souvent cité qu'...

    Discours et conférences

    Citoyens !... L'orateur Jaurès, debout face à l'assistance, marque une courte pause puis s'élance. Sa voix, capable d'emplir les plus vastes édifices, épouse chaque nuance de sa pensée. L'effet d'entraînement sur l'auditoire est immédiat: les témoignages abondent qui décrivent son incompar...

    Voir tous les livres de Jean Jaurès

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Ce deuxième tome commence à l’automne 1889 – alors que Jaurès vient d’être battu aux élections législatives comme candidat républicain dans la circonscription de Castres – et s’achève en janvier 1893 – date de son retour à la Chambre, élu député républicain socialiste de la circonscription de Carmaux. Cet entre-deux électoral est décisif dans la construction de la pensée politique de Jaurès et dans l’achèvement de son travail de recherche ; il soutient ses thèses (De la réalité du monde sensible, et Des premiers linéaments du socialisme allemand chez Luther, Kant, Fichte et Hegel, publiées dans le tome 3) en 1892. Dès juillet 1890, il est élu au conseil municipal de Toulouse et devient maire-adjoint à l’Instruction publique. Au cœur de la vie politique et sociale d’une ville populaire, Jaurès peut alors parfaire sa connaissance de la diversité sociale. Il continue par ailleurs à commenter toutes les grandes questions de politique intérieure et extérieure, économique, sociale et religieuse, dans les colonnes de La Dépêche de Toulouse, le quotidien de la démocratie du Midi. Ses analyses du christianisme social au moment du « Ralliement » des catholiques à la République et de l’encyclique sociale, Rerum novarum, du pape Léon XIII sont aussi originales que vigoureuses. Pour la première fois est ici publié dans son intégralité le manuscrit qu’il rédige à l’été 1891, La Question sociale, l’injustice du capitalisme et la révolution religieuse, dont une partie seulement avait été retrouvée et publiée en 1959 par Michel Launay. Il constitue un apport fondamental à la connaissance de la pensée de Jaurès au moment où celui-ci passe d’un socialisme de cœur et de sentiment à un socialisme érigé en force politique distincte, en un mot, quand Jaurès devient pleinement Jaurès. L’édition, la présentation et l’annotation de ce volume sont dues à Madeleine Rebérioux (1920-2005) et à Gilles Candar. L’EDITION DES ŒUVRES DE JEAN JAURES EST PLACEE SOUS LA RESPONSABILITE DE LA SOCIETE D’ETUDES JAURESIENNES ( http://www.jaures.info ).