share_book
Envoyer cet article par e-mail

21 Février 1916-18 décembre 1916, Paroles de Verdun : Ou le jeu de l'oie en BD

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
21 Février 1916-18 décembre 1916, Paroles de Verdun : Ou le jeu de l'oie en BD

21 Février 1916-18 décembre 1916, Paroles de Verdun : Ou le jeu de l'oie en BD

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "21 Février 1916-18 décembre 1916, Paroles de Verdun : Ou le jeu de l'oie en BD"

    Dix mois de combats sanglants qui auront coûté 306 000 morts aux deux camps. Si nous imaginions ces morts couchés à terre, épaule contre épaule, il faudrait 183 km pour les aligner. Dans leurs lettres, dans leurs carnets, dans leurs journaux intimes écrits dans la boue des tranchées, les soldats de 1916 évoquent à leur manière le calvaire qu'ils endurent. Lorsqu'ils ne cherchent pas à rassurer leur famille avec des propos anodins, à l'exemple de Jean Giono écrivant à sa mère, lorsqu'ils ne s'autocensurent pas par prudence, ils utilisent le courrier comme une thérapie, un moyen de vider leur sac à cauchemars, d'évacuer l'horreur et l'indignation accumulées dans des souvenirs traumatisants. Des lettres où ils expriment tout le poids de leurs doutes, de leur lucidité, de leur clairvoyance...

    Détails sur le produit

    • Reliure : Album
    • 109  pages
    • Dimensions :  1.6cmx23.2cmx29.0cm
    • Poids : 798.3g
    • Editeur :   Soleil Productions Paru le
    • ISBN :  2849469653
    • EAN13 :  9782849469651

    D'autres livres de Jean Wacquet

    Paroles de Poilus

    Ils avaient dix-sept ou vingt cinq ans. Ils se prénommaient Gaston, Louis, René. Ils étaient palefreniers, boulangers, colporteurs, ouvriers ou bourgeois. Ils devinrent soudainement artilleurs, fantassins, brancardiers... Voyageurs sans bagage, ils durent quitter leurs femmes et leurs enfants,...

    Voir tous les livres de Jean Wacquet

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Dix mois de combats sanglants qui auront coûté 306 000 morts aux deux camps. Si nous imaginions ces morts couchés à terre, épaule contre épaule, il faudrait 183 km pour les aligner. Dans leurs lettres, dans leurs carnets, dans leurs journaux intimes écrits dans la boue des tranchées, les soldats de 1916 évoquent à leur manière le calvaire qu'ils endurent. Lorsqu'ils ne cherchent pas à rassurer leur famille avec des propos anodins, à l'exemple de Jean Giono écrivant à sa mère, lorsqu'ils ne s'autocensurent pas par prudence, ils utilisent le courrier comme une thérapie, un moyen de vider leur sac à cauchemars, d'évacuer l'horreur et l'indignation accumulées dans des souvenirs traumatisants. Des lettres où ils expriment tout le poids de leurs doutes, de leur lucidité, de leur clairvoyance...