share_book
Envoyer cet article par e-mail

Thoreau : Journal (1837-1861)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Thoreau : Journal (1837-1861)

Thoreau : Journal (1837-1861)

  (Auteur)


Prix : 338,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Thoreau : Journal (1837-1861)"

" Je me demande si les pensées écrites à la suite dans un journal ne gagneraient pas à être imprimées telles quelles au lieu d'être réunies, d'après leur nature, en essais séparés. Elles sont ainsi liées à la vie et le lecteur ne se dit pas qu'on est allé les chercher loin. D'autre part, il me semble que je n'aurais pas, pour ces esquisses, de cadre convenable. De simples faits, des noms, des dates sont à eux seuls plus évocateurs qu'on ne croit. Est-ce dans le bouquet que la fleur est plus belle, ou bien dans le pré où elle pousse, quand nous nous sommes mouillé les pieds pour aller la chercher ? A quoi bon ce qui sent l'école? " En 1852, lorsque Henry David Thoreau écrit ces lignes dans son journal, sait-il qu'il pose les premiers jalons d'une longue et profonde réflexion sur la place de l'homme dans la nature ? Considéré tout au long du XXe siècle comme un des leaders spirituels de la contre-culture américaine et du mouvement écologique, son oeuvre reste aujourd'hui d'une actualité et d'une modernité sans failles. Anne Sol et Willy Cabourdin se sont glissés, au rythme des saisons et des mois, dans son univers pour offrir une vision onirique et contemporaine de cette oeuvre intemporelle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 233  pages
  • Dimensions :  2.2cmx20.0cmx23.4cm
  • Poids : 861.8g
  • Editeur :   Pierre Terrail Paru le
  • ISBN :  2879392926
  • EAN13 :  9782879392929
  • Classe Dewey :  818.303

D'autres livres de Henry-David Thoreau

Je vivais seul dans les bois

" Quand j'écrivis les pages suivantes, ou plutôt en écrivis le principal, je vivais seul, dans les bois, à un mille de tout voisinage, en une maison que j'avais bâtie moi-même, au bord de l'Etang de Walden, à Concord, Massachusetts, et ne devais ma vie qu'au travail de mes mains. J'habitai ...

Prix : 25 DH
La Moëlle de la vie

Henry David Thoreau (1812-1862) voulait " vivre profondément et sucer toute la moelle de la vie ". Sa vie et son œuvre sont une école de philosophie et de spiritualité. L'auteur de Walden a pratiqué la " désobéissance civile ", la " pauvreté volontaire " puis, en se retirant du monde, [.....

Prix : 34.3 DH

La désobéissance civile

Prix : 23.8 DH
De la marche

Cet éloge de la marche fait l'apologie de la valeur suprême de l'individu et de la communion avec la nature. Le bréviaire essentiel de l'éveil à soi. ...

Prix : 28.7 DH

Voir tous les livres de Henry-David Thoreau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Je me demande si les pensées écrites à la suite dans un journal ne gagneraient pas à être imprimées telles quelles au lieu d'être réunies, d'après leur nature, en essais séparés. Elles sont ainsi liées à la vie et le lecteur ne se dit pas qu'on est allé les chercher loin. D'autre part, il me semble que je n'aurais pas, pour ces esquisses, de cadre convenable. De simples faits, des noms, des dates sont à eux seuls plus évocateurs qu'on ne croit. Est-ce dans le bouquet que la fleur est plus belle, ou bien dans le pré où elle pousse, quand nous nous sommes mouillé les pieds pour aller la chercher ? A quoi bon ce qui sent l'école? " En 1852, lorsque Henry David Thoreau écrit ces lignes dans son journal, sait-il qu'il pose les premiers jalons d'une longue et profonde réflexion sur la place de l'homme dans la nature ? Considéré tout au long du XXe siècle comme un des leaders spirituels de la contre-culture américaine et du mouvement écologique, son oeuvre reste aujourd'hui d'une actualité et d'une modernité sans failles. Anne Sol et Willy Cabourdin se sont glissés, au rythme des saisons et des mois, dans son univers pour offrir une vision onirique et contemporaine de cette oeuvre intemporelle.