share_book
Envoyer cet article par e-mail

Journal, 1895-1904

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Journal, 1895-1904

Journal, 1895-1904

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Journal, 1895-1904"

    Septembre 1897. Le premier congrès sioniste s'achève. Herzl note dans son Journal : Si je veux résumer le congrès de Bâle d'un mot - que je me garderai de prononcer en public - je dirai ceci : à Bâle j'ai fondé l'Etat juif. Si je disais cela aujourd'hui à haute voix, je déclencherais un rire universel. D'ici cinq ans peut-être, cinquante ans sûrement, chacun le comprendra. " Son manifeste, l'Etat juif, publié en 1896, décrit en détail son programme et son plan : un Etat juif, en Palestine ou ailleurs.De 1895 à 1904, Herzl parcourt l'Europe à la recherche de soutiens politiques et financiers : celui de la Turquie, de l'Allemagne, de l'Angleterre, de la Russie. Le voici courant de Paris à Londres, de Vienne à Constantinople, de Saint-Petersbourg à Rome et à Jérusalem. Il rencontre des souverains comme Guillaume II, le sultan Abd Ul Hamid, Victor-Emmanuel III, roi d'Italie, le pape Pie X ; des hommes politiques comme Bülow et Joseph Chamberlain ; des financiers et philanthropes juifs comme Maurice de Hirsch et Edmond de Rothschild, des notables religieux comme le grand rabbin Zadoc Kahn à Paris.Herzl dresse de l'Europe, en cette fin de siècle, un portrait haut en couleurs, où le jugement de l'homme politique se double du talent d'observation du journaliste. Il ne décrit pas que les grands de ce monde : à Londres, dans l'East End, à Sofia et à Vilna, face aux foules qui l'acclament comme un sauveur, il prend la mesure des masses juives et de leur attente. Il restitue aussi le climat fiévreux et passionné des premiers congrès sionistes et les débuts du mouvement.La forte personnalité de Theodor Herzl domine ce texte : visionnaire et homme de son temps, meneur d'hommes, observateur aigu des individus et du pouvoir, se consacrant tout entier à sa mission historique, il est conscient de la faiblesse de ses moyens comme de la grandeur de sa tâche. Lorsqu'il meurt en 1904, rien n'est acquis. Mais un mouvement existe, un élan est donné, une espérance suscitée, l'adhésion et l'action des militants et des responsables confirmées. Ainsi sont posées les fondations de ce qui deviendra plus tard, avec l'appui décisif des grandes puissances, le Foyer national juif, puis l'Etat d'Israël."

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 414  pages
    • Dimensions :  3.2cmx13.8cmx20.8cm
    • Poids : 440.0g
    • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
    • Collection : Diaspora
    • ISBN :  2702118623
    • EAN13 :  9782702118627
    • Classe Dewey :  832.8

    D'autres livres de Theodor Herzl

    L'Etat juif

    Jusqu'à Herzl, le peuple juif n'était qu'un objet, un jouet, aux mains de forces politiques étrangères qui l'utilisaient en bien ou en mal. Herzl a changé une poussière humaine portée sur les vagues de l'histoire par tous les vents étrangers, favorables ou non, en un peuple qui réalise sa v...

    Prix : 126 DH

    Voir tous les livres de Theodor Herzl

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Septembre 1897. Le premier congrès sioniste s'achève. Herzl note dans son Journal : Si je veux résumer le congrès de Bâle d'un mot - que je me garderai de prononcer en public - je dirai ceci : à Bâle j'ai fondé l'Etat juif. Si je disais cela aujourd'hui à haute voix, je déclencherais un rire universel. D'ici cinq ans peut-être, cinquante ans sûrement, chacun le comprendra. " Son manifeste, l'Etat juif, publié en 1896, décrit en détail son programme et son plan : un Etat juif, en Palestine ou ailleurs.De 1895 à 1904, Herzl parcourt l'Europe à la recherche de soutiens politiques et financiers : celui de la Turquie, de l'Allemagne, de l'Angleterre, de la Russie. Le voici courant de Paris à Londres, de Vienne à Constantinople, de Saint-Petersbourg à Rome et à Jérusalem. Il rencontre des souverains comme Guillaume II, le sultan Abd Ul Hamid, Victor-Emmanuel III, roi d'Italie, le pape Pie X ; des hommes politiques comme Bülow et Joseph Chamberlain ; des financiers et philanthropes juifs comme Maurice de Hirsch et Edmond de Rothschild, des notables religieux comme le grand rabbin Zadoc Kahn à Paris.Herzl dresse de l'Europe, en cette fin de siècle, un portrait haut en couleurs, où le jugement de l'homme politique se double du talent d'observation du journaliste. Il ne décrit pas que les grands de ce monde : à Londres, dans l'East End, à Sofia et à Vilna, face aux foules qui l'acclament comme un sauveur, il prend la mesure des masses juives et de leur attente. Il restitue aussi le climat fiévreux et passionné des premiers congrès sionistes et les débuts du mouvement.La forte personnalité de Theodor Herzl domine ce texte : visionnaire et homme de son temps, meneur d'hommes, observateur aigu des individus et du pouvoir, se consacrant tout entier à sa mission historique, il est conscient de la faiblesse de ses moyens comme de la grandeur de sa tâche. Lorsqu'il meurt en 1904, rien n'est acquis. Mais un mouvement existe, un élan est donné, une espérance suscitée, l'adhésion et l'action des militants et des responsables confirmées. Ainsi sont posées les fondations de ce qui deviendra plus tard, avec l'appui décisif des grandes puissances, le Foyer national juif, puis l'Etat d'Israël."