share_book
Envoyer cet article par e-mail

Journal de Campagne 1806-1813

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Journal de Campagne 1806-1813

Journal de Campagne 1806-1813

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Journal de Campagne 1806-1813"

Voici le journal de guerre d un jeune homme, embrassant la carrière des armes avant 20 ans, porté par l ambiance d une période où la gloire et la patrie chauffaient les c urs et les esprits. Voici le récit d un jeune homme qui, confronté aux réalités de la guerre lors de la campagne de 1806, narre avec objectivité et sans fard les conséquences des affrontements dont il est témoin, tant pour les militaires que les civils. Nous l accompagnons ensuite en Pologne, et s il ne participe pas directement aux batailles d Eylau et Friedland, sa description permet de saisir les duretés de cette campagne de plusieurs mois. Affecté ensuite en Espagne, confronté dès le début à l effroyable déferlement de violences qui caractérise les opérations dans la Péninsule, il subit les affres de la capitulation à Baylen. Son immense désarroi trouve néanmoins un épilogue plus heureux que celui de la plupart de ses compagnons d infortune, puisqu il figure parmi les rares privilégiés à être rapatriés en France peu après. Viendra ensuite la campagne de 1809 contre l Autriche, suivie d épisodes de la vie en garnisons. Il aura le privilège de rendre quelques visites à son auguste parente, l ex-impératrice Joséphine, et de nous en offrir en quelques traits les agréments. Voici le récit d un homme jeune, mort d épuisement à Berlin le 27 janvier 1813, au retour de la campagne de Russie, à l âge de 26 ans. Pendant la retraite, il avait assisté autant que possible mais en vain son jeune frère, décédé un mois avant son aîné qui sera resté fidèle jusqu au bout, aux siens, à ses amitiés. Ayant vécu avec honnêteté, conscient et attaché à ses devoirs patriotiques mais sensible aux humanités en toutes circonstances. Il nous lègue un témoignage étonnant de maturité, les vertus d une éducation soignée ont assurément fécondé son aisance pour l écriture. Tant en gravité qu en fraîcheur selon les circonstances, le ton du journal est remarquable d équilibre, entre sobriété des pudeurs et verve des enthousiasmes. Il est toujours plaisant. C est le récit de Maurice de Tascher, officier de cavalerie légère de la Grande-Armée, membre de la Légion d Honneur. Au terme de sa lecture, nombre d entre nous sauront qu il aurait été fort agréable de compter cet homme parmi ses amis.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 224  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx22.4cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Giovanangeli Paru le
  • Collection : HISTOIRE CONTEM
  • ISBN :  2758700271
  • EAN13 :  9782758700272
  • Classe Dewey :  940.27092

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Voici le journal de guerre d un jeune homme, embrassant la carrière des armes avant 20 ans, porté par l ambiance d une période où la gloire et la patrie chauffaient les c urs et les esprits. Voici le récit d un jeune homme qui, confronté aux réalités de la guerre lors de la campagne de 1806, narre avec objectivité et sans fard les conséquences des affrontements dont il est témoin, tant pour les militaires que les civils. Nous l accompagnons ensuite en Pologne, et s il ne participe pas directement aux batailles d Eylau et Friedland, sa description permet de saisir les duretés de cette campagne de plusieurs mois. Affecté ensuite en Espagne, confronté dès le début à l effroyable déferlement de violences qui caractérise les opérations dans la Péninsule, il subit les affres de la capitulation à Baylen. Son immense désarroi trouve néanmoins un épilogue plus heureux que celui de la plupart de ses compagnons d infortune, puisqu il figure parmi les rares privilégiés à être rapatriés en France peu après. Viendra ensuite la campagne de 1809 contre l Autriche, suivie d épisodes de la vie en garnisons. Il aura le privilège de rendre quelques visites à son auguste parente, l ex-impératrice Joséphine, et de nous en offrir en quelques traits les agréments. Voici le récit d un homme jeune, mort d épuisement à Berlin le 27 janvier 1813, au retour de la campagne de Russie, à l âge de 26 ans. Pendant la retraite, il avait assisté autant que possible mais en vain son jeune frère, décédé un mois avant son aîné qui sera resté fidèle jusqu au bout, aux siens, à ses amitiés. Ayant vécu avec honnêteté, conscient et attaché à ses devoirs patriotiques mais sensible aux humanités en toutes circonstances. Il nous lègue un témoignage étonnant de maturité, les vertus d une éducation soignée ont assurément fécondé son aisance pour l écriture. Tant en gravité qu en fraîcheur selon les circonstances, le ton du journal est remarquable d équilibre, entre sobriété des pudeurs et verve des enthousiasmes. Il est toujours plaisant. C est le récit de Maurice de Tascher, officier de cavalerie légère de la Grande-Armée, membre de la Légion d Honneur. Au terme de sa lecture, nombre d entre nous sauront qu il aurait été fort agréable de compter cet homme parmi ses amis.