share_book
Envoyer cet article par e-mail

Journal d'un gendarme 1914-1916

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Journal d'un gendarme 1914-1916

Journal d'un gendarme 1914-1916

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Journal d'un gendarme 1914-1916"

    Jules Allard, capitaine de gendarmerie à Angers, est mobilisé le premier jour de la guerre. Il tiendra son journal pendant ses deux premières années à l'arrière du front, de 1914 à 1916. Il mourra en 1918 et remplira jusqu'à la fin les documents destinés à sa hiérarchie. Mais il cessera d'écrire ce journal. Trop de fatigue, de nuits sans sommeil, trop d'horreur et de teneur, de deuils sans doute. Pourtant, Jules Allard ne s'épanche guère dans ces deux petits carnets qu'il conserve toujours sur lui, il n'invoque ni Dieu ru la patrie. Il décrit, jour après jour, la guerre, les grandes batailles comme celle de la Marne et à l'arrière, les pillages, les jugements, les arrestations et exécutions de ceux qui désertent ou se rebellent, se souvient parfois de l'amitié des habitants. Pour ce pouvoir disciplinaire de punir les fuyards et les insoumis, les gendarmes furent l'objet d'un ressentiment tenace en même temps que d'un véritable silence. " Seule l'histoire, faite aujourd'hui, sans préjugés ni tabous, au ras de l'ordinaire des choses, permettra non une réconciliation, mais de construire des gués pour aller d'une rive à l'autre d'une guerre sans nom, parce que terrifiante et abusive. " (Arlette Farge)

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 258  pages
    • Dimensions :  2.6cmx11.8cmx21.4cm
    • Poids : 322.1g
    • Editeur :   Bayard Jeunesse Paru le
    • Collection : HISTOIRE
    • ISBN :  2227482095
    • EAN13 :  9782227482098
    • Classe Dewey :  940

    D'autres livres de  Arlette Farge

    La plus belle histoire du bonheur

    Tous les hommes aspirent au bonheur mais très peu sont capables de lui donner un nom, de lui faire correspondre une situation, un lieu, un objet précis : qu'est-ce qui fait le bonheur ? L'argent, la réussite, l'amour ? Notre vie ne vaut la peine d'être vécue que si elle nous apporte le [.......

    Séduction et sociétés

    La réalité complexe de la séduction, souvent saisie par les arts, n'a guère mobilisé la discipline historique, ni même les sciences sociales. De l'amour, du mariage, de la femme, de l'enfant, de la sexualité, il est abondamment question. Également de l'intime, champ de recherches fécond dep...

    Voir tous les livres de  Arlette Farge

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Jules Allard, capitaine de gendarmerie à Angers, est mobilisé le premier jour de la guerre. Il tiendra son journal pendant ses deux premières années à l'arrière du front, de 1914 à 1916. Il mourra en 1918 et remplira jusqu'à la fin les documents destinés à sa hiérarchie. Mais il cessera d'écrire ce journal. Trop de fatigue, de nuits sans sommeil, trop d'horreur et de teneur, de deuils sans doute. Pourtant, Jules Allard ne s'épanche guère dans ces deux petits carnets qu'il conserve toujours sur lui, il n'invoque ni Dieu ru la patrie. Il décrit, jour après jour, la guerre, les grandes batailles comme celle de la Marne et à l'arrière, les pillages, les jugements, les arrestations et exécutions de ceux qui désertent ou se rebellent, se souvient parfois de l'amitié des habitants. Pour ce pouvoir disciplinaire de punir les fuyards et les insoumis, les gendarmes furent l'objet d'un ressentiment tenace en même temps que d'un véritable silence. " Seule l'histoire, faite aujourd'hui, sans préjugés ni tabous, au ras de l'ordinaire des choses, permettra non une réconciliation, mais de construire des gués pour aller d'une rive à l'autre d'une guerre sans nom, parce que terrifiante et abusive. " (Arlette Farge)