share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pierre-Philippe Candy, Orgueil et narcissisme : Journal d'un notaire dauphinois au XVIIIe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pierre-Philippe Candy, Orgueil et narcissisme : Journal d'un notaire dauphinois au XVIIIe siècle

Pierre-Philippe Candy, Orgueil et narcissisme : Journal d'un notaire dauphinois au XVIIIe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pierre-Philippe Candy, Orgueil et narcissisme : Journal d'un notaire dauphinois au XVIIIe..."

Le 29 janvier 1780, le jeune Pierre-Philippe Candy quittait Crémieu pour aller à Grenoble suivre une formation en pratique pour devenir notaire. Ce départ, qui faisait suite à la mort de son frère aîné, marqua une rupture dans la vie du jeune homme destiné au préalable au séminaire. Désormais seul héritier mâle de la famille, il entreprit de tenir régulièrement son livre de compte, qui très vite devint aussi le livre de son intimité et le récit de sa vie sociale. C'est ce récit, à la fois concret et intimiste, qui est présenté dans cet ouvrage. Candy y dévoile successivement les différentes étapes de sa formation et de son établissement comme notaire, son goût prononcé pour le jeu et la fête (à Grenoble comme dans le bas Dauphiné), la crudité de ses expériences sexuelles (dans une écriture parfois codée), sa curiosité envers les auteurs contemporains (de la littérature pornographique à l'Encyclopédie, en passant par le traité du docteur Tissot), son orgueil et son mépris des femmes, son engagement révolutionnaire dans le camp des modérés, en même temps que son arrivisme qui fit de lui le principal notaire de sa ville et son premier magistrat.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 662  pages
  • Dimensions :  4.2cmx15.6cmx23.8cm
  • Poids : 1179.3g
  • Editeur :   Pug Paru le
  • Collection : La pierre et l'écrit
  • ISBN :  2706113669
  • EAN13 :  9782706113666

D'autres livres de René Favier

Nouvelle Histoire du Dauphiné : Une province face à sa mémoire

25 siècles d'Histoire du Dauphiné. Un beau livre illustré avec des documents iconographiques pour la plupart inédits et des textes à la portée de tous. La province du Dauphiné a constitué une principauté indépendante au début du Moyen Âge, puis une province du royaume de France du XIe au...

Grenoble : Histoire d'une ville

Grenoble, capitale provinciale, ville alpine, ville de l’innovation… Tous ces qualificatifs sont autant d’attributs historiques construits au cours des siècles et entretenus par la mémoire collective. L’identité de Grenoble, l’histoire particulière de la cité et de ses habitants est ...

Voir tous les livres de René Favier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le 29 janvier 1780, le jeune Pierre-Philippe Candy quittait Crémieu pour aller à Grenoble suivre une formation en pratique pour devenir notaire. Ce départ, qui faisait suite à la mort de son frère aîné, marqua une rupture dans la vie du jeune homme destiné au préalable au séminaire. Désormais seul héritier mâle de la famille, il entreprit de tenir régulièrement son livre de compte, qui très vite devint aussi le livre de son intimité et le récit de sa vie sociale. C'est ce récit, à la fois concret et intimiste, qui est présenté dans cet ouvrage. Candy y dévoile successivement les différentes étapes de sa formation et de son établissement comme notaire, son goût prononcé pour le jeu et la fête (à Grenoble comme dans le bas Dauphiné), la crudité de ses expériences sexuelles (dans une écriture parfois codée), sa curiosité envers les auteurs contemporains (de la littérature pornographique à l'Encyclopédie, en passant par le traité du docteur Tissot), son orgueil et son mépris des femmes, son engagement révolutionnaire dans le camp des modérés, en même temps que son arrivisme qui fit de lui le principal notaire de sa ville et son premier magistrat.