share_book
Envoyer cet article par e-mail

Crise financière et capital fictif

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Crise financière et capital fictif

Crise financière et capital fictif

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Crise financière et capital fictif"

Notre analyse n'est pas une étude sur la " crise financière ". Elle essaie d'inscrire les ébranlements actuels dans les transformations du capital. Il nous importe donc peu de savoir s'il s'agit d'une " crise finale ", mais de comprendre qu'il s'agit bien d'une crise de reproduction de l'ensemble du capitalisme. Le capital fictif est une forme qui cherche à s'autonomiser de tout travail vivant. La financiarisation de l'économie est aujourd'hui son mode normal de fonctionnement, comme l'inflation l'a été dans la phase précédente. Ce qui relie la période actuel-le à la précédente, c'est le développement du capital fictif. Il n'y a donc pas de déconnexion entre économie réelle et économie financière, mais unité des deux dans l'équivalence de tous les capitaux. C'est l'erreur politique des gauches que de vouloir sauver l'Eden de la première de l'enfer de la seconde. Pour nous, l'essentiel, c'est de ne pas subir " la crise " comme une fatalité. C'est parce que nous nous situons résolument du côté de la critique de la valeur que nos luttes pourraient viser ce qui apparaît comme son résultat : le prix. En effet, celui-ci s'impose dans tout son arbitraire puisque le travail vivant qu'il contient encore est devenu minime et que le prix du travail, le prix du crédit, le prix du pétrole, le prix de l'immobilier, le prix des services et des transports, tous sont des prix politiques. Porter l'attaque du côté du prix, c'est ainsi lier lutte contre la marchandise et lutte contre l'Etat.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 86  pages
  • Dimensions :  1.6cmx12.8cmx21.2cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   L'harmattan Paru le
  • Collection : Temps critiques
  • ISBN :  229607720X
  • EAN13 :  9782296077201
  • Classe Dewey :  332.042
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Notre analyse n'est pas une étude sur la " crise financière ". Elle essaie d'inscrire les ébranlements actuels dans les transformations du capital. Il nous importe donc peu de savoir s'il s'agit d'une " crise finale ", mais de comprendre qu'il s'agit bien d'une crise de reproduction de l'ensemble du capitalisme. Le capital fictif est une forme qui cherche à s'autonomiser de tout travail vivant. La financiarisation de l'économie est aujourd'hui son mode normal de fonctionnement, comme l'inflation l'a été dans la phase précédente. Ce qui relie la période actuel-le à la précédente, c'est le développement du capital fictif. Il n'y a donc pas de déconnexion entre économie réelle et économie financière, mais unité des deux dans l'équivalence de tous les capitaux. C'est l'erreur politique des gauches que de vouloir sauver l'Eden de la première de l'enfer de la seconde. Pour nous, l'essentiel, c'est de ne pas subir " la crise " comme une fatalité. C'est parce que nous nous situons résolument du côté de la critique de la valeur que nos luttes pourraient viser ce qui apparaît comme son résultat : le prix. En effet, celui-ci s'impose dans tout son arbitraire puisque le travail vivant qu'il contient encore est devenu minime et que le prix du travail, le prix du crédit, le prix du pétrole, le prix de l'immobilier, le prix des services et des transports, tous sont des prix politiques. Porter l'attaque du côté du prix, c'est ainsi lier lutte contre la marchandise et lutte contre l'Etat.