share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le pays des petites routes : En Ardèche

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le pays des petites routes : En Ardèche

Le pays des petites routes : En Ardèche

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le pays des petites routes : En Ardèche"

Bernard Plossu, artiste et arpenteur du monde, photographie les crêtes, les chemins, les châteaux, les villages de l'Ardèche, de Saint-Pierreville à Vals-les-Bains, du Mézenc au Tanargue et au Coiron... Après le Mexique, les Etats-Unis, l'Espagne ou l'Italie, il a répondu à l'invitation du centre d'art "la Fabrique du pont d'Aleyrac", niché dans la châtaigneraie d'Ardèche. Parcourir les paysages à pied ou suivre les petites routes est pour Bernard Plossu un mode de vie autant qu'une manière de travailler. Photographiant comme il respire, il joue avec le bougé, le presque rien, l'atmosphérique, fuyant le pittoresque du voyage, échappant à tout genre, à toute mode. Il suit un chemin en solitaire qui aime la brume. De lieux qu'il ne connaissait pas, il a rapporté des images qui, étrangement, semblent chargées d'une sorte de mal du pays. D'innombrables gris, des noirs luisants comme au cinéma produisent une sensation de familiarité ancienne. La douceur picturale de quelques tirages couleurs, propre à l'atelier Fresson, renforce cette impression. Une façade, un modèle d'automobile oublié appellent des images enfouies dans nos mémoires, comme une page de Patrick Modiano. Bernard Plossu poursuit en Ardèche "une vision mystérieuse et climatique". Ce travail révèle une vérité de nos paysages maintenant inscrite dans l'unité d'une oeuvre intimiste et poétique. Il aime cette phrase de l'écrivain Hermann Broch: "Il n'aurait pu indiquer pourquoi il choisissait cet instant fugitif, à peine saisissable, au lieu d'un moment plus imposant et mieux délimité." - C'est ça pour moi la photographie, dit-il. Les images sont précédées d'un entretien avec Bernard Plossu organisé par Didier Brousse, directeur de la galerie Camera Obscura à Paris.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 221  pages
  • Dimensions :  2.2cmx16.6cmx21.0cm
  • Poids : 521.6g
  • Editeur :   Yellow Now Paru le
  • Collection : Cote photo
  • ISBN :  2873402806
  • EAN13 :  9782873402808
  • Classe Dewey :  770
  • Langue : Français

D'autres livres de Bernard Plossu

Voyages vers l'Italie : Edition français-italien

Lorsque Paul Martin part sur les chemins de Haute Provence le 16 juillet 1872, il succombe comme beaucoup d'artistes de son époque à la mode du voyage pittoresque qui se multiplie depuis la fin du XVIIIe siècle. Il s'agit pour ces artistes de familiariser le public avec la richesse du patrimoine ...

L'inverse est exactement vrai : A Digne

Il faisait très beau, ce jour-là avec le soleil d'hiver quand il brille d'un éclat si pur dans l'air ! Nous marchions juste dans les rues et ruelles de Digne, avec les montagnes dans le fond... C'était une errance au pays des escaliers, et l'appareil de photo n'arrêtait pas de me démanger. Don...

L'étrange beauté de la ville d'Hyères

Hyères est une commune à la fois rurale, urbaine, littorale et insulaire. On passe chaque jour d'Une dimension à l'autre et on s'y dépayse sans cesse. L'espace y est toujours ouvert et, à proximité de chez soi, on est aussi aux portes d'ailleurs. On doit à sa lumière l'expression Côte d'Azu...

Voir tous les livres de Bernard Plossu

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Bernard Plossu, artiste et arpenteur du monde, photographie les crêtes, les chemins, les châteaux, les villages de l'Ardèche, de Saint-Pierreville à Vals-les-Bains, du Mézenc au Tanargue et au Coiron... Après le Mexique, les Etats-Unis, l'Espagne ou l'Italie, il a répondu à l'invitation du centre d'art "la Fabrique du pont d'Aleyrac", niché dans la châtaigneraie d'Ardèche. Parcourir les paysages à pied ou suivre les petites routes est pour Bernard Plossu un mode de vie autant qu'une manière de travailler. Photographiant comme il respire, il joue avec le bougé, le presque rien, l'atmosphérique, fuyant le pittoresque du voyage, échappant à tout genre, à toute mode. Il suit un chemin en solitaire qui aime la brume. De lieux qu'il ne connaissait pas, il a rapporté des images qui, étrangement, semblent chargées d'une sorte de mal du pays. D'innombrables gris, des noirs luisants comme au cinéma produisent une sensation de familiarité ancienne. La douceur picturale de quelques tirages couleurs, propre à l'atelier Fresson, renforce cette impression. Une façade, un modèle d'automobile oublié appellent des images enfouies dans nos mémoires, comme une page de Patrick Modiano. Bernard Plossu poursuit en Ardèche "une vision mystérieuse et climatique". Ce travail révèle une vérité de nos paysages maintenant inscrite dans l'unité d'une oeuvre intimiste et poétique. Il aime cette phrase de l'écrivain Hermann Broch: "Il n'aurait pu indiquer pourquoi il choisissait cet instant fugitif, à peine saisissable, au lieu d'un moment plus imposant et mieux délimité." - C'est ça pour moi la photographie, dit-il. Les images sont précédées d'un entretien avec Bernard Plossu organisé par Didier Brousse, directeur de la galerie Camera Obscura à Paris.