share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mon sang retombera sur vous : Lettres retrouvées d'un otage sacrifié

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mon sang retombera sur vous : Lettres retrouvées d'un otage sacrifié

Mon sang retombera sur vous : Lettres retrouvées d'un otage sacrifié

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Mon sang retombera sur vous : Lettres retrouvées d'un otage sacrifié"

    " Si vous n'intervenez pas, une page terrifïante de l'histoire italienne sera écrite. Mon sang retomberait sur vous, sur le parti, sur le pays... Que la sentence soit appliquée dépendra de vous. Si la pitié l'emporte, le pays n'est pas perdu. " Le 16 mars 1978, un commando des Brigades rouges enlève le président de la Démocratie chrétienne, Aldo Moro. Tandis que l'angoisse étreint l'Italie pendant cinquante-cinq jours l'homme d'Etat est soumis à un simulacre de procès, condamné à mort et assassiné. Le 9 mai, son corps est retrouvé dans le coffre d'une 4L. La fin tragique d'Aldo Moro a provoqué un traumatisme dont les Italiens et, au-delà, toits les démocrates sincères, ne se sont jamais remis. Par sa hauteur de vues, par son habileté de médiateur, cet éminent professeur dominait, depuis vingt ans, la scène politique italienne. Il venait d'imposer, contre la droite de son parti, un " compromis historique " avec les communistes. L'intransigeance des terroristes, l'obstination d'un gouvernement, l'impuissance des enquêteurs, le râle trouble des services secrets et de la mafia ont suscité l'indignation et le malaise, dont le grand écrivain Leonardo Sciascia s'est fait le porte-parole. Dans sa " prison du peuple ", Moro ne s'abandonne pas ait désespoir. Il écrit. A sa famille, à ses amis, à ses camarades et à ses collègues, jusqu'au pape Paul VI. Dans ces pages de haute tenue, il dit son amour ou sa colère, il demande, il exigu que s'ouvre la négociation pour sauver sa vie. Ces lettres sont d'un humaniste, d'un stoïcien, d'un politique, d'un époux et d'un père aimant. Elles dessinent le portrait d'une des figures les plus belles, les plus attachantes du XXe siècle.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 226  pages
    • Dimensions :  1.6cmx14.4cmx21.2cm
    • Poids : 81.6g
    • Editeur :   Tallandier Paru le
    • Collection : Archives contemporaines
    • ISBN :  2847342389
    • EAN13 :  9782847342383
    • Classe Dewey :  945.092

    D'autres livres de Aldo Moro

    Mon sang retombera sur vous : Lettres retrouvées d'un otage sacrifié, mars-mai 1978

    En 1978, Aldo Moro, président de La Démocratie chrétienne, est enlevé et séquestré par Les Brigades rouges. Dans L'espoir d'être libéré, il écrit à ses proches, au gouvernement et au pape. En vain. Il sera assassiné. Découverts après sa mort, Les courriers réunis témoignent d'un pan ...

    Voir tous les livres de Aldo Moro

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    " Si vous n'intervenez pas, une page terrifïante de l'histoire italienne sera écrite. Mon sang retomberait sur vous, sur le parti, sur le pays... Que la sentence soit appliquée dépendra de vous. Si la pitié l'emporte, le pays n'est pas perdu. " Le 16 mars 1978, un commando des Brigades rouges enlève le président de la Démocratie chrétienne, Aldo Moro. Tandis que l'angoisse étreint l'Italie pendant cinquante-cinq jours l'homme d'Etat est soumis à un simulacre de procès, condamné à mort et assassiné. Le 9 mai, son corps est retrouvé dans le coffre d'une 4L. La fin tragique d'Aldo Moro a provoqué un traumatisme dont les Italiens et, au-delà, toits les démocrates sincères, ne se sont jamais remis. Par sa hauteur de vues, par son habileté de médiateur, cet éminent professeur dominait, depuis vingt ans, la scène politique italienne. Il venait d'imposer, contre la droite de son parti, un " compromis historique " avec les communistes. L'intransigeance des terroristes, l'obstination d'un gouvernement, l'impuissance des enquêteurs, le râle trouble des services secrets et de la mafia ont suscité l'indignation et le malaise, dont le grand écrivain Leonardo Sciascia s'est fait le porte-parole. Dans sa " prison du peuple ", Moro ne s'abandonne pas ait désespoir. Il écrit. A sa famille, à ses amis, à ses camarades et à ses collègues, jusqu'au pape Paul VI. Dans ces pages de haute tenue, il dit son amour ou sa colère, il demande, il exigu que s'ouvre la négociation pour sauver sa vie. Ces lettres sont d'un humaniste, d'un stoïcien, d'un politique, d'un époux et d'un père aimant. Elles dessinent le portrait d'une des figures les plus belles, les plus attachantes du XXe siècle.