share_book
Envoyer cet article par e-mail

Victor Hugo. La voix des libertés

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Victor Hugo. La voix des libertés

Victor Hugo. La voix des libertés

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Victor Hugo. La voix des libertés"

" Gloire aux pays où l'on parle, honte aux pays où l'on se tait ! " Telle était la réponse de Georges Clemenceau, l'ami de Victor Hugo, à l'accusation insidieuse, banale et permanente adressée au discours politique qui ne serait, en somme, pour bon nombre, que du bavardage ! Pair de France, député avant et après le long exil de dix-huit ans qu'il s'était imposé contre le coup d'Etat et le régime autoritaire de " Napoléon-le-Petit ", sénateur enfin, Victor Hugo fut, sans doute, celui qui sut le mieux combiner son combat permanent pour les libertés avec le génie incomparable du Verbe. Il fut au premier rang des luttes sur les libertés : celles de la presse et de l'enseignement. Ardent défenseur de la vie, voyez ses arguments contre la peine de mort. Admirez sans retenue son discours contre la misère tenu pour l'un des plus touchants qui ait jamais été prononcé. Constatez qu'il fut écologiste avant la lettre en l'écoutant parler de la consolidation du littoral, des falaises d'Etretat et des inondations en baie de Somme. Sachez enfin, même si on vous l'a souvent rappelé ces derniers temps, qu'il fut partisan de l'Europe et d'une monnaie unique, oui mais vous serez sans doute surpris par le choix de ses arguments. Enfin, laissez-vous aller à sa sensibilité à fleur de peau lorsqu'au Sénat, après avoir présenté une proposition de loi, il élève son discours en faveur de l'amnistie pour les communards jusqu'au sommet de l'art oratoire. Imaginez ce qu'un jeune et talentueux écrivain, Maurice Barrès, a pu éprouver en le voyant. Dans la préface de son livre, L'homme libre, Barrès raconte " Les maîtres de la grande espèce vivaient encore. Je croisais dans le Quartier latin Taine, Renan et Leconte de Lisle. J'avais vu, de mes yeux vu, Hugo. Jour inoubliable, celui où je causais avec Leconte de Lisle et Anatole France dans la bibliothèque du Sénat et qu'un petit vieillard vigoureux - c'était le Père, c'était l'Empereur, c'était Victor Hugo - nous rejoignit ! Je mourrai sans avoir rien vu qui m'importe davantage... Ainsi quand j'étais jeune, il y avait encore des dieux. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 204  pages
  • Dimensions :  1.8cmx15.0cmx21.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Seguier Editions Paru le
  • ISBN :  2840493314
  • EAN13 :  9782840493310
  • Langue : Français

D'autres livres de Paul Marcus

Les Quatorze du Sénat

Depuis les débuts de la IIIe République, le Sénat a choisi quelques-uns de ses membres parmi les plus illustres pour marquer de leur empreinte l'histoire de la France. Cet ouvrage préfacé par Gérard Larcher Président de la Haute Assemblée, met en scène 14 sénateurs qui ont reçu les honneu...

La république trahie : L'affaire des généraux - L'affaire des piastres - L'affaire des fuites

Prise en étau, dès sa fondation, entre Charles de Gaulle et les communistes, la IVe République (1946-1958) fut une mal-aimée dont, aujourd'hui encore, on masque les réussites (la reconstruction, le modèle social français) pour mieux s'attacher aux guerres coloniales (Indochine et Algérie) qu...

Ancient Religious Wisdom, Spirituality and Psychoanalysis

This volume presents a rationale for a spiritually animated psychoanalysis. Classic world religious literature is analyzed in depth showing how Ecclesiastes, St. Augustine's Confessions, The Koran, the Bhagavad Gita, and others can enhance psychoanalysis. Marcus argues that psychoanalysis is a theor...

Voir tous les livres de Paul Marcus

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Gloire aux pays où l'on parle, honte aux pays où l'on se tait ! " Telle était la réponse de Georges Clemenceau, l'ami de Victor Hugo, à l'accusation insidieuse, banale et permanente adressée au discours politique qui ne serait, en somme, pour bon nombre, que du bavardage ! Pair de France, député avant et après le long exil de dix-huit ans qu'il s'était imposé contre le coup d'Etat et le régime autoritaire de " Napoléon-le-Petit ", sénateur enfin, Victor Hugo fut, sans doute, celui qui sut le mieux combiner son combat permanent pour les libertés avec le génie incomparable du Verbe. Il fut au premier rang des luttes sur les libertés : celles de la presse et de l'enseignement. Ardent défenseur de la vie, voyez ses arguments contre la peine de mort. Admirez sans retenue son discours contre la misère tenu pour l'un des plus touchants qui ait jamais été prononcé. Constatez qu'il fut écologiste avant la lettre en l'écoutant parler de la consolidation du littoral, des falaises d'Etretat et des inondations en baie de Somme. Sachez enfin, même si on vous l'a souvent rappelé ces derniers temps, qu'il fut partisan de l'Europe et d'une monnaie unique, oui mais vous serez sans doute surpris par le choix de ses arguments. Enfin, laissez-vous aller à sa sensibilité à fleur de peau lorsqu'au Sénat, après avoir présenté une proposition de loi, il élève son discours en faveur de l'amnistie pour les communards jusqu'au sommet de l'art oratoire. Imaginez ce qu'un jeune et talentueux écrivain, Maurice Barrès, a pu éprouver en le voyant. Dans la préface de son livre, L'homme libre, Barrès raconte " Les maîtres de la grande espèce vivaient encore. Je croisais dans le Quartier latin Taine, Renan et Leconte de Lisle. J'avais vu, de mes yeux vu, Hugo. Jour inoubliable, celui où je causais avec Leconte de Lisle et Anatole France dans la bibliothèque du Sénat et qu'un petit vieillard vigoureux - c'était le Père, c'était l'Empereur, c'était Victor Hugo - nous rejoignit ! Je mourrai sans avoir rien vu qui m'importe davantage... Ainsi quand j'étais jeune, il y avait encore des dieux. "