share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les guerres que j'ai vues

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les guerres que j'ai vues

Les guerres que j'ai vues

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Les guerres que j'ai vues"

    "La guerre n'est jamais fatale mais elle est toujours perdue. Tout en disant cela ils se savaient sincères. Cela me ramène à l'époque où, de huit à douze ans, j'ai lu tous les drames historique de Shakespeare ainsi que ses autres pièces. De plus en plus cette guerre, en 1942-1943, s'apparente à cela. Les horreurs, les terreur de tous et l'impuissance de ces terreurs rapprochent cette guerre, si différente des autres, des drames de Shakespeare. La guerre de 1914-1918 n'était pas du Shakespeare tandis que celle-ci, n'ayant aucune signification, fait que le néant devient tangible". Gertrude Stein écrivit ces souvenirs sous l'Occupation, alors qu'elle s'était réfugiée avec Alice B Toklas chez des amis français dans un village de l'Ain.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 315  pages
    • Dimensions :  1.6cmx10.6cmx17.6cm
    • Poids : 240.4g
    • Editeur :   Christian Bourgois Editeur Paru le
    • Collection : Titres
    • ISBN :  2267022273
    • EAN13 :  9782267022278
    • Langue : Français

    D'autres livres de Gertrude Stein

    Picasso

    " Quand j'étais en Amérique, je faisais pour la première fois de continuels voyages en avion. J'ai vu là, sur la terre, les lignes mêlées de Picasso, aller, venir, se développer et se détruire; j'ai vu les solutions simplifiées de Braque, la ligne errante de Masson. Oui, j'ai vu tout [.....

    Autobiographie d'Alice Toklas

    Personne n'a connu Gertrude Stein comme la fidèle Alice Toklas qui vécut à ses côtés, jour après jour, mais qui n'eut jamais le loisir de raconter sa vie ni d'écrire ses Mémoires. Par un curieux renversement des choses, c'est Gertrude Stein qui, au début des années 30, se substitue à elle...

    Correspondance

    Gertrude Stein (1874-1946) et Picasso (1881-1975) ont partagé leur amitié la plus longue, quarante années d'échanges, de l'automne 1905 à la mort de Gertrude Stein en 1946. Amitié complexe entre une Américaine et un Espagnol, entre l'écrivain et l'artiste, entre Gertrude qui vit avec Alice, ...

    Gertrude Stein

    Voici le premier livre consacré à la poésie de la romancière Gertrude Stein, figure emblématique du Paris artistique de l'avant-guerre, dans une traduction de Christophe Marchand-Kiss. Son style témoigne de sa complicité avec la création de l'époque. Le balbutiement, la répétition et le d...

    Voir tous les livres de Gertrude Stein

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    "La guerre n'est jamais fatale mais elle est toujours perdue. Tout en disant cela ils se savaient sincères. Cela me ramène à l'époque où, de huit à douze ans, j'ai lu tous les drames historique de Shakespeare ainsi que ses autres pièces. De plus en plus cette guerre, en 1942-1943, s'apparente à cela. Les horreurs, les terreur de tous et l'impuissance de ces terreurs rapprochent cette guerre, si différente des autres, des drames de Shakespeare. La guerre de 1914-1918 n'était pas du Shakespeare tandis que celle-ci, n'ayant aucune signification, fait que le néant devient tangible". Gertrude Stein écrivit ces souvenirs sous l'Occupation, alors qu'elle s'était réfugiée avec Alice B Toklas chez des amis français dans un village de l'Ain.