share_book
Envoyer cet article par e-mail

Matisse : De la couleur à l'architecture

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Matisse : De la couleur à l'architecture

Matisse : De la couleur à l'architecture

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Matisse : De la couleur à l'architecture"

Parmi l abondante littérature suscitée par Henri Matisse (1869-1954) et son uvre, ses dernières années méritaient un nouveau regard. À l origine du livre de René Percheron, la chapelle du Rosaire, à Vence, consacrée en 1951, dont Matisse réalisa les décors, vitraux et ornements. En effet, à la fin des années 40, il annonce que les vitraux qu il imagine pour la chapelle feront un « pétard du diable ». Finalement c est pour l école maternelle de sa ville natale du Cateau-Cambrésis qu il fait exécuter son premier projet. Ainsi, dans les années 50 , à la veille de sa mort, à travers les deux édifices que sont la chapelle de Vence et l école du Cateau, aboutit une uvre dont la source stylistique et thématique se situe dès les premières années de son travail. Le vitrail, harmonie de l extérieur et de l intérieur, n est-il pas la suite des fenêtres qu il peint dès le début du siècle, par exemple, Porte-fenêtre à Collioure (1914) ? Quand il écrit que ces vitraux doivent « donner la joie aux hommes », ne se souvient-il pas que l un de ses premiers chefs-d uvre s appelle Le Bonheur de vivre (1905/1906) ? Associer décor et architecture, n est-ce pas ce qu il tentait de faire dès les années 30 en intégrant les panneaux de la Danse (1930/1931) à la maison du collectionneur américain Barnes à Merion ? Au Cateau-Cambrésis, il pousse cette réflexion plus loin en travaillant en étroite harmonie avec l architecte de l école où ils doivent être intégrés. Concevoir ses vitraux au moyen de gouaches découpées, c est une technique qu il « inventa » pour la Danse, qu il fit éclater dans Jazz (1943/1946), et qu il développera sans cesse jusqu au dernier jour quand, immobilisé à l hôtel Regina, il « dessine avec des ciseaux ». Avec les vitraux initialement conçus pour Vence, et qu il installera finalement au Cateau, on peut considérer que Matisse a atteint une apothéose plastique, un « rêve réalisé » selon les mots de l auteur. C est cette évolution, aussi logique qu inexorable, que René Percheron suit au fil de la carrière de Matisse, avec un travail très personnel, parfois proche d une enquête policière. L iconographie rassemblée pour soutenir son propos rassemble les uvres les plus connues de l artiste, mais également nombre de documents parfois peu connus, provenant des archives personnelles de Matisse, aujourd hui propriété de ses héritiers.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 384  pages
  • Dimensions :  5.4cmx26.8cmx34.0cm
  • Poids : 3401.9g
  • Editeur :   Citadelles & Mazenod Paru le
  • ISBN :  2850881821
  • EAN13 :  9782850881824
  • Classe Dewey :  709.2
  • Langue : Anglais

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Parmi l abondante littérature suscitée par Henri Matisse (1869-1954) et son uvre, ses dernières années méritaient un nouveau regard. À l origine du livre de René Percheron, la chapelle du Rosaire, à Vence, consacrée en 1951, dont Matisse réalisa les décors, vitraux et ornements. En effet, à la fin des années 40, il annonce que les vitraux qu il imagine pour la chapelle feront un « pétard du diable ». Finalement c est pour l école maternelle de sa ville natale du Cateau-Cambrésis qu il fait exécuter son premier projet. Ainsi, dans les années 50 , à la veille de sa mort, à travers les deux édifices que sont la chapelle de Vence et l école du Cateau, aboutit une uvre dont la source stylistique et thématique se situe dès les premières années de son travail. Le vitrail, harmonie de l extérieur et de l intérieur, n est-il pas la suite des fenêtres qu il peint dès le début du siècle, par exemple, Porte-fenêtre à Collioure (1914) ? Quand il écrit que ces vitraux doivent « donner la joie aux hommes », ne se souvient-il pas que l un de ses premiers chefs-d uvre s appelle Le Bonheur de vivre (1905/1906) ? Associer décor et architecture, n est-ce pas ce qu il tentait de faire dès les années 30 en intégrant les panneaux de la Danse (1930/1931) à la maison du collectionneur américain Barnes à Merion ? Au Cateau-Cambrésis, il pousse cette réflexion plus loin en travaillant en étroite harmonie avec l architecte de l école où ils doivent être intégrés. Concevoir ses vitraux au moyen de gouaches découpées, c est une technique qu il « inventa » pour la Danse, qu il fit éclater dans Jazz (1943/1946), et qu il développera sans cesse jusqu au dernier jour quand, immobilisé à l hôtel Regina, il « dessine avec des ciseaux ». Avec les vitraux initialement conçus pour Vence, et qu il installera finalement au Cateau, on peut considérer que Matisse a atteint une apothéose plastique, un « rêve réalisé » selon les mots de l auteur. C est cette évolution, aussi logique qu inexorable, que René Percheron suit au fil de la carrière de Matisse, avec un travail très personnel, parfois proche d une enquête policière. L iconographie rassemblée pour soutenir son propos rassemble les uvres les plus connues de l artiste, mais également nombre de documents parfois peu connus, provenant des archives personnelles de Matisse, aujourd hui propriété de ses héritiers.