share_book
Envoyer cet article par e-mail

Lune et prune : Ay may : Edition bilingue français-turc

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Lune et prune : Ay may : Edition bilingue français-turc

Lune et prune : Ay may : Edition bilingue français-turc

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Lune et prune : Ay may : Edition bilingue français-turc"

    L'origine de la comptine, cette formule que les enfants glissent au début d'une séance de jeu, est mystérieuse et controversée. Issue du chiffre qui précède la lettre, la comptine renvoie aux débuts. Début de l'être, début de la société, début de la communication. Sa nature est insaisissable. C'est pourquoi il n'est pas question ici de chercher à définir la comptine turque, mais de la donner à lire et à dire. Il s'agit de faire pénétrer le lecteur dans ce fantastique laboratoire de langue et de culture qu'est la comptine. L'enfant en effet s'approprie la parole adulte, la manduque et l'enrichit d'énergies nouvelles. C'est le lieu de la parole sauvage zébré d'éclairs extérieurs. La comptine se transmet à la vitesse du son. N'est-il pas merveilleux de retrouver à Konya, au coeur anatolien de la Turquie, la comptine: " En ti ta / fini fini pa / Kay sen siz / Ceve dizi diz / Diz on suz (... ) ", qui, partie d'Ile-de-France sous la forme: " Un deux trois / Nous irons au bois / Quatre cinq six / Cueillir des cerises / Dix onze douze (...) ", poursuit sa route en changeant de forme. L'univers chaleureux de l'enfance reste en chacun de nous, progressivement recouvert par le loess de la socialité. Mais que vienne le tourbillon de la comptine et cette poussière impalpable est aussitôt balayée, et nous tendons à nouveau les mains de l'innocence dans un monde où tout redevient possible. R D.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 315  pages
    • Dimensions :  2.6cmx12.6cmx18.0cm
    • Poids : 299.4g
    • Editeur :   Langues Et Mondes L'asiathèque Paru le
    • Collection : Bilingues L & M
    • ISBN :  2915255539
    • EAN13 :  9782915255539
    • Classe Dewey :  890
    • Langue : Français

    D'autres livres de Rémy Dor

    Parlons kirghiz : Manuel de langueorature, littérature kirghizes

    La langue kirghize appartient à la famille türke des langues ouralo-altaïques. Elle est attestée à date ancienne dans des inscriptions épigraphiques dite " runiques " (IXe siècle). Elle connaît un tournant important au XXe siècle avec la littérisation opérée par des grammairiens soviéti...

    Un seul corbeau ne fait pas l'hiver

    Ce recueil porte sur cent proverbes contenus dans un manuscrit du XIe siècle : le Divan de Mahmoud de Kachgar (proverbes en langue originale, traduction et commentaires). Ce corpus fait revivre de façon attachante une société disparue : culture matérielle, gestes du quotidien, rapport à la flo...

    Voir tous les livres de Rémy Dor

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    L'origine de la comptine, cette formule que les enfants glissent au début d'une séance de jeu, est mystérieuse et controversée. Issue du chiffre qui précède la lettre, la comptine renvoie aux débuts. Début de l'être, début de la société, début de la communication. Sa nature est insaisissable. C'est pourquoi il n'est pas question ici de chercher à définir la comptine turque, mais de la donner à lire et à dire. Il s'agit de faire pénétrer le lecteur dans ce fantastique laboratoire de langue et de culture qu'est la comptine. L'enfant en effet s'approprie la parole adulte, la manduque et l'enrichit d'énergies nouvelles. C'est le lieu de la parole sauvage zébré d'éclairs extérieurs. La comptine se transmet à la vitesse du son. N'est-il pas merveilleux de retrouver à Konya, au coeur anatolien de la Turquie, la comptine: " En ti ta / fini fini pa / Kay sen siz / Ceve dizi diz / Diz on suz (... ) ", qui, partie d'Ile-de-France sous la forme: " Un deux trois / Nous irons au bois / Quatre cinq six / Cueillir des cerises / Dix onze douze (...) ", poursuit sa route en changeant de forme. L'univers chaleureux de l'enfance reste en chacun de nous, progressivement recouvert par le loess de la socialité. Mais que vienne le tourbillon de la comptine et cette poussière impalpable est aussitôt balayée, et nous tendons à nouveau les mains de l'innocence dans un monde où tout redevient possible. R D.