share_book
Envoyer cet article par e-mail

Existence, monde, origine: Essai sur le sens d'être de la finitude

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Existence, monde, origine: Essai sur le sens d'être de la finitude

Existence, monde, origine: Essai sur le sens d'être de la finitude

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Existence, monde, origine: Essai sur le sens d'être de la finitude"

La pensée du propre de la finitude est ce qui ne cesse de se chercher, en ses dénégations successives même, à travers l'histoire de la Métaphysique. Cette instance énigmatique requiert d'être érigée en principe autrement que sous le visage d'un " sujet " pur, et absolutisé, de l'oeuvre de connaissance. Et pourtant l'ouverture à " l'être " d'un existant fini, grevé de facticité, qui réalise une présence " auto-constituée " à soi, ne relève ni de la servitude affectant un " homme " déjà objet mondain, ni de la souveraineté archi-fondatrice d'un sujet pur, initiateur de tout sens-d'être possible. On a voulu mettre ceci à l'épreuve en analysant un paradoxe fondamental. - Qu'il s'agisse du temps originaire et de la temporalisation (de) conscience, qu'il s'agisse du corps et de la chair, ou enfin du monde-horizon et du naturant, chacun des " termes " se produit comme indistinction d'un " différer-de-l'autre " et d'un " aller-en-l'autre ". Etrange phénoménologie sans phénomènes objectivables, qui doit penser, en priorité, ce très intime entrelacs de la donation et de la non-donation, au prix (ou, à la faveur) d'un profond bouleversement du système de ses catégories fondatrices ! " L'être ", congédié en tant qu'autre que (de) la conscience, revient en force comme Evénement ou Surgissement pur, Scission même de la conscience et de son " autre ". Cet énigmatique " acte de la puissance " se donne pour équivalence ultime d'un devenir-être du " soi " et d'un advenir-à-soi de " l'être ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 386  pages
  • Dimensions :  3.2cmx14.0cmx21.6cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Imprint Unknown Paru le
  • Collection : La philosophie en commun
  • ISBN :  2738440134
  • EAN13 :  9782738440136
  • Classe Dewey :  111
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Luc Nancy

L'impératif catégorique

Il ne s'agit pas de morale. Il s'agit de ce qui nous oblige, de ce qui fait de nous des êtres-obligés : une loi au-delà de la loi, qui nous est donnée et à laquelle nous sommes abandonnés. ...

Identité

Ces fragments, arrachés par la stupéfaction : l'État dont je suis citoyen lance un débat national sur l'identité nationale. Serait-elle perdue ? serait-elle devenue décidément trop indécise ? serait-elle en danger ? Mais l'État n'est jamais que l'instrument de la nation : ce n'est pas à...

Le Plaisir au dessin

Dess(e)in (c'est le même mot) : désir de faire venir la forme, c'est-à-dire l'idée. Dessin : idée sensible, ligne qui porte puissance d'infini. Dessin graphique, sans doute, mais aussi mélodique, rythmique, filmique, poétique. C'est un des opérateurs communs de tous les arts. Son plaisir,...

Voir tous les livres de Jean-Luc Nancy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La pensée du propre de la finitude est ce qui ne cesse de se chercher, en ses dénégations successives même, à travers l'histoire de la Métaphysique. Cette instance énigmatique requiert d'être érigée en principe autrement que sous le visage d'un " sujet " pur, et absolutisé, de l'oeuvre de connaissance. Et pourtant l'ouverture à " l'être " d'un existant fini, grevé de facticité, qui réalise une présence " auto-constituée " à soi, ne relève ni de la servitude affectant un " homme " déjà objet mondain, ni de la souveraineté archi-fondatrice d'un sujet pur, initiateur de tout sens-d'être possible. On a voulu mettre ceci à l'épreuve en analysant un paradoxe fondamental. - Qu'il s'agisse du temps originaire et de la temporalisation (de) conscience, qu'il s'agisse du corps et de la chair, ou enfin du monde-horizon et du naturant, chacun des " termes " se produit comme indistinction d'un " différer-de-l'autre " et d'un " aller-en-l'autre ". Etrange phénoménologie sans phénomènes objectivables, qui doit penser, en priorité, ce très intime entrelacs de la donation et de la non-donation, au prix (ou, à la faveur) d'un profond bouleversement du système de ses catégories fondatrices ! " L'être ", congédié en tant qu'autre que (de) la conscience, revient en force comme Evénement ou Surgissement pur, Scission même de la conscience et de son " autre ". Cet énigmatique " acte de la puissance " se donne pour équivalence ultime d'un devenir-être du " soi " et d'un advenir-à-soi de " l'être ".