share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le geste de Dieu : Sur un lieu de l'Ethique de Spinoza

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le geste de Dieu : Sur un lieu de l'Ethique de Spinoza

Le geste de Dieu : Sur un lieu de l'Ethique de Spinoza

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le geste de Dieu : Sur un lieu de l'Ethique de Spinoza"

Dans le contexte spinoziste, l'absolue dépendance à l'égard de Dieu indique plutôt que notre exister (et agir) n'a aucune propriété. Nous ne possédons par notre exister comme s'il était un objet. Il est uniquement un produit du geste de Dieu. Et ce geste n'est autre que ce qu'il est, la position et l'excédent de l'exister même. La cause (la raison d'être) de notre exister, bien qu'absolument prochaine, est toujours ailleurs, sans pour cela être dans un lieu déterminé. Et nous agissons, existons, à partir d'un ailleurs auquel nous appartenons. Mais cet ailleurs n'est autre que l'avoir lieu de l'exister, son être exposé. Il s'agit donc d'une appartenance aussi étroite qu'insaisissable, ouverte.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 119  pages
  • Dimensions :  1.4cmx20.4cmx21.0cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Editions De La Transparence Paru le
  • Collection : Philosophie
  • ISBN :  2350510662
  • EAN13 :  9782350510668
  • Langue : Français

D'autres livres de  Jean-Luc Nancy

L'Absolu littéraire

Avant de faire époque dans la littérature et dans l'art, avant de représenter une sensibilité ou un style (dont on annonce régulièrement le "retour"), le romantisme est d'abord une théorie. Et l'invention de la littérature. Il constitue même, très exactement, le moment inaugural de la litt...

Prix : 343 DH
Dans quels mondes vivons-nous ?

« Dans quel monde vivons-nous ? » : le plus souvent, dans cette question, le point d'interrogation vaut autant qu'un point d'exclamation. Elle sonne à la fois sur le mode de la révolte et sur celui de la résignation. Dans l'usage ainsi fait du mot, ou de l'idée, de « monde » se [......

L'hermaphrodite de Nadar

Au milieu du XIXe siècle, la médecine cherche non seulement à comprendre mais à décrire avec la plus grande précision les spécificités anatomiques, physiologiques et pathologiques du corps humain. La photographie devient alors une alliée précieuse de la médecine et le regard médical [...

Du sublime

La question du sublime nous est transmise en tant que question de la présentation. Quelque chose qui déborde l'art dans l'art lui-même et qui met en communication ou en contact toutes les instances de la présentation : l'histoire, la communauté, la politique, et jusqu'à la représentation, ...

Voir tous les livres de  Jean-Luc Nancy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans le contexte spinoziste, l'absolue dépendance à l'égard de Dieu indique plutôt que notre exister (et agir) n'a aucune propriété. Nous ne possédons par notre exister comme s'il était un objet. Il est uniquement un produit du geste de Dieu. Et ce geste n'est autre que ce qu'il est, la position et l'excédent de l'exister même. La cause (la raison d'être) de notre exister, bien qu'absolument prochaine, est toujours ailleurs, sans pour cela être dans un lieu déterminé. Et nous agissons, existons, à partir d'un ailleurs auquel nous appartenons. Mais cet ailleurs n'est autre que l'avoir lieu de l'exister, son être exposé. Il s'agit donc d'une appartenance aussi étroite qu'insaisissable, ouverte.