share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Geste Kôngo

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Geste Kôngo

Le Geste Kôngo

Collectif


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le Geste Kôngo"

    Avec une réunion unique de sculptures des peuples kôngo, le musée Dapper décline, pour la première fois, la thématique du geste dans la statuaire. Tout en rappelant l'importance de la culture kôngo et de sa très grande influence en Amérique, le livre d'art qui accompagne l'exposition éclaire la symbolique des mouvements et des positions du corps. L'ensemble des objets de cette nouvelle exposition porte, à travers les gestes, les signes unificateurs et les croyances des peuples kôngo. En choisissant de mettre en scène les signes corporels, le musée Dapper propose un élargissement de la perception des pièces d'arts africains, où le geste fait partie du sens de l'objet. Avec des pratiques esthétiques d'une grande richesse, la production plastique des Kôngo constitue un langage, un discours métaphysique, voire idéologique, proposé à la collectivité. Le monde et la vie s'y décodent comme dans une encyclopédie, chaque élément de l'espace terrestre ou cosmique étant soigneusement expliqué. Au cours des cinq siècles écoulés, les peuples kôngo ont suscité de nombreux témoignages, faisant de ce groupe l'un des plus étudiés et des plus connus du continent africain. Vivant principalement au Congo, en République démocratique du Congo, avec une extension en Angola et au Gabon, les Kôngo réunissent de nombreux peuples, principalement les Kôngo proprement dits, les Vili, les Wôyo, les Bêmbé, dont les liens linguistiques, historiques et culturels sont extrêmement forts. Ils entretiennent aussi des relations étroites avec de proches voisins, tels les Téké. Doués du pouvoir d'exprimer la tradition par des gestes et des signes, mémoire et reflet des expériences vécues, les Kôngo considèrent que la gestuelle ouvre à la compréhension du monde et de soi-même. tus que des formes transitoirement données au corps, les gestes kôngo sont, au plus fort de leur expression, de véritables incantations. L'importante culture du royaume de Kongo a été transmise par le langage corporel. Les attitudes, de même que les positions qu'emprunte la statuaire, révèlent un vaste répertoire où chaque partie du corps, y compris les yeux et la bouche, participe d'une gestuelle des plus élaborées, avec des traits récurrents : position debout, semi fléchie, agenouillée, bras levé, mains sur les hanches. Des millions d'esclaves africains transplantés aux Amériques entre 1500 et 1870, plus d'un tiers venaient du Kongo ou d'Angola. L'influence de l'art kôngo s'est ainsi diffusée dans toutes .les Amériques noires à travers la danse, la musique et la gestuelle. Cette exposition offre la possibilité de voir réunies pour la première fois des pièces majeures conservées dans de grands musées (tant en France qu'à l'étranger) et dont quelques-unes d'entre elles ont été rarement présentées au public. Chaque oeuvre a été sélectionnée pour son attitude ou pour son geste représentatifs, mais aussi pour la qualité ou l'originalité de sa facture. Des grandes sculptures impressionnantes, hérissées de clous ou de lames en fer, aux statuettes d'un naturalisme raffiné, toutes les pièces traduisent une esthétique forte qui ne peut laisser indifférent. Animé par la volonté d'élargir le champ des arts africains anciens aux expressions contemporaines de l'Afrique et de ses diasporas, le projet annoncé lors de l'ouverture et mené depuis deux ans connaît, après plusieurs manifestations, un bilan positif. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 230  pages
    • Dimensions :  2.4cmx24.2cmx32.2cm
    • Poids : 1778.1g
    • Editeur :   Dapper Paru le
    • ISBN :  2906067857
    • EAN13 :  9782906067851
    • Classe Dewey :  730
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Avec une réunion unique de sculptures des peuples kôngo, le musée Dapper décline, pour la première fois, la thématique du geste dans la statuaire. Tout en rappelant l'importance de la culture kôngo et de sa très grande influence en Amérique, le livre d'art qui accompagne l'exposition éclaire la symbolique des mouvements et des positions du corps. L'ensemble des objets de cette nouvelle exposition porte, à travers les gestes, les signes unificateurs et les croyances des peuples kôngo. En choisissant de mettre en scène les signes corporels, le musée Dapper propose un élargissement de la perception des pièces d'arts africains, où le geste fait partie du sens de l'objet. Avec des pratiques esthétiques d'une grande richesse, la production plastique des Kôngo constitue un langage, un discours métaphysique, voire idéologique, proposé à la collectivité. Le monde et la vie s'y décodent comme dans une encyclopédie, chaque élément de l'espace terrestre ou cosmique étant soigneusement expliqué. Au cours des cinq siècles écoulés, les peuples kôngo ont suscité de nombreux témoignages, faisant de ce groupe l'un des plus étudiés et des plus connus du continent africain. Vivant principalement au Congo, en République démocratique du Congo, avec une extension en Angola et au Gabon, les Kôngo réunissent de nombreux peuples, principalement les Kôngo proprement dits, les Vili, les Wôyo, les Bêmbé, dont les liens linguistiques, historiques et culturels sont extrêmement forts. Ils entretiennent aussi des relations étroites avec de proches voisins, tels les Téké. Doués du pouvoir d'exprimer la tradition par des gestes et des signes, mémoire et reflet des expériences vécues, les Kôngo considèrent que la gestuelle ouvre à la compréhension du monde et de soi-même. tus que des formes transitoirement données au corps, les gestes kôngo sont, au plus fort de leur expression, de véritables incantations. L'importante culture du royaume de Kongo a été transmise par le langage corporel. Les attitudes, de même que les positions qu'emprunte la statuaire, révèlent un vaste répertoire où chaque partie du corps, y compris les yeux et la bouche, participe d'une gestuelle des plus élaborées, avec des traits récurrents : position debout, semi fléchie, agenouillée, bras levé, mains sur les hanches. Des millions d'esclaves africains transplantés aux Amériques entre 1500 et 1870, plus d'un tiers venaient du Kongo ou d'Angola. L'influence de l'art kôngo s'est ainsi diffusée dans toutes .les Amériques noires à travers la danse, la musique et la gestuelle. Cette exposition offre la possibilité de voir réunies pour la première fois des pièces majeures conservées dans de grands musées (tant en France qu'à l'étranger) et dont quelques-unes d'entre elles ont été rarement présentées au public. Chaque oeuvre a été sélectionnée pour son attitude ou pour son geste représentatifs, mais aussi pour la qualité ou l'originalité de sa facture. Des grandes sculptures impressionnantes, hérissées de clous ou de lames en fer, aux statuettes d'un naturalisme raffiné, toutes les pièces traduisent une esthétique forte qui ne peut laisser indifférent. Animé par la volonté d'élargir le champ des arts africains anciens aux expressions contemporaines de l'Afrique et de ses diasporas, le projet annoncé lors de l'ouverture et mené depuis deux ans connaît, après plusieurs manifestations, un bilan positif. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .